Actualités

VILLENEUVE Caserne des Angles : la Ville remporte son bras de fer contre le SDIS

Lors de l'inauguration de la caserne de pompiers des Angles, en décembre dernier (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Lors de l'inauguration de la caserne de pompiers des Angles, en décembre dernier (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Lors de l'inauguration de la caserne de pompiers des Angles, en décembre dernier (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Voilà plus de deux ans que Villeneuve-lez-Avignon et le Service Départemental d’Incendie et de Secours (SDIS) mènent un bras de fer à propos du financement de la caserne des Angles.

En effet, le maire de Villeneuve Jean-Marc Roubaud refuse de payer la part de sa commune dans le financement du terrain, qui s’élève à 131 162,60 euros, alors qu’elle avait été actée avec le SDIS en 2007.

Oui mais voilà, entre temps, le SDIS a décidé de ne plus fermer la caserne de pompiers de Villeneuve, provoquant le courroux de l’édile de la cité cardinalice. De son côté, le président du SDIS Alexandre Pissas rappelait récemment que « le Gard est le département de France qui compte le moins de centres de secours » pour justifier sa décision.

La Chambre régionale des comptes a tranché

Soutenu notamment par le maire des Angles, auteur d’un discours aussi véhément que remarqué lors de l’inauguration de la caserne des Angles en décembre dernier, Jean-Marc Roubaud a donc remporté son bras de fer avec le SDIS et son président.

La Chambre régionale des comptes a en effet reconnu le 23 janvier, un mois pile après sa saisine par le Préfet du Gard désireux de mettre un point final à l’affaire, que « la participation demandée à la commune de Villeneuve-lez-Avignon ne correspond pas formellement à l’objet de la convention du 22 janvier 2007 ; que la contestation élevée par la commune doit dès lors être qualifiée de sérieuse ; qu’en l’état, le caractère obligatoire de la dépense correspondant à sa participation ne peut pas être reconnu. » En clair : la convention est caduque, et Villeneuve n’a plus l’obligation de payer sa part au SDIS.

Pour Jean-Marc Roubaud, « le juge financier sanctionne les engagements non tenus du SDIS. » Et l’élu d’estimer qu’il est « salutaire en cette période d’instabilité que la justice rappelle avec force et clarté la valeur des engagements. »

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Publicité
Publicité
Publicité

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité