A la unePolitique

GARD RHODANIEN Scène Campagne et le très haut débit au cœur du débat d’orientations budgétaires

(Photo d'archives : Thierry Allard / Objectif Gard)
Hier soir, lors du conseil communautaire à Goudargues (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Hier soir, lors du conseil communautaire à Goudargues (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Le premier conseil d’agglomération du Gard Rhodanien de l’année se tenait hier soir à la salle des fêtes de Goudargues, avec un gros morceau à l’ordre du jour : le débat d’orientations budgétaires 2015.

Le rapporteur Guy Aubanel a commencé par faire un point sur le contexte macro-économique, qui « demeure fortement marqué par une crise économique persistante avec un taux de croissance fragile et une inflation désormais très faible » et qui est marqué par une baisse des dotations de l’Etat.

Pour le orientations du budget 2015, Guy Aubanel a indiqué que « le budget 2015 doit s’envisager dans la perspective de 2016 et 2017, car les réductions de dotations de l’Etat sont annoncées pour les 3 années à venir », une réduction « accentuée par une diminution des budgets de nos partenaires institutionnels. » Le tout sachant que l’agglo va récupérer de nouvelles compétences cette année, notamment le transport.

Et le vice-président de l’agglo de terminer par une série de questions, parmi lesquelles « quel financement pour les nouvelles compétences ? », « Quelles marges de manœuvre pour la fiscalité », avant d’évoquer le lancement des travaux du Pôle d’Excellence Rural (PER) connu sous le nom de Scène Campagne, à Cornillon.

« Parlons du fond ! Justifiez-nous ce PER, ce qu’il va apporter, ce que nos populations vont en retirer ! »

Un sujet qui fait débat depuis des mois voire des années, et qui était déjà revenu sur le tapis quelques minutes auparavant à l’occasion d’une délibération sur l’autorisation d’engagement de 25 % des dépenses d’investissements. Le maire de Saint-Nazaire Gérald Missour indiquant qu’il « ne votera(it) pas cette autorisation ni tous les budgets futurs qui contiendront le PER tant que je n’aurais pas plus de précisions », celui de Tresques Alexandre Pissas non plus « pour exprimer (sa) réticence sur le PER » tout comme le conseiller communautaire Serge Rouquairol « pour les mêmes réserves. Ce PER mérite soit une discussion plus approfondie, soit une réorientation. »

Le débat d’orientation budgétaire n’étant pas soumis au vote, cette délibération a donc permis aux opposants au projet de marquer le coup. Elle sera votée avec 15 votes contre et 2 abstentions, donnant le ton du débat d’orientations budgétaires.

Sur le sujet, c’est le conseiller communiste spiripontain Jean-Marie Daver qui débutera la salve d’interventions, disant avoir « l’impression d’être en Angleterre au début de la guerre quand Churchill a promis ‘du sang de la sueur et des larmes’. »

Serge Rouquairol demandera ensuite énergiquement « que le débat se lance et qu’on discute maintenant ! Le débat d’orientations budgétaires est fait pour ça. Parlons du fond ! Justifiez-nous ce PER, ce qu’il va apporter, ce que nos populations vont en retirer ! »

Le PER « nous permettra de décider comment on maille le territoire en matière de très haut débit »

Puis Gérald Missour défendra « le très haut débit, un sujet primordial » se disant « plus favorable à un investissement » sur ce dossier, suivi par les maires de Saint-Pons-la-Calm Pierre Baume et de Gaujac Maria Seube, et par les conseillers frontistes.

Le maire de Cavillargues Laurent Nadal estimera quant à lui qu’« il faut qu’on continue à être prudent. Le PER est quand même quelque chose de coûteux, le débat va devoir avoir lieu. Si on veut être prudent, je ne pense pas que le PER soit la bonne solution. »

« Le haut-débit me plaît beaucoup », a alors répondu le président Jean-Christian Rey, avant de préciser que « le PER est un pôle numérique. C’est lui qui nous permettra de décider comment on maille le territoire en matière de très haut débit. » De quoi faire dire à la vice-présidente Geneviève Castellane qu’« on n’est pas si loin que ça les uns des autres sur ce sujet. »

Le maire de Saint-Paulet et conseiller général Christophe Serre rappellera ensuite que sur le très haut débit, « 48 % du territoire est à la charge des communes ou intercommunalités » et que « le PER est le seul projet qui a 2 millions d’euros de subventions, et qui a été validé par l’Etat. »

Le président a conclu en louant « un débat de qualité » avant d’estimer que « cette agglo est jeune, c’est une chance, on la bâtit tous les jours. »

Et aussi :

Un autre sujet sera évoqué lors de ce débat, celui du tourisme, défendu par le maire de Pont Roger Castillon. « Le tourisme a besoin de structuration, ce qui génèrera certainement des coûts et il faudra les absorber. C’est le moment, plus que jamais, avec l’arrivée de la Grotte Chauvet qui va faire transiter 350 000 personnes par an, dont 60 % arriveront par notre territoire », estimera le conseiller délégué aux animations touristiques, faisant consensus dans la salle.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Articles similaires

5 commentaires

  1. On a déjà du mal a remplir notre belle Pyramide, je ne sais même pas pourquoi ce projet de scène campagne est encore d’actualité.. Parler des vrais problèmes de fonds dans ses conseils là..

    1. A l’heure actuelle, le projet de PER (avant de s’appeler scène campagne) prévoit, entre autres, l’implantation du THD (Très Haut Débit), du wifi dans la vallée de la cèze qui, par endroit, est en zone blanche (pas de haut débit du tout). C’est un projet qui va dans le sens de l’équipement du territoire en THD qui est un projet national (Cf : http://www.francethd.fr/). Il faut savoir qu’il est prévu de créer un espace de co-working, permettant de rassembler (et donc de créer par conséquent des emplois) les télétravailleurs dans un espace dédié, équipé pour ce type de travail (accès haut/très haut débit, téléphonie…). Il ne faut pas non plus ignorer que l’équipement en fibre optique a un coût et pas des moindres. Donc si une partie (ou tout) du maillage peut être financé par les subventions du PER, c’est idiot de passer à coté.
      Enfin, le projet de salle de spectacle est, quant à lui, beaucoup moins certains (cf midi libre du jour) mais là encore il faut se poser la question de savoir si chaque commune/village s’équipe en salle des fêtes (par exemple celle de St Michel d’Euzet est sous dimensionnée) ou si on « mutualise » via une salle commune… sans y être pour (la salle de spectacle), c’est une question a se poser.

  2. Dommage que vous ne disiez pas que les seuls à avoir clairement annoncé une opposition ferme à toute nouvelle hausse ou taxe de la fiscalité est le groupe FN-RBM car au fond c’est tout ce qui intéresse les contribuables que nous sommes tous. Le reste est du bla bla dont le seul intérêt est de révéler les amitiés ou rivalités. Quant au mirifique ‘tourisme’local qui devrait profiter de l’ouverture de la grotte Chauvet le 25 avril, les Ardéchois, non seulement ne nous attendent pas, mais de plus se sont déjà organisés pour remplir leurs propres offres d’hébergement et de prestations…Le tourisme c’est du business et en business faut être très réactif

  3. Si on s’oppose à un projet, prouver qu’il y a un problème juridique et que les procédures n’ont pas été respectées, est le meilleur moyen de l’arrêter. C’est légal et citoyen.

    Que faut il vérifier ?

    et bien déja se rendre à la préfecture de Nîmes au service de la légalité, et demander aux fonctionnaires de ce service si le marché « scène campagne » a été avalisé ou pas, et si ce n’est pas le cas demander si des documents manquants ont été réclamés à la communauté d’agglomération, (puisque « qu’il semblerait « que les travaux vont bientôt débuter, comment commencer des travaux sans avoir l’accord du service de l’égalité ?)

    Que doit -il y avoir dans le dossier, les documents obligatoires :

    ya t’il un rapport de présentation ?

    ya t’il les pv réglementaires ?

    ya t’il les analyses des offres?

    le délai maximum entre la notification et le passage en préfecture a t’il été respecté ?

    j’ai « oui dire « que la notification daterait de janvier et que le passage en préfecture (dépot du dossier) aurait été effectué en aout ; si c’est vrai il y a déja un problème, car le passage en préfecture doit être fait au maximum 15 jours après la notification.

    mais comme tous les élus qui soit disant dénonce ce projet, je n’ai obtenu que des fins de non recevoir.
    on laisse faire et surtout on vérifie rien.

    1. je me suis mal exprimé, je voulais dire que tous les élus que j’ai contacté (qui sont soit disant contre le projet) n’ont pas voulu aller vérifier la légalité du marché auprès du service de la légalité de la préfecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité