A la uneActualité générale.

GARD Le Département à l’épreuve du compromis

Capture d’écran 2015-04-29 à 15.17.56
La séance publique sensée du 29 avril s'annonce longue pour les socialistes Françoise Laurent-Perrigot, Alexandre Pissas et Denis Bouad. Photo : Coralie Mollaret / Objectif Gard.

Les 46 conseillers départementaux désignent aujourd'hui les élus qui siègeront dans les commissions et conseils d'administration des organismes de la collectivité. Sans majorité absolue, la gauche ne peut plus faire la pluie et le beau temps… 

"J'aurais aimé une véritable ouverture à l'opposition, hélas c'est le service minimum. La situation promet d'être explosive au Département", souffle un élu centriste, avant de s'engouffrer dans l'isoloir. Depuis ce matin, 9 heures, les 46 élus élisent à tour de bras les conseillers départementaux qui siègeront dans les commissions et autres conseils administration des organismes du Département (SDIS, Pont-du-Gard, Habitat du Gard…). "Cette session est déterminante puisque ces organismes décident des politiques mises en oeuvre dans les différents domaines", explique le président du groupe UDI, Thierry Procida.

Pour l'exécutif, la mission est délicate. Pour la première fois de son histoire, la gauche doit concéder des places à son opposition."C'est vrai que la gestion est différente aujourd'hui, c'est la conséquence d'une majorité relative (22 élus pour la gauche, 20 pour la droite et 4 pour le FN)", constate le président du groupe PCF Christian Bastid, "mais nous devons trouver un consensus pour la continuité de l'action publique et de l'intérêt général".

Photo
Thierry Procida, président du groupe UDI et Laurent Burgoa, président du groupe UMP. Photo : C.M / Objectif Gard.

Si l'intégralité des 13 vice-présidents de Denis Bouad est issue des rangs de gauche, les élus de droite ont commencé à faire leur entrée dans les rouages du système. Au SDIS (service départemental d'incendie et de secours) les UMP Valérie Meunier, Richard Tibérino et Jean-Louis Banino ont obtenu un siège, à l'instar de l'UDI Thierry Procida. L'opposition reste vigilante, et les présidents de groupe que sont Laurent Burgoa (UMP) et Thierry Procida (UDI), écoutent avec attention les noms délivrés par l'exécutif. "M.Bouad, vous avez oublié une place pour l'UMP dans la commission départementale de la coopération intercommunale", lance Laurent Burgoa, agacé, "votre cabinet nous l'avait pourtant confirmé avant hier". Les socialistes se regardent du coin de l'oeil. Le président demande alors à l'élu de Calvisson, Christian Valette, de céder sa place.

Les désignations se poursuivent. Vient le moment des nominations au conseil d'administration du tant convoité d'Habitat du Gard. Composé de 23 membres, le Département doit nommer six élus. Denis Bouad énonce de nouveaux noms, sous le regard méfiant de son opposition : "Bouad, Couvreur, Pissas, Bastid, Dherbecourt et Malavieille". Nouveau tollé de Thierry Procida : "il y avait une place pour l'UDI normalement ! Ca fait deux fois, ça commence à faire beaucoup".

Une interruption de séance est réclamée par Denis Bouad. A droite, les esprits s'échauffent : "On est gentil, mais il ne faut pas abuser", surenchérit Laurent Burgoa. "Oh, dis, ce n'est pas normal. Nous représentons 20 élus, la gauche 22. Nos électeurs méritent d'être représentés", poursuit le centriste. Quelques minutes plus tard, l'exécutif réintègre l'Assemblée : c'est finalement Amal Couvreur qui laisse sa place au profit de l'élu UDI.

Concernant le conseil d'administration du Pont-du-Gard, la droite rafle trois places (deux UMP et un UDI) sur les huit sièges.

Interruption de scéance pour la gauche qui doit trouver une place à l'UDI au conseil d'administration d'Habitat du Gard. Photo : C.M/O.G
Interruption de scéance pour la gauche qui doit trouver une place à l'UDI au conseil d'administration d'Habitat du Gard. Photo : C.M/O.G

"Ben voilà, ça va être un bordel pendant six ans", se désespère un socialiste. "Peut-être pas", réagit Olivier Gaillard, président du groupe PS et vice-président en charge des routes. Le mois prochain, les élus désignés des sept commissions du conseil départemental sont appelés à élire leur président et vice-président.

Un nouveau round dans l'interminable match politique du Département. "Moi, je ne suis pas contre le fait que le centriste William Portal soit vice-président de la commission des infrastructures et des déplacements. (…) Le temps de l'élection est terminé, il est temps de passer à l'action", ajoute Olivier Gaillard qui espère que "du chaos naîtra un nouvel ordre".

Lire aussiGARD Département : 330 euros de pénalités pour les élus absents

Coralie Mollaret

coralie.mollaret@objectifgard.com

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Vous aimeriez aussi

2 réactions sur “GARD Le Département à l’épreuve du compromis”

  1. Plutôt le temps de toutes les compromissions…Les photos font froid dans le dos, les têtes de dépressifs sur la première, la dame endormie sur la deuxième…Dire que nous engraissons ce mille-feuilles politique depuis tant d’années. Pauvre Gard à tous les sens du terme, que nos villes sont sales, mal entretenues, avec des clochards tous les 5 mètres et une insécurité absolue. Tous ces guignols s’en tapent du moment qu’il vont à la soupe chez Kayser ou Nutile…

  2. Même pas foutu d’avoir actualisé les banderoles au nouveau nom Conseil Départemental…C’est toujours les anciennes avec Conseil Général, décidemment ce sont des peintres…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité