ActualitésCulture

SAINT-JEAN-DU-GARD Le second souffle de l’ancienne filature

Christophe Rivenq et Carole Hyza en visite sur le chantier. Photo Elodie Boschet/Objectif Gard
Christophe Rivenq et Carole Hyza en visite sur le chantier. Photo Elodie Boschet/Objectif Gard

Les travaux ont débuté il y a un an. Le nouveau musée des vallées cévenoles, construit sur le site de l'ancienne filature de Saint-Jean-du-Gard, commence peu à peu à prendre forme.

Pour Daniel Travier, fondateur et conservateur du musée des vallées cévenoles, c'est un rêve qui se réalise. Depuis 30 ans, ce passionné d'histoire régionale collectionne des milliers d'objets et de documents qui témoignent de la vie quotidienne en Cévennes. Exposés dans des locaux devenus trop étroits, ils seront bientôt transférés dans l'ancienne filature du village, dite la "Maison rouge". Le bâtiment, qui date de 1838, est en cours de réhabilitation. Juste à côté, une extension toute neuve construite en pierre de schiste est déjà sortie de terre. Les deux structures communiqueront par une passerelle de verre et d'acier. Au total, le musée s'étendra sur 3 300 m², répartis sur deux étages. "Comme il est situé en zone inondable, les œuvres seront présentés au 1er étage. Au rez-de-chaussée, il y aura des salles de conférence", précise Carole Hyza, conservatrice des musées d'Alès.

Une passerelle sera installée entre l'ancien et le nouveau bâtiment. Photo Elodie Boschet.Objectif Gard
Une passerelle sera installée entre l'ancien et le nouveau bâtiment. Photo Elodie Boschet/Objectif Gard

Aujourd'hui, le gros œuvre est sur le point d'être terminé. Parallèlement au chantier, les collections de l'ancien musée sont triées, dépoussiérées et conditionnées dans du papier de soie. "C'est un travail de Titan, reconnaît Daniel Travier qui visualise déjà, "à la virgule près", la disposition de l'exposition. "Ce ne sera pas uniquement passéiste. Nous voulons créer du lien entre la mémoire historique des Cévennes et ce qu'il en reste aujourd'hui", explique t-il. Avec Carole Hyza, ils estiment de 4 à 6 mois le temps nécessaire à l'installation de l'exposition, pour une ouverture après l'été 2016. Ils espèrent accueillir entre 60 et 80 000 visiteurs par an.

Elodie Boschet

Etiquette

Elodie Boschet

Elodie Boschet, journaliste à Objectif Gard depuis septembre 2013.

Vous aimeriez aussi

1 commentaire sur “SAINT-JEAN-DU-GARD Le second souffle de l’ancienne filature”

  1. Construire en zone inondable : pourquoi pas? A Alès c’est même une habitude sous l’ère Roustan-Rivenq. On se demande à quoi servent les PPRI.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité