ActualitésPolitique

RÉGIONALES Négociations PS-PRG : ça coince dans le Gard…

Jean Denat a succédé à Damien Alary a la tete du département. Il est aujourd'hui chef de fil PS pour les départementales. Photo : Coralie Mollaret / Objectif Gard.
De  gauche à droite : Damien Alary, tête de liste pour les Régionales et Jean Denat, numéro 3. Photo : Coralie Mollaret / Objectif Gard.

Le PS et PRG passent à la loupe chaque département pour définir les modalités de leur laborieuse alliance avec un même objectif : éviter le fiasco des municipales nîmoises.

Les deux partis étaient en réunion de travail hier après-midi. Suite à leur laborieuse union pour les Régionales dans le Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, les deux partenaires définissent aujourd'hui les modalités de leur alliance dans les 13 départements de la Région. Dans le Gard, la situation est complexe : selon nos sources, les radicaux auraient obtenu trois places sur les 22 de la liste : la 7ème, 11ème et 13ème. Dans le contexte actuel, seule la 7ème est éligible, le PS estimant pouvoir faire élire moins de dix candidats dans le Gard.

Jusqu'ici tout va bien. Seulement, le PRG envisage de désigner le Nîmois Eric Firoud pour les représenter sur la liste. Un choix qui n'enthousiasme pas des masses le PS qui pense déjà au second tour et à leur fusion probable avec la liste PCF-EELV. "Aujourd'hui, la première place de la liste PS est occupée par la tête de liste Damien Alary, la troisième par Fabrice Verdier qui est dans les petits papiers du gouvernement et la cinquième par le proche de Manuel Valls Jean Denat", rappelle l'une de nos sources, "alors, si la septième place est occupée par un homme, nous ne pourrons pas accueillir dans l'entre-deux tour la tête de liste PCF-EELV qui sera très certainement Vincent Bouget".

Pour ne pas revivre le fiasco des municipales, la gauche demande à ce que les radicaux - qui tiennent dans quelques jours leur congrès - désignent une femme, à l'instar de la conseillère municipale de Villeneuve Monique Novaretti ou Valérie Pezet Romieux, fille de la conseillère régionale Jocelyne Pezet Romieux. "Le PS sait que dans le Gard, il ne sera pas en position hégémonique. C'est à dire, que l'écart entre les différentes listes de gauche sera mince", estime une source proche du PCF qui se rassure : "Damien Alary, lui, contrairement à d'autres, a l'habitude de négocier avec les communistes".

Coralie Mollaret

coralie.mollaret@objectifgard.com

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

1 commentaire sur “RÉGIONALES Négociations PS-PRG : ça coince dans le Gard…”

  1. Encore des cocus en perspectives sur la liste PS…surtout que la direction fédérale me parait très optimiste en pensant que la liste aura 10 élus. Le 7e risque de passer juste. Et si les cumulards faisait un peu de place? Vous parlez des cocos pour le 2e tour: et les candidats de Saurel, vous les mettez où? A moins que vous estimassiez ne pas en avoir besoin. A moins peut-être que ce soit Saurel qui vous fasse de la place sur ses listes…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité