A la uneActualitésEconomie

FAIT DU JOUR Vendanges : la belle récolte 2015

Les cuves du domaine Guiot tournent à plein régime. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)
Les cuves du domaine Guiot tournent à plein régime. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)

Au domaine de Guiot, les vendanges touchent à leur fin. D'ici une quinzaine de jours, 6 000 hectolitres seront mis en cuve après une récolte 2015 très satisfaisante.

Les constats ne sont pas pas les mêmes d'un domaine à l'autre, les années se suivent et ne se ressemblent pas. Si la récolte 2015 devrait être en baisse de 1% en raison de la sécheresse, le domaine de Guiot, situé à Saint-Gilles, est stable en quantité. Mais les frères Cornut, descendant de la famille qui a repris le domaine en 1976, ont d'autres attentes : "Le plus important c'est de maitriser les rendements. Cette année, on a une très belle récolte en terme de qualité" précise Alexis. Mildiou et oïdium ont pourtant menacé le vignoble et aurait pu causer des effets irréversibles pour la qualité sanitaire de la récolte. Les deux frères ont du redoubler de vigilance pour tirer profit d'un climat propice à des vins de qualité, des pluies régulières ont atténué la sécheresse des grosses chaleurs.

Trois semaines de récolte intensives

Processus de remontage du vin sur le chapeau de marc. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)
Processus de remontage du vin sur le chapeau de marc. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)

Il a les petits yeux du matin. Il est pourtant 15h30, et Numa sort d'une sieste salvatrice. Car le rythme est soutenu : levé à 1h30 du matin, une deuxième équipe de quatre personnes le rejoint à 8h pour arriver à terme des nombreux cépages exceptionnellement venus à maturation en même temps. Syrah, grenache, carignan, et d'autres plus tardifs comme le cabernet et le mourvèdre demandent une logistique de pointe. Il faut choisir les cuves les mieux adaptées, après avoir ramassé, réceptionné, égrappé. Une fois les cuves remplies, vient la macération, la fermentation et le décuvage.

Processus de remontage du vin sur le chapeau de marc. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)
Processus de remontage du vin sur le chapeau de marc. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)

Le vin est ensuite élevé en barrique ou en cuve. À mi-parcours, dans les cuves, d'autres processus comme le remontage sont nécessaires. Un tuyau fait remonter le vin du bas de la cuve vers le haut pour le déverser sur le chapeau de marc où se trouve les peaux de raisins, d'où proviennent les molécules les plus intéressantes. Une opération renouvelée deux fois par jour, dans chaque cuve.

La vinification prendra fin mi-octobre. Entre temps, les frères Cornut se gardent le meilleur pour la fin : 10 hectares haut de gamme, "Le climat le permet donc on attend les conditions optimales, du vent et du soleil", pour élaborer une cuvée spéciale qui fera leur fierté. La cerise sur le gâteau, en quelque sorte.

Baptiste Manzinali

 

Etiquette

Baptiste Manzinali

Diplômé de l'ESJ, passionné d'actualité en général, musique, football, cinéma, jeux vidéo et civilisations anciennes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité