A la uneActualitésPolitique

GARD Référendum socialiste : Jean Denat veut « créer un électrochoc »

Le premier fédéral Jean Denat et Nadia Goudard présidente du bureau des adhésions. Photo : Coralie Mollaret.
Le premier fédéral Jean Denat et Nadia Goudard présidente du bureau des adhésions. Photo : Coralie Mollaret.
Le premier fédéral Jean Denat et Nadia Goudard présidente du bureau fédéral des adhésions. Photo : Coralie Mollaret.

Les 16, 17 et 18 octobre, le peuple de gauche est invité à répondre à la question : "Face à la droite et à l'extrême-droite, souhaitez-vous l'unité de la gauche et des écologistes aux élections régionales ?". Ce matin le premier fédéral PS a présenté l'organisation du référendum dans le Gard. 

Capture d’écran 2015-10-14 à 22.36.22Première conférence de presse pour le premier fédéral du Gard. Ce matin Jean Denat a présenté le référendum (gratuit) - à l'initiative seuls des socialistes - sur l'unité de la gauche. Ce vendredi jusqu'à dimanche, de 8 à 20h, le peuple de gauche est appelé à répondre par "oui" ou par "non" à la question : "Face à la droite et à l'extrême-droite, souhaitez-vous l'unité de la gauche et des écologistes aux élections régionales ?".

Sous la tutelle de Solférino pendant un an, le maire de Vauvert veut démontrer que la fédération a repris du poil de la bête : "nous sommes en capacité d'organiser le referendum. Sur les 2 000 points de vote de France, le Gard en tiendra une vingtaine". Toutefois, pour davantage de praticité, le responsable socialiste incite les électeurs à s'exprimer par Internet (www.referendum-unite.com).

Réferendum : la meilleure arme pour le combat de l'union ? 

Voilà pour le mode d'emploi. Sur le fond, ce référendum organisé à l'approche des Régionales des 6 et 13 décembre n'est pas anodin. Encore ému de sa défaite aux Départementales de mars, Jean Denat souhaite "provoquer un électrochoc pour attirer l'attention du peuple de gauche". Parfois déboussolés, souvent lassés de la multiplicité des candidats (PS, Front de Gauche, EELV, DVG) aux scrutins, "certains électeurs sont de plus en plus tentés par l'abstention", fait remarquer Nadia Goudard, présidente du bureau fédéral des adhésions. Les Régionales sont encore un parfait exemple des divisions : pas moins de six candidats dits "de gauche" ont été comptabilisés en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées.

La gauche a toujours été fragmentée dans son histoire : des composantes du premier Parti Ouvrier Français (XIXème siècle) à celles de la SFIO qui, rappelons-le, a donné naissance au PCF (1920 congrès de Tours) puis au PS. Mais pour Jean Denat, "les divisions n'ont jamais été aussi profondes". Le socialiste proche de Manuel Valls estime qu'aujourd'hui "certains veulent faire l'hypothèque du Parti Socialiste", c'est-à-dire battre le PS. Si le constat est là, le Gardois ne veut pas "s'arrêter sur les causes", préférant s'occuper "des faits" : un émiettement de l'électorat qui conduit à la victoire de la droite et de l'extrême-droite en rangs serrés.

Seulement, si l'union est un combat, le référendum est-elle la meilleure arme pour le remporter ? Lundi, en marge de sa conférence de presse, le conseil régional et porte-parole de l'association TPNA Jean-Paul Boré a estimé : "ce n'est pas une question d'unité contre la droite ou l'extrême-droite, mais de rassemblement autour d'un projet et d'un respect mutuel". Du côté du PCF, le secrétaire départemental Vincent Bouget, déçu de la politique de François Hollande, a qualifié le référendum des socialistes sur Facebook de "petit truc politicien". L'unité n'est visiblement pas pour tout de suite…

Coralie Mollaret

Carole Delga, tête de liste PS dans le Gard. Photo : droits réservés.
Carole Delga, tête de liste PS dans le Gard. Photo : droits réservés.

Et aussi : Carole Delga sera en réunion publique à Alès le 28 octobre à 18h30 et à Nîmes le 23 novembre à 20h30 à Nîmes.

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Articles similaires

6 commentaires

  1. Le seul moyen de créer un électro choc se serait que le PS devienne un parti de gauche. C’est pas demain la veille. Ce référendum est consternant , ridicule, hypocrite et, en plus, perdu d’avance parce que la participation sera dérisoire malgré le rappel de tous les « alimentaires » sans conviction.

  2. Le PS commencerait-il à se rendre compte que la gauche ce n’est pas que lui ? Trop souvent il a abusé de sa force pour écarter ou ne pas entendre les autres partis de gauche, alors bonne chance à ce « referendum »…

  3. La question qui devrait être posée, c’est: face à la montée du chômage, de la dette publique, de la fiscalité, de l’insécurité, de la pollution… Face à la dégradation de notre système éducatif, de notre justice, de notre police, de notre santé, est-il encore nécessaire de démontrer la capacité de nuisance de la gauche sur notre qualité de vie ?

  4. Ce pauvre Jean Denat ne sait plus comment faire pour exister. Pathétique …..Qu’il parte à la retraite au lieux de s’accrocher comme une vieille moule à son rocher.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité