Actualités

GARD Qui veut du restaurant-bus londonien d’Audrey sur sa commune ?

Le bus londonien-restaurant cherche un point de chute (DR)
Le bus londonien-restaurant cherche un point de chute (DR)

« C’est dingue que quand on cherche à créer son entreprise, on trouve autant de portes fermées. Sincèrement, je ne le pensais pas. »

Et pourtant, voilà un mois que la jeune gardoise Audrey Prouveze cherche un point de chute pour y démarrer son projet : celui d’un restaurant dans un vrai bus londonien.

Le temps presse

« J’ai démarché 45 communes, dans le Gard, l’Hérault, les Bouches-du-Rhône et le Vaucluse », affirme Audrey, originaire de Mus. Invariablement, la réponse est négative : « soit les communes disent qu’elles ont déjà suffisamment de restaurants, soit qu’elles n’ont pas de terrain municipal à louer ou à vendre. » Et la gardoise ne comprend pas ces réponses, « ce projet peut être un plus pour une commune, quelque chose de différent, complémentaire des autres restaurants. Alors quand on me dit ‘on a déjà des camions de pizzas’… je n’en fais même pas des pizzas ! » Le projet est plus orienté restauration « rapide mais traditionnelle. »

Du côté du privé et de particuliers, chou blanc aussi : « il faut également une autorisation de la mairie, et on ne peut pas le faire sur un terrain agricole », souffle Audrey, qui a besoin d’un emplacement fixe sur un terrain communal ou privé d’au moins 500 mètres carrés à louer ou à acheter, d’un terrain viabilisé ou pouvant l’être avec fosse septique ou tout à l’égout et proche d’un grand axe de circulation d’une ville ou d’un village, dans une ZAC ou une zone potentiellement exploitable pour un restaurant, sachant que le bus, déjà aménagé, n’a pas de moteur et ne roulera pas.

Aurélie Prouvèze (à D) a cuisiné pour le dernier Téléthon dans son village (DR)
Aurélie Prouvèze (à D) a cuisiné pour le dernier Téléthon dans son village (DR)

Si Audrey ne se décourage pas, elle voit se rapprocher de plus en plus dangereusement la date du 28 décembre, à laquelle elle doit avoir trouvé un terrain sous peine de voir annulé le compromis de vente du bus qu’elle a acheté à Pau. Et dans ce cas, ce serait plus qu’un compromis de vente qui capoterait, mais un vrai projet de reconversion.

« Ce serait ma première activité en entreprise, avant j’étais dans la police nationale, explique Audrey, tout juste trentenaire. Je suis passionnée de cuisine depuis toute petite, et j’ai vraiment envie de me lancer. »

NB : Audrey Prouveze est joignable au 06 09 27 24 47 ou à l’adresse suivante : audrey.prouveze@outlook.fr.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

8 réactions sur “GARD Qui veut du restaurant-bus londonien d’Audrey sur sa commune ?”

  1. Bonjour,
    Avant de vouloir créer une entreprise, il faut d’abord bien étudier le projet ! Créer une entreprise n’est pas une mince affaire… il ne suffit malheureusement pas de claquer des doigts pour réussir.
    Je vous aurais conseillé d’aller voir des personnes capables de vous conseiller, de vous orienter et d’étudier la faisabilité de votre projet comme les chambres de commerce.
    En tout cas, bon courage à vous.

    1. Merci pour les conseils mais je n’achète pas une tablette de chocolat, je créer une entreprise et j’en ai bien conscience ! Mon projet est en étude depuis déjà des mois et j’ai un accompagnement par la chambre des métiers dont je depends! Merci du conseil et ne vous inquiétez pas j’envisage une entreprise prospère et stable!

  2. Il serait particulièrement étonnant qu’aucun des maires de l’Agglo. du Gard Rhodanien ne soit intéressé par ce lieu et ce lien de convivialité que serait un restaurant-bus !

    1. Bonjour,
      Désolée pour vous, malheureusement moi ça ne m’étonne pas… je cherche à m’installer en agriculture bio dans le gard et même combat : impossible de trouver un terrain…
      c’est dû à la pression foncière, et au pb de ces demandes d’autorisations pour mettre ce fameux bus : si ça bouge pas il faut un permis de construire, sauf que sur un terrain agricole seul un agriculteur a éventuellement le droit de construire et encore même avec un projet agricole on me refuse des serres tunnels démontables et l’activité de camping à la ferme avec le réseau accueil paysan (interdiction de camper sur des zones agricoles dans la plupart des communes du gard car ils font la chasse aux roms et aux gitans)…
      bon courage !

  3. Créer une entreprise en France, c’est se battre pour qu’elle fonctionne et se battre pour empêcher les pouvoirs publics de la couler.

    C’est pour cela que le pays est en chute libre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité