A la uneActualitésPolitique

ÇA RESTE ENTRE NOUS Les indiscrétions de la semaine

Photo d'illustration : droits réservés.
Photo d'illustration : droits réservés.

Après une pause pour cause d'élections régionales, votre cocktail d'indiscrétions politiques, économiques et sportives, revient ce dimanche. Un dernier tour de piste avant la trêve des confiseurs… Objectif Gard vous souhaite de bonnes fêtes. À l'année prochaine ! 

Blandine Dancette sur le départ ? Elle porte la tunique rouge du HBC Nîmes depuis de nombreuses années. Valeur sûre de l'effectif, Blandine Dancette pourrait quitter l'effectif nîmois d'ici la fin de la saison. Son contrat prend fin le 30 juin prochain et il se murmure que des propositions parisiennes sont arrivées jusqu'à la capitale du Gard. Affaire à suivre…

L'arroseur arrosé. Certains hommes publics n'ont peur de rien. Même pas de la honte. La semaine dernière, le réseau d'entreprises Leader Alès présente un fonds de dotation inédit à tous les acteurs économiques de la ville : Alès Mécénat. Objectif Gard s'empare du sujet, et écrit un article titré, après moult hésitations, mais sans malveillance : "Alès Mécénat : le mariage improbable du business, de la culture et du sport". Leader Alès, présidé par Jean-Pierre Bournonville, ex-Axens, a bien envie de partager l'article pour valoriser son travail, mais ce petit "improbable" l'escagasse quelque peu. Pourquoi s’embarrasser ? Internet offre tellement de possibilités ! L'article est donc partagé, amputé de l'adjectif qui constituait son essence. En droit pénal (et moral), il s'agit là d'atteinte au droit d'auteur. Pour enfoncer le clou, le secrétaire de l'association Stéphane Ozil n'a pas jugé bon de s'excuser. Voici notre réponse.

Photo : Coralie Mollaret.
Christophe Rivenq, chef de cabinet du maire d'Alès et conseiller régional. Photo : Coralie Mollaret.

Christophe Rivenq pédale dans la semoule. C'est ce qu'on appelle une journée où l'on aurait mieux fait de rester couché. Dimanche dernier, la tête de liste gardoise Les Républicains Christophe Rivenq  - également bras droit de Max Roustan - attend avec appréhension les résultats du second tour des Régionales en mairie d'Alès. Pendant ce temps, son vélo électrique, fidèle destrier vert "made in Pôle mécanique", l'attend patiemment dans le hall de l'hôtel de ville. A 20h, le candidat apprend la défaite de son parti et décide de regagner ses pénates. Un malheur n'arrive jamais seul : le deux-roues, avec lequel il a parcouru, selon lui, près de 2000 km, a disparu. Heureusement pour Christophe, son patron Max affectionne peu les balades en vélo et lui prête gentiment le sien. Désormais, le conseiller régional ne s'en sépare plus et l'emmène jusque dans les salles de réception ! Ah, l'amour !

Lire aussiIMAGE DU JOUR Après Max Roustan en mode prolo, Christophe Rivenq en mode écolo

Régionales : cinglante missive d'Olivier Jalaguier. Sonnée par la défaite de dimanche dernier, certains élus ou militants de droite n'ont pas manqué de tacler leur tête de liste Les Républicains-UDI, Dominique Reynié. Le politologue récemment encarté chez Les Républicains avait fait des pieds et des mains pour conduire la liste en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées. Dans une longue lettre ouverte, Olivier Jalaguier, ancien directeur de campagne de Laurent Burgoa aux Départementales et cogérant de l'agence de communication Terra Luna, ne mâche pas ses mots pour exprimer tout le bien qu'il pense de son ex-tête de liste… En voici quelques extraits :

"Comment avez-vous osé?
Comment avez-vous osé penser pouvoir venir gagner dans notre région?
Comment avez vous osé vous affranchir de nos structures militantes et des consignes de nos états majors? (…)

Lorsqu'un capitaine conduit son navire au naufrage, il ne s'échappe pas dans un canot de survie, mais sombre et s'efface dans la dignité. 

Alors de grâce Monsieur Reynié : laissez-donc les quelques élus régionaux qui nous restent encore former sans vous une opposition déterminée autour d'un président de groupe élu par ses pairs"

Département : Laurent Burgoa ou Ponce Pilate ? Les conseillers départementaux sont actuellement à pied d'oeuvre pour boucler le budget 2016. Majorité relative oblige, droite et gauche doivent trouver un terrain d'entente pour entériner l'exercice budgétaire. Présidé par Laurent Burgoa, le groupe d'opposition a déjà mis sur la table ses velléités, liées notamment au financement du Musée de la Romanité ou à l'abattoir d'Alès, "qui participent au développement économique gardois". En cette période importante pour la chrétienté, Laurent Burgoa a ce parallèle tout trouvé pour convaincre l'exécutif : "De la position de notre bras, dépend l'avenir de la collectivité… C'est le même processus que Ponce Pilate. La droite a un droit de vie ou de mort sur le Département". Plus d'informations dans notre édition de demain.

Etiquette

Abdel Samari

Créateur d'ObjectifGard, je suis avant tout passionné par les médias et mon département. Ce qui me motive chaque jour : informer le plus grand nombre sur l'actualité du Gard ! Pari tenu ?

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité