Actualités

IL Y A 4 ANS… A Nîmes, près de 20 platanes devaient être abattus

L'avenue Feuchères dans quelques mois
Pour conserver la beauté du site, l'alignement des arbres et pour lutter contre les maladies, des platanes et marronniers furent abattus (Photo DR)

Il y a 4 ans, 18 arbres devaient être abattus dans le cadre du projet urbain AEF (Arènes Esplanade Feuchères). Après le Parvis des Arènes et l'Esplanade, c'était au tour de l'avenue Feuchères de connaître un coup de jeune.

Le rapport des Nîmois à leurs arbres est assez spécial. L'été, les branches baignent le centre de la ville dans une ombre généralisée apportant la fraîcheur manquante à la cité alors plombée par l'astre solaire. Les arbres sont donc nécessaires à la bonne vie des riverains mais aussi des touristes! Seulement, entre le chantier du Transport en Commun en Site Propre, son extension autour des boulevards et l'aménagement du plan AEF, la Mairie décidait de s'occuper du cas de certains arbres devenus gênants...

Dans le cadre des travaux de l’Esplanade sur l’avenue Feuchères, une vingtaine de platanes devait tomber, expertise à l’appui. En cause, une maladie du nom barbare de Ganoderma Adspersum, ou "ganodermes", des champignons qui touchent les arbres "un peu partout en France" évoquait l'expert Francis Maire.

Aucun remède ne serait efficace et la destruction de la structure du bois, tout comme la perte de résistance due à une sorte de pourrissement sous l’action du champignon affaiblissait les arbres. État sanitaire calamiteux, Jean-Paul FOurnier, sénateur-maire de Nîmes, se refusait donc à ce que quelqu’un ne perde la vie suite à la chute d’un de ces arbres. Et apprend-on de la part de l’expert que "c’est déjà arrivé à Strasbourg il y a peu de temps".

Une première expertise datant d’août 2011 prévoyait 17 arbres à abattre, une contre-expertise datant de 2012 visait 18 arbres. Côté coût, cela était estimé à 800/1.000 euros par arbre à abattre.

Sachant que ces spécimens devaient être remplacés par d’autres élevés en pépinière, auxquels devaient s’ajouter 13 nouveaux platanes, ce qui permettrait un "réalignement" de l’ensemble des deux lignes de 64 arbres transplantés en 1995, qui ont déjà perdu des spécimens atteints et qui ont laissé 24 emplacements vacants. Selon le contexte historique d’implantation de ces platanes, une grave erreur aurait été faite à l’époque. La transplantation aurait été très traumatisante pour les arbres car trop profonde.

A noter que 21 arbres "moyennement atteints" par le Ganoderma Adspersum seront finalement conservés, mais "mis sous surveillance". Les nouveaux arbres implantés avenue Feuchères à Nîmes furent ceux préconisés par l’INRA pour prévenir une maladie qui n’était alors pas encore apparue dans la région : la maladie mortelle du chancre coloré du platane.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité