A la uneFaits Divers

L’ENQUÊTE (2/4) Disparition de Lucas : qui était en haut du piton rocheux ?

Le piton rocheux. Photo Tony Duret / Objectif Gard
Le piton rocheux. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Le 18 mars 2015, Lucas, un adolescent de 15 ans vivant à Bagnols-sur-Cèze, a disparu. Début février, Eric et Nathalie Tronche, ses parents, ont accepté de nous aider dans notre démarche consistant à revenir sur les lieux, rencontrer les proches, les voisins, les témoins et comprendre un peu mieux les circonstances de la disparition du jeune homme. Voici le résultat de notre enquête.

Après avoir retracé l’emploi du temps de Lucas dans les jours et les heures avant sa disparition (relire ici), nous avons voulu rencontrer les témoins. Le premier témoignage, celui de Madeleine, l’une des plus proches voisines de Lucas, nous a interpellés. Avant de commencer notre enquête, pour nous imprégner des faits, des rares certitudes, des nombreuses questions qui restent en suspens, nous avons lu, écouté, visionné toutes les émissions ou articles de journaux sur le sujet. Et le témoignage de Madeleine faisait partie de nos quelques certitudes. Partout dans les journaux, il était acquis qu’elle avait vu un jeune homme passer devant son domicile vers 17h30. Une version complètement crédible puisque Lucas, vous l’avez lu plus tôt, n’a pas quitté son domicile avant 17h10. Seulement, près d’un an après les faits, Madeleine livre un autre témoignage : «Le jour de la disparition de Lucas, j’étais dehors sur la terrasse en train de coudre. J’ai vu un adolescent passer sur le chemin, il marchait normalement. Il avait un blouson plutôt beige, gris, si je me rappelle bien mais je n’ai pas vu vers où il est parti. Je l’ai vu vers 16h45-17h. Mon mari est rentré vers 17h-17h10 et j’ai vu cette personne avant ». Si Madeleine dit vrai, ce n’est donc pas Lucas qu’elle a vu passer ce jour-là. Précisons que dans sa première déposition aux enquêteurs, à peine quelques heures après la disparition de l’enfant, elle disait l’avoir vu vers 17h30.

Stéphanie, la voisine de Lucas. Photo Tony Duret / Objectif Gard
Stéphanie, la voisine de Lucas. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Stéphanie, une voisine : « Ca m’a intriguée de voir quelqu’un courir tout seul »

Nous sommes ensuite allés à la rencontre de Stéphanie, une autre voisine qui vit au lieu-dit « le Mas Jaune ». Cette jeune femme de 35 ans pense avoir vu Lucas le lendemain de sa disparition : « J’étais dans ma chambre, en train de repasser ce jeudi 19 mars 2015. Vers 12h15, j’ai vu quelqu’un traverser. Il était en rouge. Il courait. Il a traversé et est parti vers les vignes. C’était un jeune, il était svelte et ses cheveux étaient clairs. Mais je ne voyais que le haut de son corps. Ça m’a intriguée de voir quelqu’un courir tout seul ». S’il s’avère que ce jour-là, c’est bien Lucas que Stéphanie a vu, cela privilégierait la thèse de la fugue (nous reviendrons sur les différentes hypothèses dans nos derniers articles à 15h et 19h, NDLR).

Ce témoignage pourrait être corroboré par celui de Rachid Ghamri, un proche d’Éric et Nathalie, qui connaît Lucas depuis de nombreuses années et qui, dès sa disparition, a activement participé aux recherches. Et depuis maintenant un an, l’homme n’a jamais rien lâché. Plusieurs jours par semaine, il repart, seul, dans les bois, dans les vallées environnantes, à la recherche du moindre indice et tente de découvrir quelque chose qui aurait pu lui échapper. Investi, impliqué, il a passé de nombreuses nuits dehors, dans les collines voisines, à observer les allers et venues, à s’assurer que Lucas ne se cacherait pas et profiterait de la nuit pour sortir ou encore pour voir si Lucas aurait pu faire une mauvaise rencontre. Un dévouement total et une persévérance à toute épreuve. Chapeau !

Rachid, un ami des parents, sur l'un des lieux où aurait été vu Lucas. Photo Tony Duret / Objectif Gard
Rachid Ghamri, un ami des parents, sur l'un des lieux où aurait été vu Lucas. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Ce jeudi 19 mars, vers 18h30, Rachid, accompagné de plusieurs courageux, aperçoit une forme en haut d’un piton rocheux. La distance ne permet pas d’être formel et d’indiquer si cette personne, assise tranquillement en haut du rocher, est Lucas. Mais l’individu ne bouge pas, semble observer la vallée. Rachid hurle de toutes ses forces : « Lucas… Lucas… » Rien ne se passe jusqu’à ce que Rachid et ses camarades s’avancent vers le piton rocheux : subitement, la personne se met debout et disparait… Étrange.

A SUIVRE : à 15h et 19h : nos hypothèses sur la disparition de Lucas.

Voir ici l'avis de recherche de Lucas

Tony DURET & Thierry ALLARD

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Vous aimeriez aussi

5 réactions sur “L’ENQUÊTE (2/4) Disparition de Lucas : qui était en haut du piton rocheux ?”

  1. Déconcertant ce témoignage.Que croire? Ca fait un an que lucas a disparu.Etait ce bien lui qui a été apercu? Ou croit on l’avoir apercu? Je demande a voir et confirmation.je suis sceptique..

  2. En tout cas chapeau a l’ami de la famille,a rachid Ghamri et comme lui je pense a un rendez vous qui a mal tourné,seule hypothèse la plus crédible.Mais que font les enquêteurs?Pourquoi ne cherchent ils pas eux aussi?

    1. La police a découvert quelque chose dans les ordinateurs de Lucas. Et peut être que Lucas n’ose plus retourner chez lui ( n’oublions pas qu’il habite dans un village), donc ou bien il s’est suicidé où il est parti avec quelqu’un: il ne reviendra pas.

    2. justement il en fait peut être un peu trop, on a déjà vu ce genre de comportement dans bien des enquêtes ou des gens sont dévoués alors qu’ils sont les premiers coupables

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close