A la uneFaits Divers

AU PALAIS La relaxe pour le commerçant Graulen soupçonné de recel de « bijoux de famille »

Le palais de justice de Nîmes. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)
Le palais de justice de Nîmes. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)

Pascal, 28 ans, est gérant d’un bar au Grau-du-Roi. Dans le cadre d’une perquisition à son domicile dans une affaire de stupéfiants, les enquêteurs retrouvent toute une série de bijoux enveloppés dans un sachet. Le président du tribunal correctionnel de Nîmes Cyril Ozoux ose un trait d’humour :

-          C’est vrai qu’il est surprenant de trouver des bijoux en sachet !

Présent à l’audience, le prévenu s’explique :

-          J’avais un bar en gérance. Une personne de passage m’a proposé ses bijoux et il m’a certifié que ce n’était pas de l’or volé. Il devait le proposer dans une bijouterie et je lui ai fait un meilleur prix.

-          Mais ça ne vous étonne pas plus que ça qu’un client entre chez vous et vous propose des bijoux ?, s’étonne le président.

-          Non, dans les bars, on propose tout et n’importe quoi. Il m’a dit que c’était ses bijoux de famille. D’ailleurs, dans le sachet, il y a aussi des bijoux à moi.

-          Pourquoi mettre les bijoux dans un sachet ? Et sous la housse d’un fauteuil ?, insiste le magistrat.

-          Je les ai cachés parce que je suis commerçant et susceptible d’être la victime d’un cambriolage.

L’enquête n’a pas pu établir que les bijoux recueillis par le commerçant provenaient d’un vol. Malgré ce dernier point, le procureur trouve l’histoire suffisamment louche pour requérir six mois de prison dont trois avec sursis. Mais l’avocat de Pascal s’en tient au droit :

-          Mon client comparait pour recel. Mais pour qu’il y ait recel, il faut qu’il y ait un vol au préalable.

Pascal, invité à prendre la parole en dernier, plaidera sa cause :

-          Monsieur le juge, je vous demande de juger des faits et non pas une intuition ou un sentiment.

Il sera entendu : Pascal a été relaxé et les bijoux lui seront restitués.

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité