A la uneFaits Divers

CLARENSAC La disparition d’Antoine prend une ampleur nationale

photos de l'appel lancé par les parents d'Antoine. DR
photos de l'appel lancé par les parents d'Antoine. DR

Près de deux mois et demi après la disparition du jeune Antoine, un adolescent de 16 ans vivant à Clarensac, un nouvel appel à témoins est lancé et un avis de recherche est diffusé dans toute la France.

Bois, falaises, fossés, chemins, routes, ponts, buses... Les hommes de la Section de Recherches de Nîmes ont fouillé, cherché, ratissé la garrigue sur un rayon de six kilomètres près de Clarensac. Mais rien. Pas un indice, pas une piste. Des recherches qui illustrent le mystère qui plane sur cette disparition où rien ne se tient.

Antoine est un adolescent sans histoires, un élève moyen de 1ère ES, amateur de jeux vidéo. Le 1er mars dernier, à 14h, il sort de chez lui en disant à son père qu'il revient. Antoine, qui est parti sans son téléphone portable, sans affaires, sans son abonnement au bus et avec deux euros en poche, est aperçu à trois reprises. Par un copain à 14h30. Puis à 15h chez un camarade de classe avec qui il discutera quelques minutes. Et enfin à 16h, chez le buraliste de Clarensac, pour acheter un briquet. Mais "Antoine ne fume pas", précise la Procureure de la République de Nîmes Laure Beccuau. Une bizzarerie de plus...

Et depuis, plus rien. Le jeune homme s'est volatilisé. Depuis plus de deux mois, les enquêteurs explorent toutes les pistes : la téléphonie, les réseaux sociaux, l'audition de ses proches, de ses camarades de classe du Lycée Albert Camus à Nîmes. Laure Beccuau résume :"Il n'a pas de comportement suicidaire. La mauvaise rencontre ? On a aucune trace. Une fugue ? Tout est possible. On a rien de pertinent sur un enlèvement et aucun lien n'est avéré avec la disparition de Lucas".

Devant un tel flou, les enquêteurs lancent un appel à la population à "toutes personnes ayant pu voir Antoine, ayant pu le transporter ou ayant entendu des informations le concernant". Une "cellule Antoine", composée de huit hommes, a été mise en place. Pour tout renseignement (même non confirmé), composez le numéro vert : 0800 97 14 30 ou par mail : sr-nimes.antoine@gendarmerie.interieur.gouv.fr

Rappelons qu'Antoine, 16 ans, a disparu à Clarensac le 1er mars 2016. Il mesure 1,80m. Il a les cheveux châtain-roux, les yeux marron. Lors de sa disparition, il était vêtu d'un pantalon noir, d'un sweat à capuche noire et de chaussures de sport Puma.

Tony Duret

 

 

 

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close