A la uneActualité générale.Actualités

BARJAC L’agresseur de Chloé : la dérive d’un récidiviste sexuel

Photo : Boris De la Cruz/ Objectif Gard.
Photo : Boris De la Cruz/ Objectif Gard.

Kamel Bousselat était sorti de prison depuis 2 mois lorsqu’il a « enlevé, séquestré et violé » le 9 novembre 2012. 

Sa victime, Chloé, 15 ans rentrait chez elle à Barjac et venait de garer sa mobylette devant son portail lorsque son agresseur est apparu. Avant ces faits, Kamel Bousselat avait agressé plusieurs fois des femmes ou des jeunes filles... Il avait été condamné par le tribunal correctionnel de Nîmes.

Au moment de son arrestation, après la libération de Chloé, en novembre 2012, nous nous étions rendus à Roquemaure et Bagnols-sur-Cèze, où le kidnappeur de Chloé a grandi. Plusieurs témoins avaient parlé de Kamel, le copain d’enfance qu’ils avaient rencontré après sa sortie de prison... « J’ai croisé Kamel il y a trois semaines. Je ne l’avais pas vu depuis des années car il était en prison. Tout le monde ici pensait qu’il était incarcéré pour des déviances sexuelles, mais lui m’a juré la main sur le cœur, peut être pour ne pas passer pour un pointeur, qu’il avait fait des années de prison pour des cambriolages et non pas pour des agressions sexuelles », affirmait en novembre 2012 un copain de Kamel Bousselat. Des explications à ses amis en guise de mensonge… Kamel Bousselat a été condamné le 12 mai 2009 pour six agressions sexuelles ou des tentatives d’agression sexuelles. Des actes survenus entre mars et juin 2009 toujours selon le même mode opératoire : il surgissait dans des endroits déserts et il s’en prenait à des adolescentes ou des femmes qui circulaient à deux roues. L’avocat des victimes avait dénoncé à l’audience de 2009, « la méthode, l’organisation et la préméditation de l’agresseur »… Lui se défendait en évoquant « des pulsions incontrôlables ». Il avait été condamné à 5 ans de prison dont 3 fermes et avait été inscrit au fichier des délinquants sexuels. Lorsqu’il a kidnappé Chloé à Barjac, il venait d’effectuer sa condamnation pour les différentes agressions sexuelles et il était dehors depuis deux mois... Il ne respectait pas le suivi judiciaire qui lui était imposé.

« Entre sa sortie de prison et l’agression de la petite Chloé, il vivait un peu comme un vagabond. Parfois il logeait dans une caravane à l’extérieur du village, parfois dans des foyers vers Avignon, parfois il dormait dans un véhicule », poursuit un autre témoin rencontré à Roquemaure. Thierry* se souvient lui de celui qui a partagé les mêmes bancs d’école. « Adolescent on traînait ensemble et il lui arrivait d’être incontrôlable alors que quelques secondes avant il était joyeux. Il était sympa à 99% du temps, mais pour aucune raison, il débloquait et devenait violent, poursuit cet ancien camarade de jeu. Je suis choqué, mais malheureusement pas surpris ».

A partir de lundi matin Kamel Bousselat, 36 ans, comparaîtra devant la Cour d’Assises du Gard. Il risque la perpétuité. Le verdict est attendu mercredi.

*Prénom modifié. 

Boris De la Cruz

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité