Faits Divers

NÎMES Le retraité SNCF se réjouit sur Facebook de la mort des policiers et gendarmes

Facebook

Un retraité SNCF âgé de 62 ans s’est lâché sur sa page Facebook en souhaitant la mort des policiers, gendarmes, politiques, migrants et musulmans. Une diatribe nauséabonde dont il ne paraît même pas prendre conscience à la barre du tribunal correctionnel de Nîmes. Il a été condamné à 8 mois de prison avec sursis pour « diffamation envers une juridiction, un corps constitué ou l’armée » et « provocation à la haine ou à la violence en raison de l’origine, l’ethnie, la nation, la race, ou la religion par un moyen de communication au public par voie électronique ».

Ce personnage terne, qui s’exprime avec difficulté, adore se lâcher sur Internet et plus précisément sur Facebook. Impossible d’énoncer toutes les injures écrites par cet homme qui croyait que sa « page était du domaine du privé ». Pendant 3 mois, de février à mai dernier, il va se régaler à commenter l’actualité souhaitant la mort pêle-mêle des forces de l’ordre, des politiques, des migrants, des musulmans. « La lourdeur, la réitération des propos, le caractère injurieux est consternant, dénonce la vice procureur Laurène Dorlhac. C’est un homme recentré sur lui-même et d’une étroitesse d’esprit affligeante », poursuit la représentante du Parquet de Nîmes qui réclame et qui obtiendra que le prévenu soit condamné à 8 mois de prison avec sursis.

Un homme qui s’est réjouit en mai dernier de la mort des quatre gendarmes du peloton de haute montagne des hautes Pyrénées ou encore du décès dans le Var d’un gendarme du GIGN.

Cette rancœur, cet homme la traîne depuis 2002 où après une soirée arrosée son permis a été suspendu. Depuis il voue une haine sans relâche aux forces de l’ordre. 14 ans après il a publié son ramassis de rancœur sur sa page Facebook.

Sauf que le retraité qui avoue à la barre du tribunal avoir mal vécu sa suspension de permis d’un an n’avait pas compris que suspension n’était pas annulation et qu’après sa sanction de 12 mois sans permis il avait récupéré depuis maintenant 13 ans son permis de conduire. « Les bras m’en tombent », avoue-t-il, lorsqu’il apprend que depuis plus d’une décennie, il a la possession de son permis sans qu’il le sache et ses 12 points.

« Sinon sur le plan de votre état mental, vous considérez que vous êtes en bonne forme ? », glisse le président Jean Pierre Bandierra. Le prévenu sans siller répond « naturellement ».

« C’est un homme dépassé par la technologie, il pensait que c’était sa page Facebook, sans imaginer que d’autres pouvaient la consulter. Il a tout avoué, il y avait son vrai nom, sa photo, il n’avait pas pris de pseudo, soutient son conseil Me Priscilla Coquelle. Il connait mal et maîtrise mal cette technologie », affirme l’avocate nîmoise.

Le retraité SNCF a été interpellé et placé en garde à vue le 22 mai après une remontée informatique automatique des données diffamatoires et injurieuses qu’il publiait sur « sa » page Facebook.

Boris De la Cruz

Etiquette

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité