A la uneActualités

NÎMES Musée de la Romanité : un premier vestige placé

Le propylée du sanctuaire des Jardins de la Fontaine, positionné au futur musée de la Romanité. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)
Le propylée du sanctuaire des Jardins de la Fontaine, positionné au futur musée de la Romanité. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)

C'est dans l’impressionnant chantier du musée de la Romanité qu'avait lieu la pose du propylée du sanctuaire des Jardins de la Fontaine. Un premier vestige qui va en appeler bien d'autres.

Si certaines pièces ont déjà été déplacées vers le chantier, dont la mosaïque de Bellérophon, le propylée est le premier a être mis en place alors que les travaux sont loin d'être achevés. Une installation anticipée qui s'explique facilement compte tenu de la taille et du poids de l’élément, un ensemble de 18 blocs pesant 18,5 tonnes, le tout emménagé dans une niche en acier et placé au cœur de l'infrastructure. Tout un symbole, à l'origine ce propylée était un passage menant à un sanctuaire. "C'est certainement le vestige le mieux conservé de notre patrimoine" explique la conservatrice Dominique Darde.

Intérieur du musée de la Romanité. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)
Intérieur du musée de la Romanité. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)

Découvert au 18ème siècle dans les Jardins de la Fontaine lors du terrassement, ce vestige antique de l'ordre corinthien est le plus complet des fouilles réalisées à cet endroit. Jamais présenté au public, il prend une place de choix ici : "L'idée était de dévoiler enfin cette pièces et en faire le cœur du musée" ajoute Dominique Darde. Sur la façade sera juxtaposée une projection animée afin d'intégrer ce propylée dans un ensemble et permettre au public de mieux comprendre à quoi il ressemblait. Pour l'architecte en charge des lieux Elizabeth de Portzamparc, l'intégration de ce propylée dans l'ossature du musée est chargée de sens : "Jusqu'ici, nous assistions à la naissance d'un bâtiment. Désormais, c'est celle d'un musée."

La vue sur les arènes est imprenable. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)
La vue sur les arènes est imprenable. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)

Le président de l'EPCC Pont-du-Gard Patrick Malavieille a rappelé l'importance d'unir les efforts entre son monument gardois et la romanité nîmoise. Seul manquait à l'appel le sénateur-maire Jean Paul Fournier, hospitalisé depuis ce weekend pour des problèmes de santé. "Il va mieux, il ira encore mieux dans les prochains jours" a annoncé le délégué à la culture Daniel Jean Valade.

Baptiste Manzinali

Etiquette

Baptiste Manzinali

Diplômé de l'ESJ, passionné d'actualité en général, musique, football, cinéma, jeux vidéo et civilisations anciennes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité