Faits Divers

PUJAUT Le poney Scoubidou abandonné et mort de mauvais traitements

Le palais de justice de Nîmes. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard).
Le palais de justice de Nîmes. (Photo Objectif Gard).

Un homme de 41 ans a été condamné mercredi par le tribunal correctionnel de Nîmes à 2 mois de prison et une interdiction de s'occuper des animaux pendant 3 ans. Il ne s'est pas présenté à l'audience. Il était poursuivi pour "mauvais traitements envers un animal placé sous sa garde par l'exploitant d'un établissement détenant des animaux domestiques".

Les faits ont été dénoncés en décembre 2013 par une promeneuse indignée de voir un poney s'affaiblir de jour en jour. Pourtant l'association qui servait de refuge aux équidés avait un nom rassurant: "les amis des chevaux".

Mais concrètement lorsque la "fondation assistance des animaux" est intervenue pour récupérer et placer les chevaux maltraités, la pension faisait figure d'écurie abandonnée. Tous les animaux ont trouvé immédiatement un autre refuge, tandis que le responsable de la structure, un Belge de 41 ans, disparaissait sans laisser d'adresse. D'ailleurs, il ne s'est même pas rendu à la convocation du tribunal correctionnel mercredi. "Il a un comportement inadmissible, il ne vient pas s'expliquer. C'est un homme qui, déjà, courant 2013, avait reçu des avertissements. Un poney dont il avait la garde avait été retrouvé mort dans une piscine, un cheval qui était en pension quelques temps chez lui avait perdu 100 kilos", affirme Me Camille Alliez pour l'association de défense des animaux qui poursuit sur les conditions de vie de Scoubidou... "Le petit poney du village de Pujaut, qui appartenait personnellement au responsable du refuge, était attaché à une corde de 2 mètres de longueur, à la fin il ne pouvait plus bouger à cause de cette corde qui s'était enroulée sur lui, il était coincé, personne ne s'occupait de lui. Il n'y avait pas d'eau dans sa gamelle, pas de fourrage, il était en état d'hypothermie avancée", affirme l'avocate Nîmoise.

Scoubidou a été recueilli fin décembre 2013 et soigné dans un nouveau refuge. "Mais les blessures étaient irréversibles, les mauvais traitements trop nombreux, Scoubidou est décédé quatre mois plus tard, à cause de son propriétaire ", dénonce Me Alliez, conseil de la "Fondation assistance des animaux".

Le prévenu n'était même pas représenté par un avocat.

Boris De la Cruz

Etiquette

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité