AU PALAIS Le cambrioleur oublie des documents à son nom chez sa victime…

Le palais de justice de Nîmes. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard).

Le palais de justice de Nîmes. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard).

Ahmed n’a pas été très inspiré le 27 mai dernier. Déjà, l’idée de s’apprêter à commettre un cambriolage n’est pas judicieuse, mais de laisser des documents sur place l’est encore moins. C’est ce qu’il s’est produit en cette fin mai dans la rue Sainte-Perpétue à Nîmes : Ahmed a oublié un sac contenant des livres, un marteau et des documents à son nom…

Forcément, grâce à ce précieux coup de pouce, Ahmed a facilement été identifié et encore plus aisément retrouvé puisqu’il se trouvait en prison pour d’autres faits commis le lendemain du cambriolage raté. Devant l’accumulation des preuves, le jeune homme de 29 ans a reconnu les faits. Il s’est d’ailleurs tellement senti en confiance auprès des enquêteurs qu’il a admis d’autres vols sans qu’on lui demande ! On apprend à l’audience qu’il a revendu un vélo volé pour 60€ à Cash Converters ainsi qu’un grille pain à 3€ à la même enseigne :

  • 3€ le grille pain, c’est absolument extraordinaire, commente malicieusement le président Jean-Pierre Bandiera.

Sur la personnalité de l’accusé, on apprend qu’il vit en foyer depuis l’âge de 12 ans, que sa mère est morte dès son plus jeune âge, qu’il n’a pas connu son père et qu’il consomme régulièrement du cannabis.

  • Vous consommez des produits stupéfiants en prison ?
  • Oui, reconnaît Ahmed le plus naturellement du monde.
  • Mais comment voulez-vous vous en sortir alors ?, peste le président Bandiera qui le condamne à trois mois de prison.
Partager