• Home »
  • A la une »
  • GARD Rachida Dati : “Nicolas Sarkozy, c’est le choix de l’alternance”

GARD Rachida Dati : “Nicolas Sarkozy, c’est le choix de l’alternance”

Photo : Coralie Mollaret / Objectifgard Gard.

Rachida Dati au côté de l'eurodéputé Franck Proust. Photo : Coralie Mollaret / Objectifgard Gard.

Soutien de Nicolas Sarkozy à la Primaire de droite, l'ancienne Garde des Sceaux est en meeting ce soir au Grau-du-Roi.

Objectifgard : Vous êtes aujourd’hui dans le Gard… Cette fédération, c'est un terrain conquis pour vous, non ?

Rachida Dati : D'abord venir dans le Gard est un réel plaisir ! J'adore rencontrer les Français là où ils vivent, là où ils peuvent exprimer leurs attentes voire leurs inquiétudes. Le plaisir est doublé par le fait de venir chez mes deux amis : Jean-Paul Fournier, sénateur-maire de Nîmes et Franck Proust, son premier adjoint, qui est également député européen.

Quel est l’enjeu de votre visite au Grau-du-Roi ?

Ici dans le Gard, plus de 57 élus ont apporté leur soutien à Nicolas Sarkozy, au titre de la primaire de la droite et du centre. Je viens dans votre département pour accompagner cette mobilisation exceptionnelle avec nos militants et nos sympathisants. À quelques jours du premier tour de la primaire, il est important de faire campagne, de rappeler nos valeurs, nos principes et d'expliquer notre projet. Voter pour Nicolas Sarkozy, c'est faire clairement le choix de l'alternance, de la restauration de l'autorité, d'une plus grande protection des Français, de notre identité et de rétablir l'influence de la France en Europe et dans le monde.

Comment allez-vous convaincre les militants de voter pour Nicolas Sarkozy ?

Nos militants sont convaincus par Nicolas Sarkozy. Et je suis là pour le rappeler, mais aussi pour leur dire que nous allons gagner grâce à eux, grâce à leur mobilisation, grâce à la force de leurs convictions. Aussi parce que nos militants sont de droite et ils en sont fiers ! (…) La mobilisation de notre électorat est capitale pour ne pas se faire voler cette primaire par ceux qui ne croient ni en nos valeurs, ni en nos principes.

Plus généralement sur la Primaire, c’est la première fois que la droite se prête à ce type d’exercice. Dans le Gard, les responsables de la fédération n’y étaient pas très favorables… Finalement, au vue de la tenue des premiers débats, qu’en pensez-vous ? 

Je n'étais pas favorable à cette primaire, en particulier après le résultat et les conséquences de la primaire de la gauche (…) Mais elle a été adoptée par notre parti et elle aura lieu. Nous souhaitons que le résultat soit à la hauteur des enjeux et des défis immenses auxquels la France doit faire face : sécuritaires, économiques, identitaires, migratoires.

Croyez-moi, le seul candidat capable de faire face à ces défis et de redonner de la fierté à notre pays c'est Nicolas Sarkozy. Il l'a démontré lors des deux débats télévisés, au grand dam de certains candidats qui avaient comme seul projet de l’attaquer. Cela en dit long sur les convictions et les principes de ces candidats, qui ont supplié Nicolas Sarkozy d'être ministre dans son gouvernement, et même d'y rester s’il avait été réélu en 2012 ! Aujourd'hui les mêmes le trahissent sans vergogne…

Partager