A la uneActualités

GARD RHODANIEN Le SITDOM, 1999 – 2017

Le vice-président du Grand Avignon Jacques Demanse (au premier plan) prononce la délibération concernant l'adhésion de Roquemaure et Montfaucon au SMICTOM Rhône-Garrigues, équivalent à un arrêt de mort pour le SITDOM Gard Rhodanien, hier soir à Morières (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Le vice-président du Grand Avignon Jacques Demanse (au premier plan) prononce la délibération concernant l'adhésion de Roquemaure et Montfaucon au SMICTOM Rhône-Garrigues, équivalent à un arrêt de mort pour le SITDOM Gard Rhodanien, hier soir à Morières (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Le SITDOM, pour Syndicat intercommunal de traitement des déchets et dures ménagères du Gard rhodanien, mourra au 31 décembre.

L’arrêt de mort a été acté hier soir lors du conseil communautaire du Grand Avignon, à Morières-les-Avignon.

« L’agglo va reprendre un bon outil »

C’est la conséquence de la loi NOTRe, et de la disparition de la Communauté de communes de la Côte du Rhône Gardoise au 1er janvier 2017, car les trois communes qui la composaient, Roquemaure, Montfaucon et Saint-Laurent-des-Arbres, étaient rattachés au SITDOM Gard rhodanien. Si Saint-Laurent-des-Arbres a décidé de rejoindre l’agglo du Gard Rhodanien, Roquemaure et Montfaucon ont choisi de rallier le Grand Avignon.

Le rapport avec le SITDOM est le suivant : si ces deux communes restaient au SITDOM, son territoire aurait été plus étendu que celui de l’agglomération du Gard Rhodanien, et son existence aurait été prolongée. Si l’option était dans un premier temps privilégiée par les deux communes, elles ont changé d’avis en octobre pour finalement rallier officiellement hier soir le SMICTOM Rhône-Garrigues, qui gère la partie gardoise du Grand Avignon. Le SITDOM ayant de fait au 1er janvier 2017 le même périmètre que l’agglo du Gard Rhodanien, il disparaît à cette date.

« Les 31 agents basculent à l’agglo, explique le toujours président du SITDOM Jérôme Talon. L’agglo va reprendre un bon outil, j’ai pleinement confiance. » Jérôme Talon, qui a reçu hier l’ensemble des agents du SITDOM pour les informer de la suite des événements, reconnaît « un pincement au coeur » à l’heure d’abandonner une présidence qu’il assurait depuis 2001 : « je suis triste d’abandonner cette présidence, mais on a fait beaucoup de choses et on a un bon bilan. » Le président argue du fait que le syndicat soit passé « d’une à dix déchetteries », ait construit un nouveau quai de transfert, soit passé d’un seul agent à 31, le tout en « augmentant la contribution des collectivités de 20 % sur 15 ans, ce qui est très raisonnable. » Un bilan que Jérôme Talon compte dresser en détail lors du dernier conseil syndical de l’histoire du syndicat né en 1999 de la transformation du SIARBP créé il y a 50 ans, le 29 novembre.

45 000 euros annuels économisés

Pour l’usager « ça ne va rien changer », affirme le directeur de cabinet du président de l’agglo du Gard Rhodanien Guillaume Jarrié, pour qui « l’enjeu c’est de prolonger le bon fonctionnement du SITDOM. » D’une manière générale l’agglo, qui a « l’habitude d’intégrer de nouvelles collectivités », va devoir intégrer de nouveaux agents qui n’auront pas forcément le même statut : « il y aura une adaptation », admet le directeur de cabinet.

Au rayon financier, Jérôme Talon estime les économies à 45 000 euros annuels, soit les indemnités des élus, vice-présidents et la sienne en tant que président. D’une manière générale, le SITDOM va passer le témoin à l’agglo avec « environ un million d’euros d’excédent prévisionnel », affirme Jérôme Talon, et des projets comme la construction de la déchetterie de Laudun-l’Ardoise ou encore la mise en place du label délivré par le ministère de l’Environnement « Territoire zéro déchet zéro gaspillage ».

Au moment de passer le témoin et de se retirer de la présidence du syndicat, Jérôme Talon se dit toujours « partisan de la loi NOTRe » et compte bien continuer à militer pour une départementalisation du traitement des déchets : « ce n’est pas parce que j’arrête la présidence au 31 décembre que je ne vais pas continuer à m’intéresser à la gestion des déchets, ce que je fais depuis 1995, à la place qui sera la mienne. »

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité