Faits Divers

NÎMES Il pense être cocu et saccage l’appartement de son voisin

Le Palais de Justice de Nîmes. Photo Tony Duret / Objectif Gard
Palais de justice de Nîmes. DR
Palais de justice de Nîmes. DR

- Je bois très beaucoup, on va dire 24 bières par jour…

Une consommation importante qui ôte à Michel, un nîmois de 37 ans, une bonne partie de sa lucidité. Depuis son arrivée en octobre au domicile de sa compagne, Michel, sous bracelet électronique, fait vivre l’enfer à ses voisins. En à peine un mois, le repris de justice - déjà condamné à 21 reprises - cumule 4 mains courantes contre lui. Musique à fond, coups contre les murs, insultes, menaces de mort, le trentenaire n’épargne rien à son voisinage. Et surtout à sa tête de turc, Jean-François. Pour une raison que tout le monde ignore, Michel s’est mis en tête que Jean-François couche avec sa femme en son absence.

Dans la soirée du 8 décembre, après avoir bu des bières, du whisky avec un peu de foie gras « histoire de faire un peu Noël », il décide de se venger. Il casse la porte de son voisin, absent à ce moment-là, et ravage l’appartement.

- Je suis parti en brioche, admet Michel à la barre du tribunal. Mais pour le voisin, je ne regrette rien, je recommencerai. Je ne lui présenterai pas mes excuses.

Bras croisés, Michel lance des regards noirs à Jean-François, présent à l’audience. Ce dernier, qui n’a pourtant rien fait et dont le seul malheur est d’habiter au mauvais endroit, est complètement désemparé :

- J’en peux plus, je vis un enfer. Il s’est mis en tête que j’étais avec sa copine mais je ne la connais pas, je ne connais même pas son prénom.

- C’est un gros menteur, madame le juge, insiste Michel toujours persuadé que son voisin a une relation avec sa compagne.

Puisqu’il est difficile de le ramener à la raison, la procureure demande 18 mois de prison avec mandat de dépôt histoire de le faire réfléchir. La présidente de l’audience, Christine Ruellan, confirme la peine et ajoute une interdiction de séjour dans cette rue nîmoise pendant deux ans. Une décision de justice qui ne calme pas Michel :

- Toi, tu vas voir, lance-t-il en regardant Jean-François. Je vais te rouster ! Je vais te rouster !

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité