ActualitésNîmes OlympiqueSociétéSports Gard

NÎMES OLYMPIQUE Une formation connue et reconnue

A la Bastide, les Nîmois devront remettre le bleu de chauffe Photo Anthony Maurin).
A la Bastide, les Nîmois se forment au monde du football professionnel (Photo Archives Anthony Maurin).

C'est un des buts que c'était fixée la présidence du club, promouvoir le centre de formation du Nîmes Olympique. Les dirigeants, éducateurs et employés viennent de recevoir une excellente nouvelle quant à l'avenir de leur structure.

C'est de la formation qu'émergent les grands clubs. Avoir des financements poussés à l'extrême ne fonctionne qu'un temps... Pour les "petites écuries", mieux vaut placer ses billes sur la jeunesse et l'avenir du football français que dans sur mercenaires qui jouent non pas pour un projet mais pour un salaire mirobolant. Nîmes s'est sauvé l'année dernière avec panache. Son président Rani Assaf a déjà injecté quelques millions d'euros dans le club et, même si son porte-monnaie est épais, il n'est pas encore extensible.

Priorité de l'ancienne et défaillante présidence, le centre de formation vient de franchir un sas. Dans le cadre d'une nouvelle et meilleure homologation, le centre vient de "monter" en catégorie 1!

Chose assez rare, seuls 7 clubs de Ligue 2 jouent dans cette même catégorie. Autant dire qu'il n'y a que des pointures ou d'anciennes équipe de Ligue 1... et le Nîmes Olympique! On compte parmi les 7, le Havre AC, le FC Sochaux-Montbéliard, l’ESTAC Troyes, le Stade de Reims, l’AJ Auxerre, le RC Lens et donc le Nîmes Olympique.

Une excellente nouvelle qui assied un peu plus le rôle de formateur que devrait jouer dans les années à venir le club. Il faut dire que cette année plus qu'à l'accoutumée, les jeunes du centre sont très utiles et jouent régulièrement avec l'équipe fanion. Dans les buts comme comme au sein des lignes avants, les "minot" révèlent l'esprit croco. Parfois, mieux vaut former et laisser partir au bon moment ses pépites que tenter d'acheter sur un coup de tête des joueurs qui n'ont ni classe ni respect. Ceux qui sortiront de La Bastide, en plus d'être de bons joueurs de football, seront aussi des sacrés bonshommes!

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité