A la uneActualitésSociété

NÎMES Les arbres disparaissent, la colère s’enracine

Parmi les manifestants, quelques enfants prennent la relève pendant les vacances scolaires Photo Anthony Maurin).
Parmi les manifestants, quelques enfants prennent la relève pendant les vacances scolaires (Photo Anthony Maurin).

Suite à l'abattage des arbres des Place Saint-Charles et Square de la Bouquerie, une manifestation était organisée devant la Mairie de Nîmes. Une cinquantaine de personnes et un enracinement de la lutte.

16 arbres dont des pins et des marronniers ont été abattu dans la nuit de mardi à mercredi. "Mais nous pensons qu'il y en aura d'autres... Nous ne comprenons pas! Selon les plans, les pins de la Place Saint-Charles devaient rester en l'état. La place a été surélevé pour pouvoir les conserver. L'arrêté municipal concernant l'abattage a été pris le 7 février pour un abattage prévu le lendemain matin, jamais un travail n'a été aussi vite fait et en pleine nuit en plus!" lance une manifestante. Et pour cause, la nouvelle a meurtri bon nombre de Nîmoises et Nîmois.

Evidemment, ni la Mairie ni l'Agglo n'ont eu le bon sens de communiquer ou d'anticiper, les Nîmois se sentent quelque peu trahis et cherchent de qui vient l'erreur. "C'est le jeu, ils nous renvoient de l'un vers l'autre comme si nous étions des balles de ping pong. La Ville de Nîmes voulait les abattre mais c'est l'Agglo qui s'en est chargée. Les conclusions de l'expertise du mois de septembre révèlent que le système racinaire des arbres a été mis à mal et que la période n'était pas la meilleure pour effectuer des travaux aussi proches des racines" évoque une autre personne. Autre surprise pour les manifestants, les travaux ne soient pas terminés alors que l'inauguration a eu lieu le 3 décembre 2016.

Sur le Parvis de la Mairie, sous les fenêtres du Maire de Nîmes Jean-Paul Fournier, les manifestants prenaient tour à tour la parole (Photo Anthony Maurin).
Sur le Parvis de la Mairie, sous les fenêtres du Maire de Nîmes Jean-Paul Fournier, les manifestants prenaient tour à tour la parole (Photo Anthony Maurin).

Quasi 6 ans jour pour jour après la création de l'association ARBRES qui avait vu le jour suite au premier chantier du TCSP, la Mairie et l'Agglo récidivent et ôtent une partie du poumon de la ville. "Depuis 50 ans j'habite le secteur et je passe 4 fois par jour devant le square de la Bouquerie. Je ne suis pas experte mais je n'ai jamais vu ces marronniers malades! C'est complètement faux! Ces arbres font partie de notre patrimoine, ils nous aident à vivre. C'est scandaleux le tandem Fournier-Lachaud (NDLR Maire de Nîmes et Président de Nîmes Métropole) est responsable car aucun des deux n'a été capable de suivre la charte de l'arbre, signée en 1989 et modifiée l'année dernière, durant les travaux du TCSP. Ils doivent faire fonctionner les assurances et se servir de l'argent perçu pour créer une instance garante de cette charte, un peu à l'image des Bâtiments de France! afin que l'on ne soit plus confronté à ce genre de problématique" ajoutent 2 personnes bien renseignées.

"Mensonges, opacité et gabegie financière, ces deux sites ne sont que le début ou la suite après les événements de 2011... comment fait-on pour déraciner Lachaud et Fournier? Le béton, ça rapporte plus que la verdure mais quand il était bien malade, on a soigné Monsieur Fournier, on ne lui a pas coupé la tête! On a de beaux et vieux arbres, on doit les garder. Là, en plus de leur disparition, nous devrons payer pour tout refaire, et ça va nous coûter cher, beau calcul, bravo!" note quant à lui un manifestant remonté comme un coucou sans arbre. Quoiqu'il en soit, il ne faut pas oublier qu'à l'agglo, la moitié des sièges est attribuée à des élus nîmois.

Pour finir, le remplacement des pins par des érables japonais ne plaît pas aux manifestants. Et pour cause, cette essence n'est peut-être pas la plus appropriée à Nîmes... L'érable rouge doit être planté dans un sol frais et aime être entouré par d'autres arbres. "Aux dernières nouvelles, la place du Chapitre a perdu presque tous ses platanes, et un platane a été abattu sur l’Esplanade" conclut une manifestante.

Le rendez-vous est pris pour les manifestants qui veulent soutenir la cause (Photo Anthony Maurin).
Le rendez-vous est pris pour les manifestants qui veulent soutenir la cause (Photo Anthony Maurin).

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

2 réactions sur “NÎMES Les arbres disparaissent, la colère s’enracine”

  1. Doit on préciser que sur l’esplanade une personne est décédé victime d’une chute d’arbre, qu’une autre est aussi décédé place de la révolution là aussi victime de la chute d’un arbre. Doit on conserver des arbres malades au péril de la bie des concitoyens, Les arbres naissent, vivent deviennent malades et meurent comme tout espèce vivante. Il convient de les arracher quand ils sont en fin de vie et de les remplacer lorsque cela est nécessaire. Si des expert En phytosanitaire (ce que ne sont pas les élus, ni l’association Arbre) comment aller à l’encontre de l’avez d’expert, sauf peut-être d’engager sa propose responsabilité pénale. Imaginons qu’un arbre déclaré mort et abattable par les experts ne soit pas arraché et tombe sur quelqu’un le blessant ou le tuant. Que se passerait -il ? Le maire irait en tolle car il est responsable de la sécurité des concitoyens….. Alors fallait-il abattre ces arbres? Posez la question aux experts phytosanitaires, pas à la mairie ni à l’aggglo qui ne font que suivre des recommandations.

  2. 3à militants d’extrème gauche. Ridicules et dans l’opposition systématique. Avec ce genre de personnes, vous ne faîtes jamais rien, vous n’avancez jamais.
    Une pauvre dame est morte suite à une chute d’arbre sur l’esplanade, une autre place de la Révolution. qu’ils aillent en parler aux familles des victimes.
    La mairie travaille dans un souci de sécurité, heureusement.
    Qu’ils rentrent chez eux ces irresponsables totalement inconscients avec leurs pancartes et leurs panneaux (réalisés avec des arbres coupés)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité