ActualitésFaits Divers

NÎMES Le violent qui aime trop la bière et le shit revendique « une mentalité à l’ancienne !… »

Photo d'illustration. Palais de Justice de Nîmes. D.R/
Photo d'illustration. Palais de Justice de Nîmes. D.R/

Discret agent d'entretien d'un parking de Nîmes, cet homme de 40 ans n'avait jusque là jamais fait parler de lui. Mais ça, c'était avant...

S'il vaut mieux avoir de la bière dans le corps plutôt que le corps dans la bière, pour ce quadragénaire, au régime où ça va, la question ne se posera bientôt plus. Semble-t-il habitué à s'enfiler quelques mauvaises bières hollandaises à fort pourcentage d'alcool accompagnées d'un ou deux joints de cannabis, allongé devant le petit écran, le père de famille avait ce jour là largement dépassé la dose en ingurgitant, en deux heures, 5 canettes métalliques de 50 centilitres de ce breuvage qui tape au cerveau.

Mais après que le breuvage houblonné a tapé au cerveau de Monsieur, c'est Monsieur qui va taper sur la figure de Madame, en présence d'un des quatre enfants du couple, les autres étant enfermés dans leur chambre où les a envoyé leur père. Si le violent dit ne pas se souvenir de cette journée, c'est pourtant lui qui, dans un ultime éclair de lucidité, va téléphoner à la Police pour expliquer qu'il "vient de frapper sa concubine et qu'elle saigne de la bouche. Il ajoute ''si ça continue, je vais la buter !"

La Brigade anti-criminalité (BAC) fait diligence pour intervenir, emmène la victime à l'Hôpital et met les enfants à l'abri. Pour l'homme, c'est plus compliqué. Son alcoolisation excessive et son énervement compliquent son interpellation. Ce n'est que le lendemain qu'il se rendra compte des conséquences de ses actes.

À la barre, il justifie son alcoolisation par la rancœur qu'il vouait à la mère de ses enfants qu'il accuse de ne pas tenir correctement son intérieur et de ne pas faire le ménage. Invité à quitter le domicile après les faits, il avait accueilli avec fatalisme la décision d'un consternant "j'ai une mentalité à l'ancienne, il vaut mieux que je parte !"

Depuis les deux tourtereaux se sont revus à la demande de Madame, souffrante et qui souhaitait que son ami revienne vivre à la maison, pour...son bien et celui des enfants. Entre-temps, le buveur excessif a suivi à la lettre ses obligations de soins, et son retour au foyer est décrit comme pacifié et bénéfique par la victime. Insuffisant toutefois pour le juge qui condamne le quadragénaire à 8 mois de prison avec sursis. Un jugement assorti d'une mise à l'épreuve de 3 ans et d'une prolongation de ses obligations de soins. Apparemment la ""mentalité à l'ancienne" a encore de beaux jours devant elle. À moins qu'entre-temps...

Philippe GAVILLET de PENEY

philippe@objectifgard

 

Etiquette

Philippe Gavillet de Peney

Après avoir traîné ma plume et ma carcasse un peu partout dans les rédactions des quotidiens régionaux de l'Hexagone, j'ai posé mes valises à Objectif Gard en mars 2016. Couteau suisse de la rédaction, j'interviens dans plusieurs rubriques avec une inclination plus marquée pour le sport, les portraits et les sujets de société... Au sein du journal, j'assure par ailleurs le Secrétariat de rédaction.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité