• Home »
  • A la une »
  • FAIT DU JOUR La Ministre de la Culture lance au Cailar les journées de l’archéologie

FAIT DU JOUR La Ministre de la Culture lance au Cailar les journées de l’archéologie

La Ministre de la Culture Françoise Nyssen était au Cailar pour découvrir le site archéologique et lancer les journées nationales Photo Anthony Maurin).

La ministre de la Culture Françoise Nyssen était au Cailar pour découvrir le site archéologique et lancer les journées nationales éponymes (Photo Anthony Maurin).

Moins d'un mois après sa prise de fonction, Françoise Nyssen, ministre de la Culture, lançait les Journées Nationales de l'Archéologie au Cailar. En visite dans le Gard, ce site exceptionnel a attiré l'attention du gouvernement.

Françoise Nyssen est connue dans la région. Grande prêtresse de l'édition arlésienne et patronne d'Acte Sud, la nouvelle ministre de la Culture du gouvernement Edouard Philippe, était en visite de terrain au Cailar et lançait les Journées nationales de l'Archéologie qui ont lieu ce week-end.

Sous la chaleur ambiante, la ministre n'abdique pas. Née en Belgique, c'est un plaisir pour elle de revenir dans son sud d'adoption. "Je suis du nord mais j'adore le soleil, je suis résistante!" évoquait la ministre. Pourquoi venir au Cailar? Même si le village gardoise ne compte guère dans la grande histoire de France, son site archéologique est exceptionnel. "Il me fallait choisir un site et comme j'ai au cœur de me rendre sur le terrain, le  Cailar était un bon compromis. Ici, c'est très pédagogique, on trouve un site programmé et un autre préventif. Nous sommes dans le sud, les gens prennent conscience de l'importance et de la réalité de l'Histoire, de leur histoire. De plus, les métiers de l'archéologie sont très éclairants, le monde évolue, il y a des interrogations et c'est important de les entendre. Je tiens également à souligner le travail fantastique accompli par les chercheurs, les étudiants et les scientifiques qui œuvrent tout au long de l'année dans ce domaine" affirme la ministre Françoise Nyssen.

Denis Bouad, Président du Conseil départemental, le Préfet du Gard Didier Lauga et Joel Téna, maire du Cailar accueillent la Ministre de la Culture Françoise Nyssen (Photo Anthony Maurin).

Denis Bouad, Président du Conseil départemental, le Préfet du Gard Didier Lauga et Joel Téna, maire du Cailar accueillent la Ministre de la Culture Françoise Nyssen (Photo Anthony Maurin).

Revenons au Cailar car ce week-end y seront organisées des visites guidées (aujourd'hui 11h). Connu depuis l'an 2000 mais ouvert deux ans plus tard, le site archéologique est un comptoir fortifié de l'âge de fer. En gros, si vous plongez dans l'Histoire, vous vous retrouvez au sixième siècle avant notre ère, à l'extrême est du delta du Rhône, en bordure du Vistre. Voilà pourquoi le Cailar est encore aujourd'hui la capitale de la Petite Camargue! Sa situation stratégique est connue depuis des lustres et reste profitable malgré les évolutions humaines.

Utilisé jusqu'à l'époque romaine, le site est doté d'un vaste rempart large de 2,6 mètres et protégeant un village d'1,5 hectare. Les archéologues y retrouvent encore des tessons d'amphores (oui, déjà à l'époque le vin était très apprécié des autochtones) mais aussi des foyers, des céramiques finement détaillées, de la faune, une place publique, des centaines de fragments d'armes et une cinquantaine de têtes coupées, signe de terreur locale. Impressionner le voyageur était de mise! "Nous sommes en Petite Camargue et même si les traditions camarguaises et les taureaux sont importants pour nous, nous avons aussi d'autres atouts à faire valoir et ce site en est l'exemple parfait! Ici, des étudiants de l'université de Paul Valéry à Montpellier viennent s'exercer, pratiquer et apprendre leur futur métier" explique Joel Téna, maire du village.

Le site du Cailar, un comptoir de lâge de fer (Photo Anthony Maurin).

Le site du Cailar, un comptoir de l'âge de fer qui prouve les échanges très méditerranéens des Hommes de l'époque. Bien avant les romains, le territoire nîmois était une plaque tournante du commerce méridional (Photo Anthony Maurin).

Avec la précision d'horlogers suisses, les scientifiques peuvent dater, à 25 ans près, les artefacts mis au jour. Comme le site est vaste, que le cimetière en couvre la majeure partie et qu'un complexe immobilier doit voir le jour sur l'arrière des découvertes, des sondages sont actuellement pratiqués pour être certain de ne rien oublier. C'est aussi ça l'archéologie, une cohabitation intelligente entre le passé, le présent et le futur. D'ailleurs, on ne cesse de trouver l'inspiration en regardant dans le rétro! "On a trouvé des briques en terre crue, c'est rare. Pourquoi ne pas s'intéresser à nouveau à cette architecture simple mais qui est parvenue à traverser les âges?" lance la ministre Nyssen. Et pour cause, la réflexion est judicieuse quand on connaît les problèmes écologiques des constructions modernes.

Il fait beau, il fait chaud, c'est bientôt les vacances mais l'histoire n'attend pas! Allez jeter un œil à ces magnifiques trouvailles gardoises. En famille, c'est encore mieux car nul professeur n'enseigne autant de variations historiques scientifiquement prouvées et approuvées! Pour l'occasion, de nombreux sites sont à visiter dans le Gard, le choix est large et quadrille le territoire.

Parmi les trouvailles, des céramiques, des amphores mais aussi de magnifiques restes darmes, de protections... (Photo Anthony Maurin).

Parmi les trouvailles, des céramiques, des amphores mais aussi de magnifiques restes d'armes, de protections... (Photo Anthony Maurin).

Partager