A la unePolitique

PONT-ST-ESPRIT Département : Denis Bouad fait le SAV des missions

Le président du Département Denis Bouad, les deux conseillers départementaux du canton de Pont Christophe Serre et Carole Bergeri, et sur un Swingroller, le patron du parc du même nom Erick Nicolle, ce mardi matin à Aiguèze (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Le président du Département Denis Bouad, les deux conseillers départementaux du canton de Pont Christophe Serre et Carole Bergeri, et sur un Swingroller, le patron du parc du même nom Erick Nicolle, ce mardi matin à Aiguèze (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Au bout de la route, un pont suspendu. A l’entrée du pont, un panneau indiquant « Département de l’Ardèche ». Quelques mètres en amont, le président du Département du Gard Denis Bouad sort de sa Renault, souriant : « on était un peu en avance, alors on a fait un peu de tourisme de l’autre côté du pont. »

Le président du Conseil départemental est venu ce mardi matin tout au bout du Gard, à Aiguèze, pour visiter le parc Swingroller. Une manière comme une autre de démarrer une de ses nombreuses visites de terrain, aujourd’hui sur le canton de Pont-Saint-Esprit.

« Qui mieux que vous peut nous aider à élaborer ce plan ? »

Il est accueilli par le maire Alain Chenivesse, qui veut démontrer que son petit village de 215 habitants classé Plus Beau village de France n’est pas qu’un aimant à touristes, même s’il revendique « recevoir 400 000 visiteurs par an » et qu’on « brûle entre 13 et 15 000 cierges chaque année dans l’église », signe d’une fréquentation au beau fixe. Ici, point de vieilles pierres, c’est le dynamique quartier Blanchisserie, poumon économique du village, où un jeune vient de monter une boulangerie, une entreprise fait des équipements handisport, un forgeron fabrique des meubles et un tout nouveau restaurant semi-gastronomique vient de s’ouvrir, le tout à côté de Swingroller.

Ce parc doit son nom à l’invention de son propriétaire Erick Nicolle, qui en 1998 a créé cette sorte de petit kart non-motorisé piloté avec les pieds qu’il fait fabriquer en local, à Tresques. Intarissable, l’homme explique son parcours et ses perspectives : lancé il y a trois ans, son parc a vu son chiffre d’affaires doubler, et il a pu embaucher trois salariés. Maintenant, il compte franchiser son parc et en vendre le concept dès l’année prochaine, d’abord dans la région.

Bluffé par les dires et les talents sur piste de son interlocuteur, pas avare en démonstrations, Denis Bouad profitera du lieu pour évoquer la nouveau schéma de développement touristique du Département : « on est en train de l’élaborer, et je veux que des informations qui arrivent de la base y soient reprises. Qui mieux que vous peut nous aider à élaborer ce plan ? » Toujours dans cette optique, Denis Bouad va rencontrer à la mi-septembre son homologue Ardéchois Laurent Ughetto « pour voir comment faire en sorte que l’Ardèche ne soit pas une barrière infranchissable, si on arrive à un partenariat, on peut avoir un flux touristique. »

« En deux ans on a injecté 25 millions d’euros de crédits »

Les élus ont visité les travaux du foyer Maurice Fost, à Vénéjan (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Les élus ont visité les travaux du foyer Maurice Fost, à Vénéjan (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Direction Vénéjan, avec la visite du chantier du foyer Maurice Fost. Cet ancien bâtiment d’EDF bâti dans les années 1930 est en train de se faire une beauté, et rouvrira d’ici au printemps prochain. Ce projet d’1,3 million d’euros, largement subventionné notamment par le Département, fait la part belle aux entreprises locales : « sur 18 lots, 13 sont revenus à des entreprises du département », souligne le maire Bruno Tufféry. L’occasion pour Denis Bouad d’affirmer devant des entrepreneurs locaux que le Département « essaie de faire une charte » sur ce sujet. « Je ne veux plus de ce que je vais inaugurer en septembre, et qui a été fait par des entreprises espagnoles », lancera-t-il, faisant référence au collège de Bellegarde. Le tout devant le maire de Bellegarde Juan Martinez, membre de son cabinet.

La matinée s'est achevée par une réunion cantonale (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
La matinée s'est achevée par une réunion cantonale (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

La matinée s’est achevée à l’école communale de Vénéjan, pour une réunion cantonale en présence de nombreux maires. Cette fois, il s’agissait de faire le service après-vente du pacte territorial : « en deux ans on a injecté 25 millions d’euros de crédits, qui ont généré 130 millions d’euros d’investissements de vos collectivités territoriales, ce n’est pas négligeable. » Sur le canton, sept projets ont été aidés dans ce cadre en 2016, pour 573 000 euros, et sept projets pour 2017, soit un montant de 207 107 euros. « C’est un outil qui fonctionne bien », affirmera le président, avant d’évoquer une amélioration à venir sur la simplification des dossiers de demande, dont l’instruction sera mutualisée avec les services de l’Etat. Une idée populaire auprès des élus, dénonçant pour plusieurs un « parcours du combattant. »

Le Denis Bouad tour 2017 se poursuivra mercredi matin sur le canton de Beaucaire.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité