A la uneActualitésSociété

NÎMES Les Gens Denîm ou l’universalité de la cité

Marc Pagès et Fanny Rouveret, membres des Gens Denîm, une association qui veut faire savoir au monde entier que Nîmes a créé la toile qui sest démocratisée à travers la planète Terre Photo Antony Maurin).
Marc Pagès et Fanny Rouveret, membres des Gens Denîm, une association qui veut faire savoir au monde entier que Nîmes a créé la toile qui s'est démocratisée à travers la planète Terre (Photo Anthony Maurin).

Les Gens Denîm est une association qui a pour vocation de faire connaître l'histoire très nîmoise mais pourtant universelle de la toile éponyme. La toile de jean, après avoir été créé à Nîmes, a parcouru le monde entier et se porte aujourd'hui dans toutes les strates sociales ainsi que sur les cinq continents. Il est temps de susciter la curiosité et de s'approprier cette universalité.

Si Nîmes cherche à intégrer le Patrimoine Mondial de l'UNESCO pour son antique passé que l'on sait vivre au présent. Une autre particularité nîmoise est déjà mondialement connue et reconnue mais elle soufre d'un déficit de communication. En effet et il n'y a pas de doute là-dessus, le jean a été créé à Nîmes. Tout du moins, la toile qui sert à créer ce vêtement.

"Nous sommes un collectif de compétences où chacun fait ce qu'il sait faire pour aider l'association à tenir le cap que nous nous sommes fixés" évoque Fanny Rouveret, présidente, "parce qu'il en fallait une", des Gens Denîm. Les choses sérieuses débutent ce samedi mais cela fait près de deux ans que l'association s'y prépare. "Tout est parti d'un constat simple: sur tous les jeans, il y a marqué le nom de notre ville et personne ne connaît l'histoire! L'idée est de rappeler tout ça et de le faire savoir. Des gens ont déjà essayé de faire cela mais il faut persévérer et animer la ville sans oublier de faire parler du jean de Nîmes à l'étranger" poursuit la Présidente Rouveret.

Ce samedi à l'Espace Chouleur, une soirée (privée) de lancement est organisée. Mais dès 22h, la très populaire rue Fresque sera le lieu de rassemblement de tous les amoureux de jean. Si vous voulez adhérer à l'association, ça sera le moment! À l'espace Chouleur près de 250 personnes assisteront à quelques surprises, verront les Ateliers de Nîmes débarquer avec un métier à tisser, écouteront de la musique très blues et rock et devront s'habiller de jean et de blanc. "Tous les bars de la rue Fresque seront partenaires, nous annoncerons le nom du parrain qui est quelqu'un de connu, qui nous encourage et qui nous fera grandir" révèle Fanny Rouveret. Il est certain que dans l'histoire de Nîmes, cette initiative n'est pas la première à s'occuper du jean. Cependant, c'est peut-être la première fois que l'on sent un réel engouement!

Dans le cadre de notre grand projet à l'échelle de la ville de Nîmes et au delà, nous lançons un appel au don de vieux jean's denîm dont vous ne vous servez plus ! Ils seront accrochés à l'occasion de la Féria des Vendanges dans les Bodegas
Dans le cadre d'un grand projet, un appel au don de vieux jean's denîm a été lancé. Ils seront accrochés à l'occasion de la Feria des Vendanges dans les Bodegas.

Les lointains projets de l'association sont exceptionnels. "Nous voulons boucler la boucle et refaire du jean à Nîmes car c'est à Nîmes qu'il a été créé. Nous espérons tisser à nouveau, comme dans le temps et renouer avec l'histoire du textile en ville. Refaire du Made In Nîmes! Ensuite, comme le jean est porté par tous à travers le monde entier, créer un espace dédié, vivant et animé ou l'on parlerait de tout cela, serait une bonne chose. Le Denîm est une pépinière économique et culturelle!" affirme la présidente des Gens Denîm. D'autres perspectives sont imaginées. Un festival, des rendez-vous mensuels, des conférences, des collections, de la musique, du cinéma, la création d'un cocktail, des projets pédagogiques pour les écoles, les collèges et les lycées nîmois, des ateliers, des expositions, la création d'un label, des défilés de mode... Mais aussi investir la ville pendant la prochaine feria des Vendanges. En effet, si les invités à l'espace Chouleur doivent se présenter à la grille avec un mot de passe et quelque chose à donner en jean, ce n'est pas pour rien! Après avoir récolté le textile, "C'est la huitième colline de Nîmes qui sera édifiée! " note Fanny Rouveret.

L'association veut intégrer le jean comme une évidence afin qu'il redevienne une habitude. "Pour la feria, les bodegas partenaires récupéreront les jeans offerts lors du lancement de l'association et décoreront leurs murs avec. Le jean parle à tout le monde, à nous de rouvrir les tiroirs de nos commodes et de le mettre en valeur. Ces objets en jean seront l'écho aux ferias du sud-ouest qui sont en blanc et rouge. C'est leur l'histoire, la notre, c'est le jean! Nous ne sommes pas pressés, nous voulons créer une lame de fond sur laquelle tout le monde pourra surfer. Les Nîmois, bien sûr, mais pas que. Peut-être que nous irons à Paris pour en parler puis dans d'autres villes qui ont un lien direct avec le jean. Amsterdam, Gênes, San Francisco ou encore Tokyo en font naturellement partie" conclut la présidente. À bon entendeur et à celles et ceux qui vont venir en ville pour la prochaine feria, venez en jean et en blanc! L'impulsion est donnée, à vous, à nous de la prolonger. Tous les Nîmois sont des ambassadeurs en puissance de ce vêtement universel.

gens-denim-photo-dr2

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité