Culture

PONT-ST-ESPRIT Douze films et deux avant-premières pour le festival Regards de femmes

L'équipe des rencontres du cinéma Regards de femmes, à Pont-St-Esprit (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
L'équipe des rencontres du cinéma Regards de femmes, à Pont-St-Esprit (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

La septième édition des rencontres du cinéma Regards de femmes se tiendra du 1er au 12 novembre au Ciné102 de Pont-Saint-Esprit.

Et cette année encore, le programmateur Serge Serre a concocté un bien joli programme avec les femmes pour ligne directrice.

Comme chaque année, la programmation est internationale, avec des films venus de six pays et de quatre continents différents. « Nous avons un peu plus de films que l’année dernière, avec deux avant-premières, une sortie nationale, la venue d’une réalisatrice et d’une comédienne, présente Serge Serre. Les rencontres s’étoffent, les distributeurs nous font de plus en plus confiance. »

Signe de cette confiance : la présentation du nouveau film de Xavier Beauvois, Les Gardiennes, et du film argentin La Fiancée du désert, en avant-première. Le premier, qui compte Nathalie Baye et Laura Smet au casting, narre l’histoire des femmes travaillant sans relâche pendant que les hommes sont partis à la guerre en 1915, tandis que le second est baigné par les grands espaces du désert argentin.

On pourra également y découvrir le jour de sa sortie nationale Les Conquérantes, un film suisse réalisé par Petra Volpe « qui se passe peu après 1968 en Suisse, c’est l’histoire des femmes qui se sont battues pour obtenir le droit de vote », présente Serge Serre. Autre continent, autre histoire, avec La Belle et la Meute, film tunisien de Kaouther Ben Hania, sur la condition de la femme dans ce pays du Maghreb. On retrouve également un film Bengali, Les Lauriers Roses Rouges, qui sera projeté en présence de l’actrice Shahana Goswami le jeudi 2 novembre à 20h45.

Côté cinéma français, citons Numéro Une, de Tonie Marshall, sur la conquête du pouvoir par une femme jouée par Emmanuelle Devos sur une grande entreprise, Jeune Femme de Léonor Serraille, ou la nouvelle projection du classique Madame De…, signé Max Ophüls (1953). « Ophüls  est considéré par beaucoup de cinéastes comme un maître du cinéma mondial », rappelle Serge Serre, qui précise qu’il s’agit d’une copie neuve « pour le centenaire de Danielle Darrieux. »

Côté documentaires, Latifa, le coeur du combat, d’Olivier Peyon et Cyril Brody, retrace le quotidien de Latifa Ibn Ziaten, mère d’une des victimes de Mohamed Merah, qui parcourt les villes de France pour défendre la jeunesse des quartiers et combattre la haine avec la tolérance et l’écoute. Le documentaire A la Recherche des Femmes Chefs, de Vérane Frédiani, part à la recherche de ces femmes qui se battent au quotidien pour se faire une place dans le monde d’hommes qu’est la grande cuisine. La réalisatrice sera présente pour une rencontre après la projection du 10 novembre à 20h45.

« Le festival s’ouvre de plus en plus aux partenariats », souligne l’adjointe à la culture Christine Clerc. Ainsi, la projection du film d’Anne-Gaëlle Daval De Plus Belle, l’histoire d’une femme qui reprend vie après un cancer sera suivie d’une rencontre avec les femmes mobilisées contre le cancer du sein, qui vendra des calendriers au profit de la Ligue contre le cancer le 11 novembre à 18h30. Autre partenariat, toujours avec l’Afrique à Bagnols, avec la projection d’un documentaire congolais signé Dieudo Hamadi, Maman Colonelle, sur une policière chargée de la protection des enfants et de la lutte contre les violences sexuelles.

Autant de films aux thèmes forts, mais « pour autant, ce sont des films abordables, grand public », souligne Christine Clerc. Un public qui répond présent, puisque le festival compte un bon millier d’entrées chaque année.

Plus d’infos : 04 66 39 43 34 et 04 66 82 19 70.

Et aussi :

Tic tac : les horaires du cinéma vont changer à partir du 1er novembre, et pas que pour les festival. « C’est dans le but de donner un plus large choix d’horaires et plus de projections, six jours sur sept », explique l’adjointe. Alors que le cinéma était fermé le lundi et le mardi, il sera désormais ouvert le mardi, et proposera désormais une séance le dimanche soir et une autre le mardi soir.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité