A la uneActualités

FAIT DU JOUR Côtes du Rhône : la Balade du Primeur, épicurienne et incontournable

Organisateurs et partenaires de la Balade du Primeur, vendredi matin à Bagnols lors de la présentation de l'événement (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Organisateurs et partenaires de la Balade du Primeur, vendredi matin à Bagnols lors de la présentation de l'événement (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

« Le vin primeur, il est vendangé en septembre, élaboré en octobre et consommé en novembre » : le président de l’Association Côtes du Rhône rive droite Alain David, qui organise la Balade du Primeur depuis vingt-quatre ans, a bien résumé le calendrier.

Ainsi, comme chaque année à pareille époque, le vin primeur de la Côte du Rhône gardoise est mis à l’honneur à travers un événement de grande ampleur, la Balade du Primeur.

45 000 participants, 55 000 bouteilles

Et comme on ne change pas une équipe qui gagne, cette 24e édition débutera le jeudi 16 novembre à partir de 19 heures à la salle multiculturelle de Bagnols, avec une grande soirée de dégustations gratuites des primeurs des 16 caves, domaines et châteaux participants, venus de Meynes à Laval-Saint-Roman, en passant par Tavel, Roquemaure, Vénéjan ou encore Cornillon. « Nous voulons que chacun déguste le vin nouveau, et voie comment il est fait, c’est une soirée portes ouvertes », note Alain David, qui attend encore cette année de 400 à 500 personnes pour cette soirée inaugurale, qui sera toujours ponctuée du concours des vins. Pour y participer, il suffit de retirer une invitation gratuite dans les commerces de Bagnols et de Goudargues partenaires de l’opération.

L’événement se poursuivra le lendemain avec les dîners du terroir, qui se tiendront dans une quinzaine de restaurants des Côtes du Rhône rive droite, plus un rive gauche à Caderousse. « Chaque restaurant élaborera un menu spécial en rapport avec le vin nouveau, et les vignerons offriront une bouteille pour deux personnes avec le menu, précise le président. En tout, chaque année, les vignerons offrent 2 000 bouteilles dans ce cadre, et les restaurants affichent généralement complet. » D’ailleurs, on ne saurait trop vous conseiller de réserver tout de suite, vous continuerez la lecture de cet article plus tard.

Enfin, la Balade à proprement parler se déroulera le week-end des 18 et 19 novembre dans les mêmes 16 caves, domaines et châteaux présents le jeudi. Une occasion de visiter les lieux, de déguster du primeur bien sûr mais aussi des produits locaux Militant du Goût, et de participer aux multiples animations mises en place par les exploitations viticoles, concerts ou expositions par exemple. Un principe qui plaît  : « cette opération a une réalité économique, nous accueillons environ 45 000 personnes dans toutes les caves pendant le week-end, et nous vendons entre 55 000 et 60 000 bouteilles », note Alain David. En données sonnantes et trébuchantes, ça fait entre 500 000 et 600 000 euros de retombées sur le territoire.

Moins mais bon

Et encore, ce chiffre ne prend pas toujours en compte le fait que « beaucoup de clients qui ne sont pas d’ici en profitent pour passer le week-end dans le Gard », comme le souligne Jean-François Assemat, du domaine Castel Oualou à Roquemaure. De quoi conforter la viticulture, et par extension l’œnotourisme, dans son statut de pilier économique local avec l’industrie et le tourisme, comme l’a rappelé le maire de Bagnols Jean-Yves Chapelet : « ces trois vecteurs sont le seul moyen de créer de la richesse et de la vie économique. » « La viticulture et le tourisme vont de pair sur notre territoire, estime pour sa part le maire de St-Laurent-des-Arbres et conseiller communautaire délégué aux animations touristiques Philippe Gamard. Et l’association des deux doit nous permettre d’aller de l’avant et d’avoir un essor économique. » L’Agglo du Gard rhodanien attend d’ailleurs la reconduction du label Vignobles et découvertes pour le mois prochain.

Reste que cette année, le primeur a rencontré quelques difficultés, et pas que dans les vignes : « il y a eu la sécheresse des vignes, et la sécheresse des subventions », a ainsi lancé sans ambages Alain David, avant de souligner l’implication de la ville de Bagnols, qui a craché plus que prévu au bassinet pour maintenir la manifestation à flot financièrement. Dans les vignes, la production oscille entre -30 et -40 %, et même si du côté des professionnels on reconnaît unanimement que la qualité est au rendez-vous, les prix devraient stagner.

Et en bouche ? « La sécheresse donne des vins plus chauds en alcool, avec une robe un peu plus soutenue, mais une bonne longueur en bouche et du gouleyant, décrit l’oenologue et secrétaire de l’association des Côtes du Rhône rive droite Pierre Pappalardo. Mais surtout, il n’y en aura pas beaucoup ! » Un lecteur averti en vaut deux.

Plus d’informations et programme complet ici.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité