Actualités

SANTÉ Comment prévenir le diabète ?

Lors de la journée de prévention du diabète, mardi au centre hospitalier de Bagnols (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Ce mardi 14 novembre était la journée mondiale de la prévention du diabète. À cette occasion, une partie de l’équipe pluridisciplinaire dédiée du centre hospitalier de Bagnols proposait sensibilisation et dépistage dans le hall de l’établissement.

Lors de la journée de prévention du diabète, mardi au centre hospitalier de Bagnols (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

L’occasion de leur demander quelques conseils.

Des facteurs de risque

Avant tout, « il faut surveiller plusieurs facteurs, explique l’infirmière de l’équipe dédiée au diabète du centre hospitalier Béatrice Martin. Si on a fait un diabète gestationnel (qui se déclare lors d’une grossesse, ndlr), si on vient d’une famille qui connaît des cas de diabète, si on a pris du poids, si on est dans une situation de sédentarité et si on a une alimentation déséquilibrée. » Autant de facteurs qui peuvent favoriser l’apparition du diabète de type 2, de loin le plus répandu.

Une maladie irréversible, qui consiste en un trop grand taux de glucose dans le sang, aux conséquences potentiellement graves : « s’il y a un mauvais équilibre, les complications peuvent être des accidents vasculaires cérébraux, des infarctus, une artérite (principalement dans les jambes, ndlr), des insuffisances rénales, une rétinopathie diabétique avec un risque de cécité, une neuropathie qui entraîne des douleurs et une perte de sensibilité dans les pieds », énumère l’infirmière.

Alors pour limiter les risques ou à défaut, si le diabète est diagnostiqué, pour l’équilibrer, « il faut faire attention à tous les produits sucrés et aux matières grasses », explique le diététicien Guillaume Ardouin, du centre hospitalier de Bagnols. Car contrairement aux idées reçues, il ne suffit pas de se priver de sucre, il faut aussi limiter les lipides, l’obésité entraînant une insulinorésistance responsable du diabète de type 2.

« L’alimentation pour diabétique, c’est celle que tout le monde devrait avoir »

Et pas de régime miracle : « il faut manger trois repas équilibrés par jour en évitant le grignotage », poursuit le diététicien. Il faut dire que les sucres et les lipides sont bien mieux assimilés par l’organisme quand ils sont ingérés pendant un repas que lors de séances de grignotage intempestives. Bref, « l’alimentation pour diabétique, c’est celle que tout le monde devrait avoir, sans excès et sans carence », résume Guillaume Ardouin.

Et ça passe notamment par les modes de cuisson. Un exemple : le saumon. « Il vaut mieux le cuire à la vapeur que le manger fumé, il n’y a plus que le gras dans le saumon fumé », explique Sabrina Taupenas, diététicienne du centre hospitalier de Bagnols. Autre règle : « se faire à manger, éviter les produits préparés », explique Guillaume Ardouin, les produits préparés contenant souvent des sucres comme exhausteurs de goût.

Il est important aussi de manger ce que l’organisme nécessite : « par exemple, les hommes et les femmes n’ont pas la même masse graisseuse, les femmes en ont plus », note la diététicienne, alors que d’une manière générale, cette journée mondiale cible prioritairement les femmes. « On a constaté que les femmes se soignent moins, explique Béatrice Martin. Alors nous avons édité un document pour inciter les femmes à prendre plus soin d’elles et à faire attention, notamment au diabète gestationnel, qui nécessite un suivi pour vérifier qu’il n’évolue pas en diabète de type 2. »

Femmes comme hommes, il reste important de se faire dépister, surtout si on présente un ou plusieurs facteurs de risque, le diabète pouvant mettre des années à être découvert : « il est important de le dépister le plus vite possible pour pouvoir l’équilibrer et ainsi éviter les complications », explique Guillaume Ardouin. Et en cas de symptômes d’une glycémie très élevée comme une soif intense et durable accompagnée de fréquentes pauses pipi et d’une grosse fatigue, il faut consulter son médecin généraliste sans attendre.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité