A la uneActualitésSports GardUSAM

USAM Nîmes s’incline logiquement à Montpellier

Accrocheur et valeureux jusqu'au bout, l'USAM est tombé sur un adversaire supérieur pour une défaite 33-30 et reste cinquième au classement.

La défense nîmoise a fini par craquer devant les assauts montpelliérains (photo DR).

Après avoir réussi une qualification historique pour la finale de la Coupe de France, samedi dernier au Parnasse, en éliminant 32-30 le MHB, l'USAM se déplaçait dimanche soir à l'Arena pour disputer un deuxième derby en huit jours, cette fois-ci dans le cadre de la 21ème journée de la Lidl Star Ligue. Des Nîmois qui veulent rester dans le Top 5 pour disputer l'Europe la saison prochaine face à des Héraultais qui souhaitent reprendre leur première place au PSG.

Un enjeu qui ne s'est pas ressenti en début de rencontre, partie sur un rythme faible. Les Usamistes démarraient mal avec un premier ballon perdu et un premier but pour Valentin Porte. Et d'entrée venait s'ajouter l'exclusion temporaire de Rémi Salou, couplée à celle de Truchanovicius. Gérard se chauffait les mains sur la première tentative de Sanad mais ne pouvait rien contre Nyateu (1-1, 3e). Porte inscrivait déjà un doublé pour remettre les siens devant (2-1, 4e). Comme il y a une semaine, les joueurs mettaient beaucoup d'impact physique dans les duels. Rebichon parvenait à se sortir du marquage pour régaler d'une roucoulette du poignet droit (2-2, 6e).

Décidément, les joueurs montpelliérains de l'équipe de France étaient très en vue dans les premières minutes. C'était au tour de Bingo d'y aller de son petit but après celui de Fabregas. Sur une relance très rapide qu'affectionnent particulièrement les hommes de Maurice, Hallgrimsson l'imitait (4-3, 8e). Très rapidement suivis par Simonet et Kavticnik pour un 3-0 encaissé par les Nîmois. Le premier temps mort était bienvenu (6-3, 9e).

Prandi pour se maintenir à flot

Un homme allait permettre aux Nîmois de ne pas être lâchés : Prandi. Sur un tir en force, il réduisait la marque et Vozab, pourtant touché par Gérard, transformait un jet-franc (6-5, 11e). Bonnefond trouvait le chemin des filets (7-5, 12e) mais le valeureux Prandi lui répondait par deux fois pour égaliser (7-7, 14e). Devant ce festival, Bonnefond sonnait la révolte héraultaise (8-7, 15e) mais l'intenable Prandi traînait pour avoir le dernier mot (8-8, 16e). Desbonnet entrait en scène et sortait le jet-franc de Kavticnik qui se vengeait juste après sur une contre-attaque héraultaise (9-8, 17e). Et Richardson, spécialiste du jet-franc, redonnait deux points d'avance au MHB.

Les Nîmois payaient cash une nouvelle perte de balle, une erreur qui ne pardonne pas face à une telle équipe et l'explosif Bingo (11-8, 20e). Mais les coéquipiers de Rebichon ont cette capacité de réagir immédiatement sans paniquer. Le capitaine montrait la voie et Hallgrimsson s'exécutait également après une récupération de balle (11-10, 21e). Desbonnet pensait réaliser un arrêt mais il détournait dans son but le tir de Richardson. Mais pas question d'être distancé ! Gallego maintenait la pression et faisait mouche en force (12-11, 22e).

Les Usamistes, malgré la domination adverse, parvenaient à rester au contact après un but marqué de part et d'autre (13-12, 24e). Sur ce coup, Desbonnet repoussait le danger et Gallego se chargeait de la finition (13-13, 25e). C'est à ce moment-là que Sanad sortait sa boîte secrète pour venir conclure parfaitement une contre-attaque (13-14, 26e). Juste avant la pause, l'USAM menait à l'Arena. Un nouvel exploit était encore possible...

Mais le rêve allait être de courte durée. Truchanovicius fusillait le but nîmois pour égaliser (14-14, 27e). Suty, obligé de tenter sa chance de loin, butait sur Gérard et, sur le contre, Bingo brillait d'un lob astucieux (15-14, 27e). Et comme seul le hand permet de le faire, le MHB reprenait rapidement les devants par un nouveau jet-franc de Richardson (16-14, 28e). Le match s'emballait dans la dernière minute, Richardson trouvait encore la faille. Grâce à des buts de Sanad et Nyateu, Nîmes rentrait à la pause avec toutes ces chances (17-16, 29e).

Un USAM résistant et réactif 

Les Verts et blancs revenaient avec de l'envie. Desbonnet s'interposait devant un tir montpelliérain et Salou de l'autre côté égalisait (17-17, 32e). Ce diable de Fabregas, pourtant dos au but, parvenait à se retourner et à mystifier le portier nîmois (18-17, 33e). Ce dernier enchaînait un deuxième arrêt sur un tir en bout de course de Porte. De justesse, Hallgrimsson voyait sa tentative franchir la ligne de but. Pas le temps de se replacer que dans son dos, Richardson scorait (19-18, 34e).

Ce début de seconde période était très animé, Prandi et Simonet se répondaient coup sur coup. Mais l'homme du match côté nîmois marquait de nouveau (20-20, 36e). Et même si Richardson continuait de dégoûter par sa facilité déconcertante au jet-franc, Prandi survolait la défense pour inscrire son septième but (21-21, 38e). En un coup d'éclat, le MHB se repositionnait en tête avec des réalisations signées de Truchanovicius et Guigou. Vozab maintenait le suspense sur l'exercice du tir à sept mètres (23-22, 39e). Dans un moment charnière où le match pouvait basculer, Salou était exclu deux minutes mais le numéro 92 gardait sa cage inviolée.

Mais Truchanovicius réussissait à prendre le gardien usamiste à contrepied. Fidèle à ses valeurs de combat, l'USAM s'accrochait et George ouvrait son compteur (24-23, 43e). L'arrière gauche lituanien avait décidé de prendre les choses en mains et de gâcher la fête des Nîmois (25-23, 45e). Vozab restait impérial au jet-franc et envoyait Portner chercher le ballon dans ses filets (25-24, 45e). Mais le MHB était appliqué sur les attaques placées que concrétisaient Guigou et Richardson. Entre-temps, Nyateu et Hallgrimsson passaient par là pour inscrire un but (27-26, 45e). Le match allait d'un but à l'autre mais surtout vers celui de Desbonnet et c'est le vétéran de 36 ans, Guigou, qui marquait à nouveau (28-26, 47e).

On y a cru jusqu'au bout 

Les Nîmois ne parvenaient pas à rester durablement à une unité du MHB qui, après avoir encaissé un but, voyait Fabregas redonnait une avance de deux points (29-27, 49e). Le tir de Porte sur le poteau faisait espérer que la réussite avait changé de camp, à moins de dix minutes du terme. Comme un signe supplémentaire, Truchanovicius ratait une passe facile et expédiait le ballon en touche.

Mais les Nîmois gâchaient cette possession de balle qui aurait pu donner une autre tournure à la fin de la rencontre. L'Argentin Simonet ne se faisait pas prier pour crucifier Desbonnet et donner trois buts d'avance (30-27, 54e). Portner se mettait même à faire des arrêts. Gallego marquait mais ce diable de Truchanovicius envoyait un missile sous la barre (31-28, 55e).

Les Nîmois y croyaient jusqu'au bout et Rebichon et Prandi marquaient (31-30, 57e). Le gardien Portner était exclu définitivement sur le deuxième but nîmois. Mais, dans la foulée, Prandi  était sanctionné par deux minutes, ce qui offrait la maîtrise du money-time aux Héraultais. Et le petit ailier français Guigou qui en a vu d'autres offrait le but libérateur aux siens. Tobie manquait la dernière transmission et Porte scellait la victoire du MHB (33-30) qui repasse leader du Championnat.

Malgré la défaite, les supporteurs du Green Kop se sont consolidés en chambrant leurs homologues du Blue Fox en scandant "On est en finale ! ".

Corentin Corger

 

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité