A la uneActualitésSports Gard

FAIT DU JOUR Première mondiale au Pôle mécanique d’Alès

Le pilote Romain Dumas et Volkswagen dévoilent un bolide 100 % électrique pour Pikes Peak, la plus célèbre course de côte du monde.

Au Pôle mécanique d'Alès, Romain Dumas et l'I.D. R Pikes Peak de Volkswagen créent l'événement (photo Véronique Palomar/Objectif Gard).

Dimanche et lundi au Pôle  mécanique d'Alès, Volkswagen et son pilote Romain Dumas ont présenté leur prototype 100% électrique à la presse. Dans deux mois, le 24 juin, Romain Dumas s'attaquera au record de la catégorie (8'57'') sur le parcours de la plus célèbre course de côte du monde à Pikes Peak, aux États-Unis. Un délai très serré pour un défi de taille. 

Ces premiers essais sur le circuit du Pôle mécanique vont permettre mises au point et derniers réglages sur l'I.D. R Pikes Peak avant la course (photo Véronique Palomar/Objectif Gard).

L'événement, c'était donc la voiture, l'I.D. R Pikes Peak, un prototype de toutes pièces, bolide à coque en carbone avec beaucoup d'appuis, cockpit fermé, développant une puissance de 680 chevaux pour une accélération de 0 à 100 km/h en 2''25. Mieux qu'une Formule1 ! Elle accuse 1100 kg  sur la balance, ce qui est plutôt une prouesse technique vu le poids des batteries. L'objectif du pilote, triple vainqueur de la "Course des nuages" avec ses prototypes Norma en 2014, 2016 et 2017, sera d’établir un nouveau record dans la classe électrique, record jusqu’à présent tenu par Rhys Millen en 8’57’’118. Le record absolu, 8'13''878, réalisé par Sébastien Loeb en 2013 sur sa Peugeot 208 T16, reste à battre.

Pour les non-initiés, Pikes Peak est une course de côte qui se déroule sur la montagne du même nom, aux États-Unis, tous les ans en été. Cette année, elle aura lieu le 24 juin. Sinueuse, elle comporte 156 virages pour une longueur de 18,9 km. Un seul passage, peu d'essais… Des conditions climatiques spéciales,  de 20° à 7° en moins de dix minutes à une altitude frisant les 400 m. L'épreuve est donc plus que spéciale.

Selon Romain Dumas, elle demande des aptitudes de pistard. Mais pas seulement. Il confie que faire les premiers essais sur le circuit du Pôle mécanique est un plus. "C'est un petit circuit et il est vraiment sinueux." On peut faire des comparaisons. Pour les conditions climatiques, il faudra composer. "Si les pneus résistent aux freinages pendant 15 km ici, on peut espérer qu'avec un thermomètre plus bas, on sera bon", anticipe Romain Dumas. Deux journées d'essais (du matin au coucher du soleil) pour le pilote et le prototype aujourd'hui, demain et jeudi entre midi et 14 heures, complétées par des essais route bloquée au col Saint-Pierre. Romain Dumas va devoir jongler avec un programme chargé, la préparation des 24 Heures du Mans avec Porsche entre autres. Pendant ses absences, Deter Deeping viendra le remplacer au volant.

Romain Dumas s'est prêté pendant des heures au jeu des questions-réponses sans faillir... (photo Véronique Palomar/Objectif Gard)

Il ne reste que soixante jours pour mener les essais de mise au point avant le départ de la course. Un délai très serré même pour Romain Dumas qui possède pourtant toutes les références nécessaires pour guider et analyser les premiers pas de sa nouvelle voiture. D'ailleurs, pour gagner du temps, VW Motorsport s'est beaucoup appuyé sur les travaux de la Norma pour l'I.D. R Pikes Peak.  Cependant, il faudra aussi que le pilote "apprenne l'électrique". "Je n'ai jamais piloté une voiture électrique", confie-t-il. "Avec un moteur thermique, on a trois repères : le bruit, les vitesses et le visuel. Avec un véhicule électrique à une vitesse, on a plus qu'un seul repère, c'est le visuel. Et compte tenu de son accélération, on ne va pas pouvoir compter les arbres", s'amuse-t-il...

Accélération sans comparaison avec le thermique et grand confort de conduite dû à l'absence de boîte seront des atouts précieux selon le pilote qui a déjà effectué des simulations. Mais il faudra aussi apprendre à gérer l'énergie, "savoir sacrifier un virage pour gagner du temps à l'accélération". Le pilote devra s'adapter et le véhicule, lui, devra certainement subir quelques réglages. "On va chasser le poids, affirme Romain Dumas. Elle est sortie la semaine dernière de l'usine, je suis certain qu'il y a des choses à faire."

Les amoureux de la discipline pourront assister aux essais pendant deux semaines après quoi véhicule et matériel seront acheminés aux États-Unis. Quant aux Alésiens, ils croiseront les doigts pour leur pilote, sachant que le Pikes Peak ne pardonne aucune erreur. Qu'importe. Avec Volkswagen, Romain Dumas s'est donné les moyens d'aller plus loin... Et, doit-on le rappeler, impossible n'est pas Gardois !

Véronique Palomar 

 

Etiquette

Véronique Palomar

Après une longue carrière au service de l'information dans l'hémisphère sud, me voilà de retour dans l'hexagone. Heureuse de mettre, plume, regard neuf et expérience au service d'un journal indépendant et de continuer à informer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité