A la unePolitique

PETITE CAMARGUE Dernier conseil communautaire avant la pause estivale

(Photo Véronique Palomar)

Les gens heureux n'ont pas d'histoire… ou presque

Le Conseil communautaire est quasiment au complet, quorum atteint, la séance peut être ouverte (Photo Véronique Palomar)

Un ordre du jour qui ne portait pas trop à la polémique et des décisions toutes ou presque approuvées à la l'unanimité.

Avant la pause estivale, le dernier conseil communautaire de Petite Camargue qui regroupe les communes de Vauvert, Aimargues, Beauvoisin, et Le Cailar, s'est déroulé presque sans accroc.

Le conseil en trois points

Une délibération retirée qui fait parler. Une délibération ajoutée et une autre supprimée. C'est cette dernière, portant sur une convention de partenariat pour le déploiement de la stratégie Grand Site Occitanie qui a suscité nombre de réactions. Au départ, cette convention est retirée pour complément d'information. Mais les renseignements fournis permettent tout de même quelques remarques. Jean Denat ouvre le bal : " cela nous a pris 14 ans de travail pour créer le label Grand site de France. Il a la particularité d'avoir créé un multi-site de paysages divers et surtout fragiles qui font notre identité. Ce label est reconnu à l'échelon national et international. La Région Occitanie a de grandes ambitions touristiques mais elle axe le développement sur le patrimoine bâti." Et de conclure : "je ne partage pas la politique de la Région sur ce point. Je ne l'aurais pas votée, ce n'est pas l'esprit". D'autres élus renchérissent alors en arguant de la fragilité des paysages "qui ne pourraient supporter un tourisme de masse". La délibération est retirée, mais elle reviendra à l'ordre du jour et promet quelques débats intéressants.

Transfert de compétence Gemapi (gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations) encore. Déjà abordée lors du conseil municipal de Vauvert, la convention transitoire pour l'exercice de la compétence Gemapi transférée des municipalités vers la Communauté de communes, n'est pas aussi simple à mettre en œuvre dans la vraie vie que sur le papier. Côté communal on est inquiet. Jean Denat encore pour Vauvert, fait remarquer, une compétence municipale sur des spécificités locales renforcée par des années d'expérience. Et de citer la lutte contre les ragondins, rongeurs destructeurs du biotope qui prolifèrent sur la commune et alentour.       "Je ne vois pas qui est compétent pour traiter ce problème à par nous pour l'instant", déplore-t-il. Le directeur général des services, Philippe Maugy, de son côté met le doigt sur "les exigences supplémentaires de l'État, vis-à-vis de la communauté de commune". Bref, ce n'est simple pour personne, donc signature d'une convention transitoire jusqu'au 31 octobre qui permettra de garantir la continuité du service public en attendant que les choses se mettent en place. D'ailleurs, dans le cadre du transfert de compétence Gemapi, il a été voté la réparation de la station de pompage dite "à vis d'Archimède" de Saint Laurent d'Aigouze  pour un montant de 10 317,85 €TTC.

Encombrants et déchets verts, ramassage à problème. La communication du rapport annuel 2017 de la communauté de commune concernant la prévention et la gestion des déchets a soulevé l'ire de la commune de Vauvert. "Le ramassage est mal organisé. Les encombrants s'accumulent et nous croulons sous les déchets verts", se plaint le maire. Joëlle Cachia Moreno, chargée de la gestion des déchets a un tout autre avis. "Ailleurs, nous fonctionnons sur rendez-vous. Chez vous, il y a beaucoup d'incivilités, on passe presque tous les jours et pourtant… "

 Vous devriez verbaliser", argue un élu, "chez nous ça marche". "C'est difficile", rétorque Jean Denat et il réaffirme que les torts en reviennent à la communauté de commune. Je dirais "peut mieux faire" conclut-il. Chacun restant sur ses positions, le passage au vote se solde par une approbation à la majorité moins les abstentions des Vauverdois.

Pour le reste, approbation des comptes, achat de matériel informatique et nominations… et surtout, un état des lieux de la commercialisation des parcelles des zones d'activités( point sur lequel nous reviendrons) n'ont soulevé aucune remarque. C'est donc dans un climat serein que le conseil communautaire a pris congé jusqu'à la rentrée.

Véronique Palomar

Véronique Palomar

Après une longue carrière au service de l'information dans l'hémisphère sud, me voilà de retour dans l'hexagone. Heureuse de mettre, plume, regard neuf et expérience au service d'un journal indépendant et de continuer à informer.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité