A la uneActualitésSociété

NÎMES Énergie, communion et bonne ambiance pour Vianney aux arènes

(Photo Anthony Maurin).
(Photo Anthony).

Deuxième album et deuxième passage à Nîmes pour un Vianney qui s’est excusé du retard conséquent pris sur l’horaire initialement prévu. Démarrant après 45 minutes de retard à cause de multiples pépins logistiques sans gravité, Vianney n'a pas raté son tour de chant pour autant !

Au clavier et à la voix, le jeune toulousain Foé (Photo Anthony).

Il faut dire qu’il connaît l'amphithéâtre... Même si peu se souviennent de son passage il y a trois ans en première partie de Florent Pagny (tournée vieillir ensemble), Vianney semble aimer la cité des Antonin et ne pas tenir rigueur de cet oubli manifeste. À peine plus de trois ans (aussi) après ses débuts sur scène, seul avec sa guitare une bonne partie du show, Vianney donne tout, extirpe les moindres murmures et fait jaillir les cris du cœur d'un public conquis d'avance.

Cats on Trees (Photo Anthony Maurin).

Mais avant la " tête d'affiche " solitaire (ou presque) deux autres groupes se sont amusés à chauffer la salle remplie pour l'occasion mais avec une fosse assise. Dommage ! Premier en piste, le jeune Foé. À 21 ans, le Toulousain a pris son pied. Belle voix, bon musicien, sa production est même écoutée par un certain François Hollande... Et oui, mais n'hésitez à tenter l'expérience !

Le duo, Nina Goern (voix et piano) et Yohan Hennequin (Photo Anthony Maurin).

Dans la foulée, arrivée féline des Cats on trees, déjà venus à Nîmes mais à Paloma pour un concert plutôt sympathique il y a quelques mois. Toujours originaire de Toulouse, le groupe fondé il y a plus d'une décennie mais qui connaît le succès depuis trois ans (encore) a su faire monter en gamme le concert déjà bien lancé par le jeune premier.

(Photo Anthony Maurin).

Place à Vianney. Fier comme toujours quand il évoque cette anecdote, il a rappelé que les trois groupes et artistes présents pour cette date nîmoise faisaient partie du même label (Tôt ou tard), indépendant bien sûr et logique quand on connaît la trajectoire du Palois. Une exception culturelle dans un univers musical qui a tendance à s'uniformiser et à abandonner les curieuses aspérités.

(Photo Anthony Maurin).

Avec Vianney, on a eu droit à de l'énergie, à des sauts de cabri, à du " grattage " de guitare à outrance et bien entendu, à tous les tubes. La " ruche " a été, comme lors de chaque session, mise en avant. Mot de soutien uniforme à l'artiste, mot d'union d'un public qui se délecte du miel du bourdon de l'arène.

Vianney (Photo Anthony Maurin).

De Pas là à Dumbo en passant par Veronica, Je m'en vais, et La même, tout seul donc sans son binôme " Meugi " pour ne pas dire Maître Gims. Le public a même pu entendre une petite reprise de La groupie du pianiste. Ambiance, chaleur humaine, public éclectique, jeune mais pas seulement, et joie de vivre pour cette date de plus en moins dans les arènes pour ce festival 2018. Peu ont dû être déçus au sortir du show de cet ancien élève de Saint-Cyr...

(Photo Anthony Maurin).
(Photo Anthony Maurin).
(Photo Anthony Maurin).
(Photo Anthony Maurin).
(Photo Anthony Maurin).
(Photo Anthony Maurin).

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 37 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité