A la uneActualitésSociété

FAIT DU JOUR Contrôles routiers, entre sévérité et espérance

Un contrôle, le conducteur téléphonait au volant (Photo Anthony Maurin)

Les contrôles routiers dans le Gard vont connaître un renforcement et par la même occasion une bonne dose d'intransigeance.

Les contrôles routier vont s'intensifier (Photo Anthony Maurin).

Oui, le Gard est un mauvais élève. On a pris pour habitude de le savoir, de le dire sans forcément l'assumer et de multiplier cette approche à bon nombre de domaines... Hélas. Cependant, il en est un, de domaine, pour lequel notre charmant département a une accointance toute particulière. La sécurité routière. Nous sommes de piètres élèves et nos morts ne font que surligner cela, alors, les forces de l'ordre décident de sévir plus encore.

Pour le capitaine de Gendarmerie Jacques Ferrière, " Nous constatons une recrudescence des accidents dans le Gard depuis quelques mois. Sur les douze derniers, six ont eu lieu sur l'autoroute alors nous avons décidé de mettre en place deux services sur l'A9 et l'A54 pour contrôler en priorité les excès de vitesse, les distances de sécurité ou encore les distracteurs tels que les téléphones... Un gros week-end arrive prochainement et nous voulons que les gens comprennent que ces infractions sont celles qui ont mené aux derniers accidents mortels dans le Gard. D'autres contrôles ponctuels auront lieu partout ailleurs sur les routes gardoises. "

Les autoroutes ne seront pas oubliées (Photo Anthony Maurin).

Vous l'avez compris, on ne badinera plus avec ce genre de déconcentration ou de mauvaise habitude. Il n'y aura plus, ou beaucoup moins, d'avertissements car le moment est grave et les enjeux d'importance. Ce jour de contrôle, deux motos et un véhicule rapide pour intercepter les contrevenants sont mis en place du côté de Ledenon. Un véhicule banalisé est lui aussi dans le coup, idem sur l'A54 sans la dernière voiture. " Sur Autoroute quand vous roulez à 130Km/h et que vous jetez un oeil sur le GPS, pendant une seconde ce qui n'est pas grand chose, vous parcourrez 40 mètres ! Les distracteurs sont réellement problématiques " explique Patrick Bellet, directeur des sécurité à la Préfecture du Gard.

Les rapports de Police font état d'un séquençage bien observé des accidents mortels. 27% d'entre eux seraient dus  la vitesse, 17% à l'alcool, 10% aux stupéfiants et 6% à des malaises, une grande nouveauté qui peut s'expliquer par la prise de médicaments ou par un âge avancé. " Nous arrivons donc à 60 % des accidents mortels pour ces quatre problématiques. Cela veut aussi dire que les 40% restants ne sont dus qu'à des problèmes comportementaux. Je rappelle juste que le Gard est le 15ème département le plus meurtrier en France quand on parle de sécurité routière " poursuit Patrick Bellet.

Un contrôle, le conducteur téléphonait au volant (Photo Anthony Maurin).

Comme les rapports de Police sont nombreux et extrêmement détaillé, les forces de l'ordre comptent taper là où ça fait mal. Les véhicules sont de plus en plus performants, insonorisés, confortables. Tels des cocons. Mais les chenilles qui les conduisent n'ont parfois pas le temps de devenir papillons... 37 morts depuis le début de l'année, 10 354 infractions (10% de plus qu'en 2017) dont 1671 délits constatés dans le Gard. " On ne peut pas faire beaucoup mieux ! Nous attendons aussi le retour de la limitation à 80Km/h mais il semble que les accidents soient un peu moins nombreux. Exemple de ces chiffres, le radar mis en place devant le lycée Philippe Lamour à Nîmes il y a 15 jours. Plus de 5 000 flashs " assure le représentant de la Préfecture.

Écouter les conseils des campagnes de communication sur la question, rester concentrer et dans les clous. Pour simple information, à partir d'un choc estimé à 13Km/h, le cerveau subit des séquelles irréversibles. " Cela fait bientôt 30 ans que je suis dans le métier. Quand j'ai débuté nous avions 19 000 morts sur les routes. Aujourd'hui nous sommes à moins de 4 000 mais les 18-24 ans et leurs comportements sont un réel problème " estime quant à lui le capitaine Ferrière.

À droite le nouveau patron des Gendarmes gardois, le colonel Laurent Haas. Au centre, le capitaine Ferrière (Photo Anthony Maurin).

Avec un trafic horaire d'environ 4 000 véhicules sur cette fameuse A9, les gendarmes comptaient contrôler près de 1500 véhicules sur les deux points de contrôles. Au final, 24 infractions. Neuf dépassements dangereux, huit usages de téléphone portable, un non respect des distances de sécurité, une circulation sur voie centrale, un défaut concernant un siège enfant, un contrôle pour pneus lisses et deux pour dépassement de vitesse inférieur à 30Km/h. " Je devais me dépêcher pour aller chercher mes enfants qui sont à la garderie... Je n'ai jamais perdu de point, c'était un petit excès de vitesse mais je suis bien heureuse de passer entre les mailles du filet. Je vais de suite mettre le limiteur de vitesse " explique une automobiliste contrôlée puis relâchée avec un simple avertissement.

Petit scoop, le 19 mai 2019, la Préfecture compte organiser les Arènes de la sécurité routière au cœur des arènes de Nîmes. " On aimerait que 5 000 enfants puissent assister à des démonstrations d'accidents réalisées par des cascadeurs. Ils pourraient ainsi mieux vivre le choc que cela produit " conclut Patrick Bellet.

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 37 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité