A la uneActualitésSociété

FERIA DE NÎMES Les toros sont à la maison

La feria des Vendanges édition 2018 est prête. Les toros aussi.

Les toros de Virgen Maria, à voir les N°32 et 31 (Photo Anthony Maurin).

C'est le rendez-vous de la rentrée taurine à Nîmes : la présentation des toros de la feria à venir, celle des Vendanges qui commence ce vendredi soir dans les arènes.

Pour Frédéric Pastor, élu à la tauromachie et aux festivités à Nîmes, " c'est la traditionnelle visite des toros mais nous souhaitons aussi rendre hommage à quelqu'un d'absent, Colette Pichon. Nous voulons avoir une pensée pour elle et sa famille. Cependant, cette feria des Vendanges s'annonce très bonne et avec une météo clémente ".

le lot de Domingo Hernandez du samedi matin à voir les n°41 et 38 (Photo Anthony Maurin).

Oui, elle s'annonce plutôt bien... Commençons par le commencement avec la novillada inaugurale. Une course fleurie de six élevages français et deux toreros locaux. " La novillada verra six élevages français. Six ganaderias de choix qui ont bien évolué et triomphé dans d'autres arènes. Ce sont les élevages les plus représentatifs des qualités que l'on souhaite voir à Nîmes, Blohorn, Gallon, Laugier avec Piedras Rojas, Jalabert, Los Galos et Pagès-Mailhan. "

Les toros de Victoriano del Rio à voir les n° 48 et 152 (Photo Anthony Maurin).

Le samedi matin, corrida d'alternative pour Toñete devant trois Victoriano del Rio et trois Garcigrande. " Enrique Ponce est le torero aimé par excellence à Nîmes. El Juli, que je vois toujours jeune, y a pris son alternative il y a 20 ans et Toñete est une jeune vedette qui triomphe partout. Il devait forcément prendre l'alternative à Nîmes. C'est un grand spectacle pour grand public ", assure Curro Caro, bras droit de Simon Casas, directeur des arènes de Nîmes.

Le reste du lot de Virgen Maria (Photo Anthony Maurin).

Samedi après-midi, corrida française, du moins grâce aux toros de Jean-Marie Raimond, Virgen Maria, un Français qui est parti en Espagne pour vivre sa passion taurine. " Nous avons créé la ganaderia en 2002 après un cadeau que m'a fait ma sœur, des vaches et toros espagnols. Nous sommes établis en Espagne sur 600 hectares avec pour souche sanguine Victoriano del Rio, Jandilla et Daniel Ruiz. L'autre fer, celui de Santa Ana n'a que du pur Marquis de Domecq. Merci à l'empresa, à la ville de Nîmes mais aussi à mon mayoral car c'est un travail d'équipe. J'espère que les neuf toros auront du moteur et vont embestir. Un toro, un torero, un public... Si tout cela est réuni pour cette corrida, ça sera une grande corrida. J'étais présent lors de la prise d'alternative du Juli il y a 20 ans et c'est très important pour nous d'être à Nîmes, en feria et en fin de saison dans une arène de première catégorie ". Face à ces pupilles qui sont finalement de sacrés toros, Paco Ureña, Joselito Adame et Gines Marin.

Les toros de Nuñez del Cuvillo à voir les n°109 et 199 (Photo Anthony Maurin).

Dimanche matin, corrida mixte. " Qui aurait dit ça il y a 25 ans ? Ce qu'ont créé Simon Casas et Nimeño, voilà le fruit. Léa Vicens est une vedette au même titre de Pablo Hermoso de Mendoza ou Diego Ventura. Peut-être pas au même niveau, mais bon... C'est aussi une Nîmoise. Pour Castella, il est reconnu de Madrid en Amérique du Sud et vient de couper deux oreilles à Arles. Enfin, Juan Bautista est aimé par Nîmes et il fera ici sa despedida en France puisqu'il a annoncé son départ après la seule corrida goyesque qu'il toréera en 2019 chez lui à Arles. Je respecte son choix de partir mais ce n'est pas le mien. Sans les aficionados, cette corrida n'aurait jamais existé ", a tenu à dire Curro Caro.

Trois toros de Victorino Martin (Photo Anthony Maurin).

Le dimanche après-midi, corrida faite pour l'aficion, corrida qui fait l'unanimité. " Les trois toreros, Emilio Chacon, Emilio de Justo et Pepe Moral défileront sans montera et confirmeront leur alternative. C'est ce qu'il y a de plus beau en tauromachie ! Les toros sont présentés comme à Madrid, parfois mieux qu'à Séville. Le cartel de jeunes qui se sont révélés depuis peu, surtout grâce à l'aficion française, semble plaire car en plus, ces toreros triomphent toujours devant ces toros. S'il y a peu de monde dans les arènes dimanche soir, c'est qu'il y a peu d'aficionados et que donc, cette corrida ne les intéresse pas. Il faudrait au moins une demi-arène... ", conclut Curro Caro. Cette course sera télévisée sur Movistar.

Toutes les infos pratiques ici.

Trois autres toros de Victorino Martin à voir les n°85 et 2 (Photo Anthony Maurin).
Élus de la Ville et direction des arènes de Nîmes ont présenté les toros de la Feria des Vendanges (Photo Anthony Maurin).

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité