ActualitésPolitique

PONT-SAINT-ESPRIT Ce qu’il fallait retenir du conseil municipal

La rentrée du conseil municipal de Pont-Saint-Esprit s’est déroulée jeudi soir, à l’occasion d’une séance à l’ordre du jour fourni.

Jeudi soir, lors du conseil municipal de Pont-Saint-Esprit (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Un ordre du jour plus fourni que l’opposition : cette fois encore, deux groupes (Pont Bleu Marine et Pour un meilleur esprit) étaient totalement absents, et le groupe Aimons Pont-Saint-Esprit n’était représenté que par deux de ses membres, les plus assidus, à savoir Frédéric Duplan et Gérard Guillen.

Des élus d’opposition qu’on entendra dès le début de la séance, pour parler d’un sujet qui ne figurait pas à l’ordre du jour, l’augmentation des tarifs de la garderie et de la cantine scolaire. « Dans la conjoncture actuelle, s’en prendre au pouvoir d’achat des Spiripontains, ce n’est pas très sympa », estimera Frédéric Duplan. L’adjointe aux écoles Josiane Pauty lui répondra que « les tarifs sont très bas » et que « les tarifs les plus bas sont restés intacts », avant que le maire Roger Castillon ne rappelle que sous l’ancienne mandature, « ces tarifs n’avaient pas évolué pendant dix ou douze ans, et nous nous étions retrouvés dans une situation aberrante. Le coût de la vie augmente, mais nous sommes très modérés dans nos augmentations. Ne pas le faire, c’est être irresponsable. » Sans avoir réellement convaincu l’opposition, le maire clora le débat en rappelant que « de toute façon la décision et prise et demeurera ainsi. »

PSE Santé, jardins partagés et digue

Cet épisode donnera le ton d’un conseil municipal où les débats n’ont pas concerné les délibérations les plus importantes et structurelles, mais des questions annexes, voire symboliques. Par exemple, la signature de la convention avec l’association PSE Santé, qui lutte contre la désertification médicale de la ville et qui rassemble une cinquantaine de professionnels de santé, et à qui la ville va donner 10 000 euros de subvention en 2018, 2019 et 2020 et mettra à disposition un appartement pour les internes et le médecin de garde, passera à l’unanimité sans débat ni demande de précision.

Idem pour la dénonciation de la convention de mise à disposition des terrains communaux à l’association les Jardins des enfants du Rhône. Les jardins partagés gérés par l’association, d’une superficie de près de 8 000 mètres carrés, ont fait l’objet d’une polémique en juin dernier avec « une suspicion de revente illicite d’une parcelle », affirme l’adjoint Jean-Marie Daver, qui précise par ailleurs que « la commune n’a jamais été concertée lors des réaffectations des terrains. » Suite à cet épisode, la mairie reprendra la gestion des jardins à compter du 1er octobre et assurera l’attribution des parcelles selon des critères précis(*), et l’association « continuera à animer le site, mais devra changer ses statuts », poursuivra l’élu. Là aussi, la délibération passera à l’unanimité sans intervention de l’opposition.

Une opposition qui s’abstiendra par ailleurs sans donner la moindre explication de son vote sur le vote du procès verbal de mise à disposition à l’Agglo du Gard rhodanien de la digue dans le cadre de la compétence Gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations (GEMAPI).

« Vous en savez assez M. Guillen ? »

Cependant, on aurait tort de croire que toutes les délibérations ont été votées à l’unanimité et dans un esprit de concorde. Deux délibérations, des remboursements de frais avancés par le maire et deux élues de la majorité, partis cet été à Penacova au Portugal et à Haverhill en Angleterre dans le cadre du jumelage de Pont avec ces deux communes, ont fait beaucoup parler. À chaque fois, Gérard Guillen demandera le montant, ce qui a eu le don d’agacer le maire : « ça doit être autour de 200 euros, mais j’aurais préféré qu’on discute plutôt de PSE santé. Et si vous voulez tout savoir, j’ai eu un vol annulé et j’ai encore 500 euros de ma poche dehors car la compagnie ne m’a pas remboursé. Vous en savez assez M. Guillen ? »

Après qu’à la faveur de la deuxième délibération on a appris que Catherine Chantry et Nadine Chaniol ont eu 3h30 de retard à l’aller et au retour, le maire qualifiera d’« indécentes » les questions de Gérard Guillen, ce qui lui vaudra un tollé de l’opposition, Frédéric Duplan estimant que le maire avait été « impoli ». Gérard Guillen conclura en affirmant qu’il n’avait fait que « demander un renseignement », au nom de la « transparence », ce qui aura le don de faire pouffer la majorité. Les deux délibérations seront votées avec l’abstention du groupe Aimons Pont-Saint-Esprit.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Et aussi :

Le Rugby club « en sommeil » : l’adjoint au sport Jean-Noël Francisci a annoncé lors du conseil municipal « la mise en sommeil du Rugby club spiripontain, les amoureux du ballon ovale à Pont-Saint-Esprit sont tristes ce soir. »

(*) à savoir habiter sur la commune, ne pas disposer d’un jardin dans son habitation principale, une seule parcelle par habitant sans possibilité de transmission à une tierce personne et tirage au sort en cas de candidatures multiples pour une même parcelle.

Etiquette

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité