Faits Divers

NÎMES Braquage : l’adolescente donne l’alerte, cachée dans un placard

Deux hommes, qui réfutent les faits sont jugés, ce mardi matin devant le tribunal correctionnel pour " vol avec violence" au domicile d'un commerçant de Nîmes.

Photo d'illustration / Objectif Gard

"Ma cliente a ouvert lorsqu'elle a entendu sonner, elle croyait que le facteur arrivait... Elle attendait un colis", affirme maître Philippe Rey, l'avocat d'une famille victime d'un braquage à domicile, le matin du 4 juin dernier.

Mais à la place du courrier, deux hommes hurlent " où il est " en faisant irruption dans la maison d'un boucher dont le commerce est situé dans un quartier populaire de Nîmes. L'artisan vit avec sa famille, dans une belle villa, dans un village à proximité de Nîmes. Ce 4 juin 2018, c'est la frayeur et la terreur même pour deux femmes. La mère de famille fait face à un individu qui la menace et lui ordonne de rester au rez-de-chaussée, pendant que son complice fouille l'étage à la recherche du coffre. " Où il est, où il est "... Les deux hommes cherchent, mais ne risquent pas de trouver le coffre puisqu'il n'y en a pas dans la maison.

Mais les deux individus, dont un a le visage dissimulé par une cagoule, ne savent pas que l'alerte a été donnée par la fille des propriétaires. Cette dernière, âgée de 17 ans, s'est cachée dans un placard en entendant les hurlements. Dans le stress et le noir, elle appelle sur son portable les pompiers à la place de la gendarmerie. L'appel est dérouté vers les militaires qui envoient immédiatement une patrouille au domicile concerné. Entre-temps, les deux hommes, quittent la villa et foncent sur le véhicule de gendarmerie qui va être percuté, car il bouche le chemin de sortie de la propriété.

Les malfaiteurs parviennent à s'enfuir avec leur voiture très dégradée qu'ils abandonneront quelques kilomètres plus loin. Une voiture qui va permettre de retrouver de l'ADN appartenant à deux hommes, très défavorablement connus des services de gendarmerie. Ils ont été interpellés quelques jours plus tard et sont depuis détenus. Ils nient les faits depuis le début. Ils comparaîtront, ce mardi matin, devant le tribunal correctionnel de Nîmes pour " vols avec violence ayant entraîné une incapacité totale de travail supérieure à 8 jours en récidive" et " recel de bien provenant d'un vol en récidive".

Les deux complices ont été condamnés mardi après-midi, à des peines de 6 ans et 8 ans de prison, avec un maintien en détention.

Etiquette

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité