A la uneFaits Divers

CLARENSAC Procureur de Nîmes : « Le corps découvert est celui d’Antoine Zoia »

C'est un relevé d'empreinte dentaire sur la pauvre victime qui permet d'affirmer qu'il s'agit de l'adolescent disparu depuis 2016.

photos  d'Antoine. DR/ Objectif Gard

Le procureur de la République de Nîmes vient de confirmer, il y a quelques secondes, que le corps retrouvé durant le week-end dans un massif forestier de Clarensac est bien celui d'Antoine.

Depuis samedi, et la découverte d'un squelette pendu dans le village, le nom d'Antoine est dans toutes les discussions. De plus, pour accréditer cette thèse, des objets lui appartenant ont été récupérés par les enquêteurs à proximité de la dépouille. Il y avait notamment un sac à dos. Des éléments de la tenue vestimentaire ont également été reconnus comme ceux ayant appartenu à l'adolescent introuvable depuis plus de deux ans. " Il y avait un sac d'école et un couteau particulier que la maman d'Antoine a formellement reconnus," affirme la patron de la section de recherches de Nîmes, le colonel Bertrand Michel en charge des investigations.

"De plus, l'orthodontiste a formellement identifié les empreintes dentaires prélevées par le légiste comme celles appartenant à Antoine. Avant de connaître le résultat ADN on peut affirmer que le corps retrouvé est celui d'Antoine Zoia", a déclaré le procureur qui a refusé de dire de quoi était décédé le jeune garçon " par respect pour la famille. L'autopsie exclut tout acte d'agression à l'encontre du corps", poursuit le procureur. C'est un chasseur qui a aperçu, samedi, d'abord une chaussure, puis un peu plus loin une partie d'un corps avant de découvrir la dépouille. Mardi, en soirée, on apprenait que l'ADN prouvait un peu plus encore qu'il s'agissait bien du corps du lycéen gardois.

Concernant les lieux de découverte, enquêteurs et magistrats ont expliqué que " samedi matin, on ne percevait rien de la scène à quelques mètres à peine de l'endroit où l'on a découvert le corps. À cet endroit, la végétation est très importante, et le lieu de découverte est situé à près de 100 mètres d'un chemin forestier", selon le vice-procureur, Patrick Bottero, qui s'est rendu sur place samedi matin. " Nous avons été obligés de mettre des cordes pour permettre aux gendarmes d'accéder au site ", poursuit le colonel Sébastien Baudoux du groupement du Gard.

Antoine Zoia, 15 ans, a disparu du village de Clarensac, le 1er mars 2016. Des moyens considérables avaient été déployés par les enquêteurs pour le retrouver et un comité de soutien avait vu le jour. À l'époque de sa disparition, Clarensac et ses environs avaient été fouillés, en vain.

L'adolescent avait quitté son domicile en milieu d'après-midi, sans ses papiers et sans son portable, disant simplement à son père et à son frère : "je reviens".  Le même jour à 16 heures, il achetait un briquet au bureau de tabac de la commune, avant de se volatiliser.

Boris De la Cruz

Etiquette

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité