A la unePolitique

FAIT DU JOUR En immersion dans la Nocturne de Nîmes…

Objectif Gard a mouillé le maillot, ce vendredi soir, en participant à la 5e édition de La Nocturne de Nîmes !

Lors du passage dans les Arènes de Nîmes... Un délice ! (Photo : Anthony Maurin)

C'est le défi (un peu fou... mais vraiment accessible) que nous avons relevé !

Tout a commencé par un clic. Un petit clic et 13 € plus tard nous étions inscrits à La Nocturne de Nîmes. Une course d'un peu plus de 5 kilomètres, organisée par le Lions Club Nîmes Alphonse Daudet pour lutter contre la déficience visuelle et soutenir l'enfance handicapée. Sans préparation, à 48 heures du coup d'envoi, on chausse nos baskets et on y va !

Un grand bravo aux bénévoles qui ont encadré le parcours avec fermeté, tact et intelligence... Merci, puisque sans eux, rien ne serait possible ! (Photo : Anthony Maurin)

2 700 participants

Au total, 2 700 participants ont traversé Nîmes. À 20h15, les coureurs commençaient à s’agglutiner au Bosquet des Jardins de la Fontaine. Il y a les pros, ceux qui ont les pieds collés derrière la ligne de départ. D’autres moins compétitifs (comme nous) ont fait ça en couple, en famille, entre collègues de travail ou entre amis. C’est le cas d’Alain, originaire de Saint-Génies-de-Malgoires qui est venu avec sa femme : « avant on le faisait en famille, mais aujourd’hui les enfants sont partis à Paris. »

Au centre, Jean-Pierre et Alain, des habitués des courses pédestres nîmoises (Photo : droits réservés)

L’ambiance chaleureuse et conviviale, c’est bien ceux qui caractérisent cette course. Au Bosquet, des jeunes et des moins jeunes, des familles, des bandes de copains… Même les élus, comme l’adjoint aux sports, Julien Plantier, l’élue délégué à la redynamisation du centre-ville, Sophie Roulle, ou encore celui en charge de la voirie, Richard Flandin, ont enfilé le dossard. 

L'adjoint Richard Flandin en pleine démonstration d'aviateur... (Photo : Anthony Maurin)

20h30, le top départ est donné. « Attention aux bittes et aux potelets par terre ! », prévient Jean-Pierre, un ancien légionnaire, rodé aux courses nîmoises. À tâtons, on descend les quais de la Fontaine direction la place du Square Antonin où Auguste nous salue.

Au square Antonin (Photo : Anthony Maurin)

Nous partons à toute berzingue, galvanisés par la population nîmoise qui nous encourage. La rue de l’Aspic accueille un torrent de coureurs dévalant jusqu’aux Arènes. Aux premières loges, les habitants postés sur leur balcon assistent au spectacle, reconnaissant parfois un cousin, un oncle ou un collègue.

À l'intérieur des arènes de Nîmes... (Photo : Anthony Maurin)

En pleine course badaboum : mon lacet se défait… Mais pas question d’arrêter ! Pas question de perdre quelques précieux centièmes de secondes pour le refaire. Même un selfie dans les arènes, proposé par mon collègue émérite Corentin ne m’a pas dévié de ma course ! D’ailleurs, même si nous nous efforçons de rester ensemble, la fatigue creuse l'écart. Avec sa silhouette frêle, Corentin trace son chemin, sans regarder derrière lui… Ou très peu.   

Certains coureurs ont rivalisé d'imagination... Comme ces deux licornes (Photo : Anthony Maurin)

Et là c’est le drame… Aux abords de l’avenue Jean-Jaurès, Corentin tente une échappée. Même seule, impossible de lâcher… Point de concurrents, mais des partenaires. Un papa qui encourage son petit : « Allez, accroche-toi, 5 km on l’a déjà fait ! » D’autres sont bienveillants : « votre lacet mademoiselle ! » Et pendant l’effort, les fantasmes les plus fous s’emparent des coureurs : « garde de l’énergie, on va monter la Tour Magne…. » Non, non de grâce ! 

Le sprint final dans les Jardins de la Fontaine... (Photo : Anthony Maurin)

Nous n'avons jamais monté la Tour Magne. Par contre, ce que l'on a grimpé, c'est l'avenue Jean-Jaurès et serpenté dans les Jardins de la Fontaine avant d'atteindre le Graal... Ouf de soulagement, nous franchissons l'arrivée ! Entre un genou flanchant et un coeur palpitant, nous nous écroulons près des stands d'eau, de distribution de bonbons et d'autres friandises... Un regard complice s'échange avec les autres victorieux coureurs.

Sur la ligne de départ... Coralie et Corentin ont essayé de trouver Usain Bolt... Hélas, il était occupé... Mais ils ont croisé le conseiller municipal délégué aux sports, Anthony Chaze ! (Photo : Anthony Maurin)

Après s'être étirés et restaurés, on se connecte sur le site de La Nocturne pour avoir nos résultats... À vous d'en juger ! Prochain rendez-vous, le Nîmes Urban Trail le 17 février 2019.

Coralie Mollaret, Corentin Corger et Anthony Maurin

Plus d'images encore... 

(Photo : Anthony Maurin)
(Photo : Anthony Maurin)
(Photo : Anthony Maurin)
(Photo : Anthony Maurin)
(Photo : Anthony Maurin)
(Photo : Anthony Maurin)
(Photo : Anthony Maurin)
(Photo : Anthony Maurin)
(Photo : Anthony Maurin)
(Photo : Anthony Maurin)
(Photo : Anthony Maurin)

(Photo : Anthony Maurin)
(Photo : Anthony Maurin)

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité