Faits Divers

NÎMES Une maman condamnée pour des outrages sur une institutrice de maternelle

(Photo d'illustration)
Photo d'illustration

Une habitante de Nîmes, âgée de 25 ans, a été récemment condamnée par la tribunal correctionnel.

Elle comparaissait pour "violences dans un établissement scolaire d'éducation, suivi d'incapacité n'excédant pas 8 jours" et "menace de crime ou de délit contre les personnes ou les biens à l'encontre d'un chargé de mission de service public". Des faits qui se sont déroulés le 12 janvier 2018 à 8h30, à l'entrée de la salle de classe d'une maternelle située dans un quartier populaire Nîmois et en présence des enfants de 3 ans.

Ce matin-là, l'enseignante aurait indiqué à la mère de famille qu'elle ne pouvait plus prendre son fils à l'école... La maman avait déposé plainte quelques semaines auparavant pour une futilité, son fils a dénoncé le comportement violent d'un autre petit garçon de 3 ans ! La plainte a été classée sans suite par le parquet de Nîmes. Le 12 janvier dernier, lorsque la jeune femme arrive à l'école avec son fils, l'enseignante, directrice de l'établissement qui exerce depuis 12 ans en zone d'éducation prioritaire, lui signifie son impossibilité de prendre son fils. Des insultes, des menaces de mort, l'enseignante aurait été bousculée contre l'armoire et devant ses élèves. Des parents témoins interviennent. "Il y a eu une accumulation ce matin là. Elle m'a dit qu'elle ne prendrait plus mon fils dans sa classe et qu'il y avait une demande d'exclusion. J'ai demandé le cahier de mon fils, elle ne voulait pas me le donner", déclare droite dans ses bottes la maman.

"Le problème de cette maman, c'est sa très grande violence. Elle ne sait pas se maîtriser. Elle a refusé les rendez-vous des enseignants. Elle a refusé de discuter avec la directrice et ensuite elle exerce des violences dans une classe et devant des gamins de 3 ans", s'indigne l'avocat de l'institutrice qui serait très choquée par cet événement.

"C'est inacceptable et il faut réagir fermement face à ces dérives", souligne le représentant du parquet de Nîmes. "Elle admet et regrette son comportement. C'est une jeune mère de famille qui a été victime d'abus sexuels dans son enfance et le père de son enfant a été assassiné il y a trois ans". La mère de famille ajoute que si les mots grossiers ont dépassé sa pensée, elle n'a jamais exercé des violences contre l'institutrice.

Le tribunal a condamné la prévenue qui était jusque là inconnue de la justice à 2 mois de prison avec sursis. Le tribunal a requalifié les violences et menaces en "outrages".

Publicité
Publicité
Publicité

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité