A la uneActualités

ALÈS L’hommage aux élèves et professeurs tombés en 14-18

La commémoration a rassemblé de nombreuses personnes : élèves, parents, enseignants, élus, autorités civiles et militaires, représentants des anciens combattants. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard
La commémoration a rassemblé de nombreuses personnes : élèves, parents, enseignants, élus, autorités civiles et militaires, représentants des anciens combattants. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard

Ce jeudi 8 novembre, en début d’après-midi, un hommage était rendu à des anciens élèves et professeurs, tombés pour la France pendant la guerre de 14-18.

Ils s’appelaient Louis, Paul, Roger, Marius, Pierre, Marcel, Jules, Jean… Certains étaient élèves, d’autres professeurs. C’était avant que la Première Guerre mondiale leur ôte la vie, il y a maintenant plus de cent ans. D’eux, il ne reste aujourd’hui que le nom, un peu effacé par le temps, inscrit sur une plaque commémorative accrochée dans l’enceinte du lycée Jean-Baptiste Dumas.

Réalisée à la fin de la Grande Guerre, cette plaque était autrefois apposée en centre-ville, au niveau du parvis du Cratère, où se situait le lycée jusqu’à la fin des années 50. Avec la construction de la cité scolaire aux Prés-Saint-Jean, elle a été déplacée dans les nouveaux locaux, où elle est peu à peu tombée dans l’oubli. « Elle a été sauvée par mon frère qui était intendant ici. Il l’a récupérée alors qu’elle a failli disparaître de la circulation », souligne, avec une pointe d’émotion dans la voix, Pierre Hérail, élu délégué aux anciens combattants. « J’ai demandé au proviseur s’il était d’accord pour réhabiliter cette commémoration, comme cela se faisait avant », poursuit-il. Une requête évidemment acceptée, à l’heure où la France entière célèbre le centenaire du 11 novembre.

Ce jeudi après-midi, les nombreux élèves du lycée JBD, du collège Jean Moulin, du LEP Cévenol, de l’école primaire des Prés-Saint-Jean ou encore du lycée Pasteur de La Grand’Combe étaient donc rassemblés devant cette plaque. Devant ces 90 noms. « Il y avait des jeunes de 16, 17, 18 ans, comme vous », souligne l’élu délégué aux anciens combattants, Pierre Hérail. « Cette plaque, enchaîne Laurent Pichon, professeur d’histoire, ce n’est pas un message de guerre mais un message de paix et de vigilance. Malheureusement, il y a d’autres guerres aujourd’hui. »

Enfin, tandis que le proviseur François Martinez prenait l’engagement « de faire restaurer cette plaque et de la faire figurer en bonne place », le maire d’Alès et le sous-préfet Jean Rampon ont appelé les jeunes à faire vivre cette mémoire le plus longtemps possible, bien au-delà du centenaire de l’Armistice.

Élodie Boschet

Elodie Boschet

Elodie Boschet, journaliste à Objectif Gard depuis septembre 2013.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité