A la uneCulture

NÎMES 29e Festival Flamenco : entre aujourd’hui, hier et demain…

De la musique au-delà des mondes à voir et à écouter du 11 au 20 janvier. Au-delà des mondes et ailleurs...

Ballet flamenco Andalucia © Pepe Torres - Agencia Andaluza de Instituciones Culturales

L'an prochain, le Festival Flamenco fêtera sa trentième année. Une année charnière, à n'en pas douter...

Comme prémices à la date anniversaire, cette nouvelle édition propose pas moins de treize spectacles, quatre conférences ou rencontres, deux expositions, un film et des spectacles pour les scolaires. En fil rouge, un flamenco vivant qui ne cesse d'évoluer en voguant librement sur l'océan tempétueux du flamenco archaïque…

De Paloma à Bernadette Lafont en passant par l'Odéon, le Sémaphore et le Musée de la romanité !

François Noël, directeur du théâtre de Nîmes, entouré à sa gauche par Chema Blanco, à la programmation du festival, et à sa droite par Daniel-Jean Valade, adjoint à la culture de la Ville, a dévoilé et commenté le programme du  29e Festival Flamenco. Au premier plan, l'affiche signée Eddie Pons (photo Véronique Camplan)

Il y a des traditions qui perdurent, cette année encore c'est Eddie Pons qui signe affiche et illustration du programme. Et puis des nouveautés avec un concert acoustique (Thomas de Perte et Alfredo Lagos à l'auditorium du Musée de la romanité, un film documentaire au Sémaphore qui traite de l'influence sur le Flamenco de l'esclavage à Séville et une ouverture à Paloma avec l'inclassable Niño de Elche.

Nino de Elche ©Ricardo Cases

Entre passion, liberté, audace et maestria

Eva Yerbabuena © Erregiro Photography

Un programme ciselé par Chema Blanco, venu de Séville travailler sur le festival aux côtés de François Noël, directeur du théâtre de Nîmes. À l'arrivée, une édition qui s'annonce  comme une véritable Odyssée Flamenca : des voix fortes, celle archaïque de Thomas de Perte et celles de futurs grands, Kiki Morente ou Maria Terremoto, tandis que la voix de Cristal de Rocio Marques répondra à la viole baroque de Fahmi Alquai.

Niño de Elche radicalement hors normes entraînera le public dans son monde troublant… Trois grandes danseuses et chorégraphes, Eva Yerbabuena, qui bouge les lignes en s'accompagnant d'un percussionniste japonais, Leonor Leal, minimaliste et troublante, et Ana Morales, fidèle du festival de Nîmes, ancienne soliste lumineuse devenue chorégraphe, offriront des expressions plurielles entre passion, liberté et audace.

Un grand spectacle dansé sera offert par le ballet Flamenco Andalucia, un monstre sacré du cante qui viendra pour la première fois à Nîmes, Arcangel, et les guitares de Chicuelo et José Luis Monton en mano a mano, et celle de Dani de Moron en maître de cérémonie, pour écrire une page de l'histoire d'un flamenco vivant, universel, immuable et évolutif qui s'amuse de ses paradoxes en bouillonnant de son inventivité créatrice.

Véronique Palomar-Camplan

Le programme détaillé et tous les renseignements sur theatredenimes.com. Billetterie 04 66 36 65 10.

Etiquette

Véronique Palomar

Après une longue carrière au service de l'information dans l'hémisphère sud, me voilà de retour dans l'hexagone. Heureuse de mettre, plume, regard neuf et expérience au service d'un journal indépendant et de continuer à informer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité