A la uneFaits Divers

NÎMES Pillages à la galerie de Carrefour : « la razzia dure moins d’une minute »

Des salariés de la galerie marchande témoignent sur les événements qui se sont déroulés samedi...

Photo illustration / Objectif Gard)

Il est un peu moins de 18h, samedi soir, lorsque plusieurs dizaines d'individus arrivent dans la galerie commerciale du Carrefour Étoile, située près du périphérique et en contrebas du quartier de Pissevin.

Les visages dissimulés, ils pénètrent en courant dans la galerie. Ils sont une trentaine. Ils ne crient pas et se dirigent tout droit vers un magasin de vêtements. Les surveillants de la grande surface sont tenus en respect par un individu menaçant... Les pillards craignent probablement que les grilles ne se renferment et les bloquent à l'intérieur. "La razzia dure moins d'une minute. Un commerce est particulièrement visé. Ils pénètrent à l'intérieur. Certains voleurs vont dans la réserve et on s'aperçoit que des rayons très précis intéressent le groupe", témoigne sous couvert d'anonymat un salarié de la galerie. "Là, tu ne peux rien faire, c'est la force de la horde", complète la même personne.

Un individu est reparti avec un carton qui était dans la réserve, d'autres avaient emmené avec eux des gros sacs de courses. "Ils repartaient tous rechargés à bloc. À tel point que des vêtements volés sont tombés par terre dans leur fuite. Un voleur a été arrêté par un vigile. Il a dû abandonner les affaires dérobées, mais pour se dégager il a sorti un couteau en direction du vigile", poursuit un autre témoin.

Depuis samedi, les forces de police ont intercepté plusieurs individus originaires du quartier de Pissevin. Trois sont en cours de présentation au palais de justice de Nîmes. Les policiers de la Sûreté départementale de Nîmes sont en charge des investigations qui se poursuivent pour essayer d'identifier les auteurs de cette expédition criminelle. Une information judiciaire confiée à un juge d'instruction de Nîmes va être ouverte dans la journée pour "vol avec arme, violences en réunion, association de malfaiteurs". Le procureur de la République de Nîmes, Éric Maurel a requis des mandats de dépôt et affirme sa fermeté concernant de tels événements.

Etiquette

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité