A la uneActualitésSociété

NÎMES Autres sujets, autres enjeux pour le Conseil municipal

La salle du Conseil municipal (Photo Anthony Maurin).

Outre le vote de l'épineux budget de la Ville, le Conseil municipal du samedi 15 décembre avait d'autres sujets de discussions à l'ordre du jour.

Ouvertures dominicales :

Commerce oblige, les dimanches sont la clé de l’économie nîmoise, en centre-ville comme à l’extérieur. Pour 2019, les consommateurs pourront se rendre dans leurs boutiques préférées 12 dimanches de l’année. Les 13 janvier (soldes d’hiver), 5 mai (Grands Jeux Romains), 9 juin (Feria de Pentecôte), 30 juin (soldes d’été), 1er et 8 septembre (rentrée scolaire) et les 24 novembre, 1er, 08, 15, 22 et 29 décembre pour les fêtes de fin d’année.

C’en est trop pour François Séguy, Front de Gauche, pour qui « le pouvoir d’achat baisse, la consommation recule, le repos dominical en famille n’existe plus… On tire les salaires vers le bas ».

Le début de la coulée verte de Nîmes, les Pépinières Pichon (Photo Ville de Nîmes).

Parc urbain des Pépinières Pichon :

La ville de Nîmes projette la réalisation d’un parc urbain sur le site des anciennes pépinières Pichon (superficie d’environ 14,5 hectares) qui s’étend du nord au sud depuis le quartier de la ZAC de la gare centrale jusqu’à l’autoroute A9. « C'est en enjeu majeur et 300 Nîmois du quartier se sont impliqués dans le projet et sont devenus contributeurs. Nous les écoutons et supprimons les logements prévus initialement dans ce projet », affirmait Jean-Paul Fournier, maire de Nîmes.

L’aménagement de ces terrains permettra la réalisation d’une séquence importante du projet de la "Diagonale verte" qui constituera l’un des trois axes directeurs de la "Trame verte et bleue" inscrite par la Ville dans le cadre de la dernière révision de son Plan local d’urbanisme, et traduite dans une orientation d’aménagement et de programmation (OAP) thématique nature en ville.

La Ville souhaite en effet saisir l’opportunité de cet ensemble foncier en friche bénéficiant d’une localisation privilégiée, en vue de mettre en valeur un important espace de nature aux qualités paysagères reconnues et de l’ouvrir au public à l’échelle de la Ville et de ses quartiers sud. Certains points d’ajustement, demandes d’approfondissements et de modifications ont été formulés et la collectivité s’engage à les réexaminer lors de la poursuite des études du projet dans la perspective de l’organisation de la future consultation de maîtrise d’œuvre paysagère.

Après dix ans de tractations, la famille Pichon devra certainement être expropriée si la déclaration d’utilité publique demandé par la Ville va au bout...

(Photo Anthony Maurin).

Exposition temporaire du Musée de la romanité :

La commission d’appel d’offres en date du 16 novembre 2018 a attribué le marché à Contemporanea Progetti SRL pour un montant de 490 000 euros H.T. L’exposition proposée relative à l’histoire de Pompéi se déroulera d’avril à octobre 2019. Plus de cent pièces archéologiques provenant de Pompéi révèlent la connaissance qu’avaient les Romains de la nature. Tous les moyens de la muséologie actuelle ont été monopolisés pour faire revivre la cité antique détruite en 79 après J-C. Ici, la brochure pour voir ce que vous allez voir.

(Photo Archives Anthony Maurin).

Spectacles tauromachiques :

La Ville demande à Simon Casas production, qui est délégataire depuis 2015, de proposer aux usagers une diversité des spectacles. Le délégataire devra réaliser pour 2020 des corridas formelles, mixtes, corridas de rejon et portugaises. Des novilladas piquées et non piquées seront aussi au programme, tout comme l’organisation des courses camarguaises, comprenant la finale du trophée des As (une année sur deux). Compte tenu des délais de procédure, le Conseil municipal est d’ores et déjà amené à se prononcer sur le choix du futur mode de gestion qu’il est envisagé de poursuivre sous la forme d’une délégation de service public.

En effet, après étude des différentes hypothèses de gestion possibles, la mise en délégation est apparue comme le mode de gestion le plus approprié pour assurer l’exploitation du service public dans des conditions économiques et de qualité qui soient optimum. La délégation de service public prendra la forme d’un contrat d’affermage. Ce contrat sera conclu pour une période allant du 1er janvier 2020 au 31 décembre 2024.

On fait des choix

« Nous n'en faisons pas un dogme... Cela dit, dans le Sud-Ouest, on maintient des régies intéressées, ce qui permet d'avoir des compétences. En France ou en Espagne, la fréquentation des arènes est en nette diminution mais avec une régie intéressée, le prix des billets pourrait être en deçà de 20 % (TVA). Compte-tenu de ces chiffres, on aurait pu réfléchir à se mettre en régie intéressée et prendre quelqu'un de qualifié pour s'en occuper. Les spectateurs feraient des économies qui ne seraient pas neutres », assure Sylvette Fayet, élue Front de Gauche.

Pour l'élu aux festivités et à la tauromachie, Frédéric Pastor, « C'est exact pour le Sud-Ouest mais le prix des billets est équivalent voire supérieur à nos tarifs... C'est une question juste mais il ne faut pas faire plus de six corridas par an, chose que nous faisons. La TVA la plus importante, c'est le torero, c'est lui qui coûte le plus cher ! Je crois que dans les années qui arrivent la DSP restera la meilleure façon de gérer les arènes. »

Le stade des Costières (Photo Archives Anthony Maurin).

Stade des Costières :

Des précisions d’avenir ont été demandé par Christian Bastid, élu Front de Gauche. Pour l'élu aux sports, Julien Plantier, « le projet est porté par le président Rani Assaf qui a rencontré le Maire et les services municipaux il y a quelques semaines. Le projet est bien écrit, élaboré mais les questions juridiques, administratives et financières sont là et pour le moment, il n’y a rien d’acté. Cela pourrait aboutir. Nous sommes les premiers décideurs et le Conseil municipal sera le premier informé ! Cependant, il faut se poser la question de la gestion d'une enceinte sportive. Nous vous tiendrons au courant. »

Pour finir et alors que tout semblait s'être bien passé, Alain Fabre-Pujol, élu de la Gauche, a lancé, « on se retrouvera au Tribunal Administratif... Cela fait deux fois que je pose une question écrite et que je n'ai aucune réponse. Ce sont des méthodes de voyou ça ! »

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

1 commentaire sur “NÎMES Autres sujets, autres enjeux pour le Conseil municipal”

  1. Ils étaient presque tous là, aujourd’hui en conseil municipal, les élus de « gauche » : Catherine Bernié Boissard, Christian Bastid, Sylvette Fayet, Alain Fabre Pujol, François Séguy, autour de la députée LaREM Françoise Dumas. Presque tous là et ensemble pour donner des leçons de gestion, de morale comme s’ils n’étaient responsables et coupables de rien alors que Nîmes et notre pays portent les stigmates de leurs actions.
    Macron n’est pas là par hasard. La « gauche » politique et syndicale le supporte comme elle supporte Françoise Dumas à Nîmes

    Conseiller R.N Nîmes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité