A la uneActualitésEconomiePolitique

FAIT DU JOUR À Nîmes, semaine décisive pour les commerçants de l’Écusson

Photo : Coralie Mollaret)
La grande roue pour attirer les Nîmois en centre-ville (Photo : Coralie Mollaret)

Gilets jaunes, pouvoir d’achat en berne et accès difficile au centre-ville… Les commerçants misent sur la dernière semaine avant Noël pour booster leur chiffre d’affaires 2018.

À l’approche des fêtes, comment marchent les affaires du cœur ? Poumon économique et social, les commerçants connaissent des difficultés depuis de nombreuses années. Essor des grandes zones commerciales, démocratisation des achats sur Internet et pouvoir d’achat en berne… C'est un fait : les consommateurs sont moins nombreux.

La magie de Noël à 530 000€

Mais à l’heure des fêtes, la magie de Noël rend le sourire à ces chefs d’entreprise. Beaucoup de Nîmois retrouvent le chemin de l’Écusson, désireux de dénicher le présent idéal. « C’est plus agréable de se balader dans un centre commercial à ciel ouvert, non ? », interrogent Vincent et Pierre de la librairie Tessier, rue Régale. D’un chocolat pris à la Petite bourse à la dégustation d’un croquant Villaret, place de l’Horloge, flâner dans la rue de l’Aspic reste une expérience inégalée…

Le regain d’attractivité de cette fin d'année est encouragé par la municipalité. Confronté à la grogne des commerces, le maire a infléchi sa politique de stationnement en mettant en place la gratuité pour les parkings de surface« C’est vrai, ça a attiré d’avantage de monde », reconnaissent les gérants de Teissier. « Maintenant le problème, c’est qu’il n’y a pas assez de places en surface », tempère le patron d'un restaurant. 

Attractivité toujours, la Ville a déboursé un peu plus de 500 000€ pour ses festivités qui, cette année, ont démarré plus tôt, à la mi-novembre. Illuminations, projections sur les monuments… Une parade a été proposée aux habitants, dimanche dernier, et un feu d’artifice sera tiré le 24 décembre.

Installé depuis un an et demi en face de la cathédrale Notre-Dame-et-Saint-Castor, Jérémie, artisan chocolatier joue sa survie pendant les fêtes de fin d'année (Photo : Coralie Mollaret)

Gilets jaunes : quelle incidence ?

Au-delà des actions publiques, les commerçants s’accordent à dire que « cette année, les achats ont démarré tard. » La faute aux gilets jaunes ? « Non, on ne peut pas dire ça. Heureusement ici, les gilets jaunes n’ont rien cassé. Les manifestations se sont déroulées dans le calme », souligne Jean-Claude des Cafés Nadal.

Contrairement à Bordeaux, Saint-Étienne et surtout Paris, les gilets jaunes ont défilé dans le calme, sans que les casseurs ne se mêlent au cortège. Mis à part quelques « livraisons retardées », le mouvement « ne nous a pas porté préjudice. » C’est parfois même le contraire. « Des gens empêchés d’aller dans les grandes zones commerciales se sont redirigées dans le coeur de ville », remarquent les commerçants sondés.

Certains attribuent ce retard « au pouvoir d’achat en berne », commente Élodie, responsable réseau du Comptoir de Mathilde. Ainsi qu’au climat insufflé par les gilets jaunes : « C’est vrai qu’en regardant ce qu’il se passe, on avait moins envie de consommer… On réfléchissait plus à la philosophie autour de leur action et notre tendance parfois à surconsommer  », reconnaît Célia, qui commence à peine ses achats de Noël.

Dernière ligne droite

Cette dernière semaine avant Noël, les commerçants croisent les doigts pour « que le temps soit clément » et que « les gens puissent venir faire leurs courses ici. » Installé depuis un an et demi en face de la cathédrale Notre-Dame-et-Saint-Castor, Jérémie, artisan chocolatier, explique : « les fêtes de fin d’année représentent pour moi 50% de mon chiffre d’affaires. »  Dans les multiples boutiques de l'Écusson, certaines jouent en ce moment même leur survie.

Coralie Mollaret

coralie.mollaret@objectifgard.com 

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Articles similaires

Un commentaire

  1. bon ce mardi 18/12/2018 on se gare au parking de l’esplanade nous avons du nous rendre en ville arrivé à 10h30 parking limité jusqu’à 12h20 bon j’ai pas tout pigé sur ce point … on est limité dans le temps … c’est curieux ! pour autant nous sommes partis avant 12 h donc pour 01h30 de parking = 3.30 € c’est pas donné ! il n’y a pas énormément de monde en ville … aux halles ça circulait bien à la coupole toujours aussi nul que d’emplacements vides donc en attente de preneurs pour y ouvrir de potentielles boutiques qui ne se feront pas quel gaspillage … ! nous avons trouvé la ville au final peu attractive ce matin beaucoup de boutiques et enseignes fermées trop de devantures à l’abandon à qui la faute ? les prix ils ne peuvent pas faire de rabais extraordinaires d’autant que les boutiques installées en ville sont des enseignes à 80% que l’on retrouve dans les centres commerciaux donc rien d’innovant je suis las de venir en ville chez un boulanger pâtissier de renom nous achetons une fougasse aux grattons de porc = insipide et sans goût les cochons n’ont plus de gout du coup la fougasse pareillement c’est franchement dommage … – bref pas de quoi sauter dans tous les sens pour dire et se satisfaire et crier à tous vas qu’un tour en ville nous permettra d’y trouver le cadeau rare et incontournable est indispensable c’est devenu faux une hérésie un espèce de rêve qui tourne vite au cauchemar … bref tout est loupé c’est dommageable et regrettable

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité