ActualitésSociété

UZÈS Le Haras s’ouvre à la souscription populaire pour sauvegarder son patrimoine

La directrice du Haras national d'Uzès Anne-Sophie Lauthier a présenté la souscription populaire jeudi après-midi à Avignon (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Depuis 2014 le Haras national d’Uzès fait appel au Cercle des Mécènes pour sauvegarder son patrimoine matériel et immatériel. Formé d’entreprises de l’Uzège, ce cercle s’ouvre aujourd’hui aux particuliers via une souscription populaire, annoncée jeudi lors du salon Cheval passion, à Avignon.

L’idée est de faire appel à une souscription populaire pour poursuivre le projet de sauvegarde du patrimoine hippomobile, comprendre les attelages de tradition. Car si le Haras d’Uzès a été précurseur sur ce sujet, un projet national autour de l’attelage est désormais lancé par l’Institut français du cheval et de l’équitation (IFCE). Un patrimoine matériel, et immatériel. « Le projet a démarré en 2014 avec la montée en puissance de l’école d’attelage qui nécessitait de transmettre à nos élèves la compétence acquise », explique la directrice du Haras national d’Uzès Anne-Sophie Lauthier. Pour ce faire, un recueil des données est en cours, et parce qu’après la théorie vient la pratique, il faut « réactiver et maintenir le patrimoine hippomobile pour permettre aux stagiaires de les utiliser », poursuit Anne-Sophie Lauthier.

Seulement voilà, « le coût est lourd, car il faut faire appel à des artisans rares », note la directrice du Haras d’Uzès. Le tout sachant qu’avec la fermeture de plusieurs haras nationaux, l’IFCE s’est retrouvée avec plus de 300 voitures, dont une grande partie conservées à Vers-Pont-du-Gard. « Il a fallu mettre en place un programme d’actions, présente Marielle Zanchi, ingénieur de projets et développement de la délégation de l’arc méditerranéen de l’IFCE. Pour une catégorie de voitures, celles les plus emblématiques des Haras, l’IFCE prendra en charge la restauration. Les autres voitures, à valeur patrimoniale importante, vont être laissées à disposition, avec un suivi des référents de l’IFCE. »

(Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

« Le mécénat n’est pas réservé qu’à une élite »

C’est pour ces voitures que le Cercle des mécènes peut agir. « On a déjà pu entamer une démarche profonde autour de ces véhicules grâce aux mécènes », affirme la directrice. Il faut désormais continuer et aller plus loin, alors le Haras cherche de nouvelles entreprises et a donc ouvert le mécénat aux particuliers, « à tous les amateurs de chevaux, de traditions, de patrimoine, pour rénover deux véhicules, ce qui permettra de voir concrètement la réalisation de leur participation », détaille Anne-Sophie Lauthier. Ces deux véhicules, un omnibus Lelorieux et un tandem-car, « roulent mais ont besoin de restauration de sellerie et de peinture », affirme le référent national patrimoine à l’IFCE Philippe Roche. Il y en a pour entre 4 000 et 5 000 euros de travaux par voiture. Des voitures qui seront utilisées dans le cadre des formations, « dans une volonté de proposer une valorisation dynamique de ce patrimoine, pas seulement muséale », ajoute Marielle Zanchi.

« Je me suis engagé dès le début car je suis convaincu que la responsabilité sociale des entreprises est une réalité, que l’entreprise n’est plus là uniquement pour les actionnaires mais aussi pour avoir une place dans la société », explique le président du Cercle des mécènes du Haras national d’Uzès Jacques Gleyse. « Ce programme est très important, il créera des richesses et de l’attractivité sur un territoire plus large qu’Uzès, puisque le Haras rayonne sur tout le sud de la France », poursuit l’entrepreneur, qui martèle que « le mécénat n’est pas réservé qu’à une élite. »

La souscription est désormais lancée. Notez que les dons donnent droit à une réduction d’impôt de 66 % pour les particuliers et 60 % pour les entreprises. Plus d’informations au 04 66 22 99 99 et philippe.roche@ifce.fr.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité