A la uneActualitésSociété

JUNAS Le Jazz comme religion humaniste

La 26e édition de Jazz à Junas aura lieu sur quatre sites gardois et héraultais.

Éric Doulcier, Gérard Belin, Patrick Malavieille, Jean Denat, Sébastien Cabrié et Marie-José Pellet pour présenter la 26e édition de Jazz à Junas (Photo Anthony Maurin)

Junas bien sûr, Vauvert, évidemment, mais aussi Le Vigan et le Triadou. Jazz à Junas s'est depuis longtemps ouvert aux autres et il continue son bel effort pour ses 26 ans de la fin avril à la mi-juillet.

" Cela fait cinq ans que le festival vient à Vauvert. L'association Jazz à Junas est emblématique. Elle laisse une empreinte à travers notre territoire mais aussi en Occitanie grâce au militantisme de ses membres et à leur savoir-faire. Jazz à Junas déniche des talents et côtoie des monstres du jazz qu'elle arrive à faire venir dans le Gard et l'Hérault. Le jazz, c'est le partage ", note en préambule Jean Denat, maire de Vauvert.

Pour Patrick Malavieille, en charge de la culture au Département, " cette ouverture dure et perdure depuis 26 ans et elle rassemble au-delà du Gard. La culture doit faire abstraction de ce qui sépare les humains et c'est un axe fort de développement, y compris dans le Gard. Il faut savoir être déraisonnable de temps en temps... Vous incarnez un festival rayonnant et avec ce thème du voyage en Orient vous rassemblez deux mots magiques. Nul n'est plus heureux que celui qui voyage même avec des livres ! La force du métissage des cultures ne doit pas être oubliée car les cultures, bien comprises, ne se perdent pas, au contraire elles se nourrissent mutuellement. "

Image d'archive, Jazz à Junas. DR

" C'est notre dernière année de mandat et je peux dire que la commune doit sa totale renommée à l'association qui porte des valeurs auxquelles nous sommes tous attachés, commente Marie-José Pellet, maire de Junas. Ici, il y a une véritable dynamique culturelle ! Merci à l'association et à ses bénévoles pour tout ce qu'ils apportent au village. Léonard De Vinci disait que la simplicité était la sophistication suprême... Ce festival est très sophistiqué alors ! "

Même au Triadou sur les pentes du Pic Saint-Loup

Le maire du Triadou, Gérard Belin, est lui aussi fier et heureux d'accueillir une partir du festival. " Merci de relever ce défi avec nous. C'est merveilleux pour nos 600 habitants (400 avant recensement). Il y a beaucoup de monde pendant ces deux journées et vous apportez une réelle touche de professionnalisme. "

Évidemment, Éric Doulcier, maire du Vigan, ne vas pas le contredire. Pour lui plus que pour quiconque, la culture est un défi, un enjeu du quotidien sur ses terres éloignées des grandes villes. " Le développement culturel est un engagement fort de la part des élus. Au Vigan, cela fait dix ans que nous sommes en partenariat avec Jazz à Junas et cet échange est enrichissant et intéressant. Le jazz, c'est les émotions. Je garde en mémoire quelques soirées qui nous ont emmené loin, très loin ! "

Jazz à Junas 2017 au Scaramandre

D'un seul festival voilà 26 ans, vous en aurez quatre en 2019. Pour le directeur de projets de Jazz à Junas, Sébastien Cabrié, " Au Vigan comme ailleurs, nous tentons d'allier l'international, le national et le régional en ouvrant les scènes. Au Vigan, pour la première fois il y aura Henri Texier, un monument du jazz  et nous mettrons la contrebasse à l'honneur. Nous ouvrons aussi le festival à la guitare et au flamenco. Juan Carmona est connu à l'international et nous avons dû négocier pour qu'il vienne avec son quartet de base. Venez au Vigan car il n'y pleut jamais quand nous y sommes ! "

Des temps forts remarquables

Du Vigan au Pic Saint-Loup, enfin au Triadou, il n'y a pas qu'un pas mais les notes de musique rapprochent les distances. La date a été avancé d'une semaine et là aussi nous allons avoir de belles rencontres avec en fond de scène des bambous et le majestueux Pic Saint-Loup. Pour Sébastien Cabrié, " Il faudra venir voir Boyan Z trio qui, pour moi, a participé à l'un des cinq meilleurs concerts de toutes les éditions de Jazz à Junas en 2005. "

Toujours pour le directeur de projets, " on poursuit notre histoire à Vauvert. Cela fait cinq ans qu'on y propose de belles choses et que Vauvert subventionne de manière conséquente notre festival. Merci de cet engagement et de ce soutien. Notre travail à l'année est récompensé. Manu Katche et Chucho Valdes seront présents mais nous n'oublions pas les balades-concerts sur l'étang du Scamandre. Comme depuis cinq ans, elles nous offrent des concerts en acoustique complètement fous. Cette année, on aura un duo sax-clarinette pour cette date gratuite pouvant accueillir 200 personnes. "

Enfin, Jazz à Junas ne serait pas le même sans les aspects de ce village pittoresque. Il n'y avait pas de thématique pour le 25e anniversaire, un voyage à travers les sonorités orientales sera le thème évoqué en 2019. " On y avait réfléchi depuis longtemps mais nous franchissons le cap cette année. Nous allons montrer des musiciens connus et d'autres moins connus mais tous méritent d'être là. Des pays comme la Palestine, Israël, la Syrie, le Liban, la Turquie, l'Égypte seront représentés ", détaille Sébastien Cabrié.

Image Jazz à Junas. DR

Il y aura deux soirée hors les murs, une première à Sommières et une autre au cœur du nouveau village de Junas. Et le directeur de projets de conclure : " Au temple, vous retrouverez Kamilya Jubran qui joue du oud et qui chante. Dans les carrières, vous aurez Naïssam Jalal quintet, Avital meets Avitals (pas de lien familial entre les deux Avital, NDLR ). C'est une star de la mandoline et c'est le seul projet qui sera programmé en France. C'est un moment magique assuré. Khalil Chahine quintet et Avishai Cohen trio seront présents le vendredi soir et pour conclure, le samedi, les spectateurs pourront découvrir le trio Chemirani et Ballaké Sissoko avant d'entendre Ilham Ersahin quintet ".

Le programme complet est à retrouver ici mais nous reviendrons plus tard et plus en détail sur la programmation. Billetterie ici, mais de nombreux concerts sont gratuits.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité