A la uneActualitésSociété

GARD Prison d’Alès cherche commune accueillante pour s’implanter…

Alès. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard

Nouveau rebondissement dans l’affaire de la prison d’Alès. Alors qu’un terrain d’une centaine d’hectares sur la commune de Saint-Hilaire-de-Brethmas semblait avoir été retenu, d’autres lieux sont toujours envisagés…

La construction d’une prison, c’est comme une évasion : il vaut mieux avoir plusieurs plans. Après le plan A au mont Ricateau, puis le plan B à Saint-Hilaire-de-Brethmas, un plan C serait d’actualité. On se souvient que le plan A, dans le quartier de Rochebelle à Alès, présentait trop de contraintes techniques et se serait avéré trop coûteux.

En octobre dernier, une deuxième option est alors retenue à Saint-Hilaire-de-Brethmas. Si, pour l’heure, l’idée n’est pas abandonnée, il semblerait que d’autres terrains soient toujours à l’étude, notamment dans la commune des Plans. Le maire, Gérard Baroni, confirme avoir eu quelques échos : « Je n’ai officiellement été contacté par personne et ce ne sont, pour l’instant, que des bruits de couloir. Si c’était le cas, il faudra voir si le conseil municipal est d’accord », prévient-il avant de résumer le sentiment de beaucoup d’élus : « Quand on a appris que la prison se ferait à Alès, on s’est réjoui. Mais on préfère tous que ce soit chez l’autre ! ». C’est sûr qu’à un an des municipales, l’arrivée d’une prison dans sa commune n’est pas forcément un argument électoral très séduisant…

La prison fait resurgir le golf !

Il n’y a peut-être qu’à Alès où le sujet est parfaitement « assumé », comme le dit Christophe Rivenq, le directeur de cabinet du président d’Alès Agglomération : « On s’est battu pour cette prison, alors maintenant il faut la faire. On regrette que notre projet n’ait pas été retenu parce que, nous, on l’assumait ». Un petit tacle à destination de Jean-Michel Perret, le maire de Saint-Hilaire-de-Brethmas.

Christophe Rivenq poursuit plus franchement : « Si jamais la prison ne se fait pas là-bas, c’est à cause du maire qui a dit qu’il lui faudrait au moins 3 ans pour réformer son plan local d’urbanisme (PLU) ». Un délai qui pourrait refroidir les décideurs de l’Agence publique pour l’immobilier de la justice (Apij) venus visiter le terrain de Saint-Hilaire-de-Brethmas en janvier dernier (relire ici). « Christophe Rivenq reste dépité et déçu de son histoire golfique. Il faut qu’il tourne la page et qu’il arrête d’être dans de la mesquinerie de bac à sable », lui répond Jean-Michel Perret qui ajoute que l’argument du PLU ne tiendrait pas : « Dans le cadre de programmes d’intérêt nationaux, tous les documents d’urbanisme sont mis au même niveau ».

 Nicole Belloubet : « La maison d'arrêt se fera quoi qu'il arrive »

Loin du conflit qui oppose les deux communes voisines, la députée Annie Chapelier confie, elle, que le dossier de Saint-Hilaire-de-Brethmas présente « des difficultés techniques qui ne sont toutefois pas insurmontables » et explique que le choix du terrain sera priorisé en fonction des coûts. Quand on lui parle de la commune des Plans, la députée La République en marche reste évasive : « On recherche un terrain sur le bassin alésien ».

En déplacement à Nîmes ce mercredi soir, la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, n'en dit pas plus sur le choix du terrain mais reste déterminée : "Je suis résolue. La maison d'arrêt d'Alès se fera quoi qu'il arrive. Nous sommes en train de chercher le meilleur terrain et nous le trouverons, il n'y a aucun doute. Mais nous ne pouvions pas choisir un terrain où il fallait s'accrocher aux branches pour y accéder". En attendant, la prison d’Alès fait couler plus d’encre que de béton.

Tony Duret

En période de réserve électorale, le sous-préfet d’Alès, Jean Rampon, n’a pas pu répondre à nos questions.  

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Vous aimeriez aussi

2 réactions sur “GARD Prison d’Alès cherche commune accueillante pour s’implanter…”

  1. Fut une époque, pas si lointaine, certaines, certains se battaient pour cette prison à Nîmes…et pourquoi pas un centre éducatif pour terroristes repentis en voie de réinsertion avec sorties libres ?
    Il paraît que la ministre cherche comment faire avec les islamistes d’ici et les revenants d’ailleurs.
    Il serait peut être temps d’en finir avec des amateurs qui nous mettent en danger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité