A la uneActualités

SAINT-CHRISTOL-LEZ-ALÈS Pour Bonnefille, ça gaze !

Les véhicules de l’entreprise spécialisée dans le BTP roulent au gaz naturel

Une flotte de six véhicules est alimenté au gaz naturel. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard

Spécialisée dans les travaux publics, l’entreprise Bonnefille – basée à Saint-Christol-lez-Alès – est la première de l’ex-Languedoc-Roussillon à investir sur une station privative de distribution de gaz naturel pour véhicule.

Cabine verte et benne blanche : les nouveaux camions alimentés au gaz naturel sont facilement identifiables sur le parking de l’entreprise Bonnefille. Depuis fin 2018, trois véhicules légers et trois poids lourds roulent grâce à ce carburant alternatif. Une volonté née de l’envie des dirigeants, le père et le fils Bonnefille, d’agir pour la protection de l’environnement. Et quand la solution du gaz naturel est retenue, un problème subsiste : il n’y a pas de station-service de ce type à Alès. Qu’à cela ne tienne, l’entreprise opte pour une station privative, installée directement dans l’enceinte de l’entreprise, en partenariat avec le groupe Proviridis, concepteur de l’infrastructure, et le distributeur GRDF.

Le fonctionnement est simple : « On se raccorde au réseau de gaz. Celui-ci est comprimé grâce à un compresseur. Il est ensuite stocké dans des bouteilles avant d’être déversé dans les véhicules de la même manière qu’avec une pompe à essence classique », explique Serge Lamoulie, directeur commercial pour Proviridis.

« Aujourd’hui, le gaz naturel est la seule alternative au diesel pour les véhicules lourds », ajoute Jean-François Rousset, ingénieur à GRDF. En effet, le gaz naturel pour véhicules présente plusieurs atouts. Son utilisation permet une réduction de 95% de particules fines, de 50% d’oxyde d’azote ou encore de 12% de CO2. Il n’a pas d’odeur, pas de fumées et est relativement silencieux. Enfin, il permet de réaliser jusqu’à 20% d’économies à la pompe et apporte des avantages fiscaux sur les véhicules.

Autant de qualités qui ont poussé Patrick et Thomas Bonnefille à franchir le cap. « Nous sommes fiers qu’une PME comme la nôtre soit dans la locomotive de la transition énergétique », souligne le père, qui est à la tête d’une cinquantaine de salariés. Le coût global pour l’installation de la station et l’acquisition d’une nouvelle flotte de véhicule s’élève à 450 000€ pour l’entreprise Bonnefille, qui roule désormais vers un avenir plus propre.

Élodie Boschet

Etiquette

Elodie Boschet

Elodie Boschet, journaliste à Objectif Gard depuis septembre 2013.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité